Login
Menu et informations
ARMAND, Jean (1751 ca-1809)
État civil
NOM : ARMAND     Prénom(s) : Jean     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : ARMAN
ARMAND, Jean-Baptiste
Date(s) : 1751 ca  / 1809-5-2 
Notes biographiques

Originaire d'Angoulême, le sieur Jean ARMAND, formé à la maîtrise de la cathédrale Saint-Pierre, entame une carrière de musicien d'église (principalement bassoniste) qui le conduit d'Angoulême à Cahors. Il se reconvertit après la Révolution, tout d'abord comme musicien de la Garde Nationale, puis comme instituteur.

• vers 1751, Angoulême : Naissance de Jean ARMAND

• 1759, Angoulême : il entre à la maîtrise de la cathédrale Saint-Pierre à l'âge de 8 ans comme enfant de chœur.
• 10 septembre 1769, Angoulême : Le chapitre lui avance 72 livres pour l'achat d'un basson.
• 3 juillet 1770 : Jean ARMAND sort de la psallette après avoir été prolongé un peu en raison de son talent pour la musique et la composition. Il joue des instruments à vent.

• 1770 : Jean ARMAND quitte Angoulême pour la cathédrale Saint-Étienne de Cahors où le chapitre l'a recruté comme basson.

• 2 février 1783, Cahors : Jean ARMAND musicien est reçu frère Maçon à La Respectable Loge de Cahors avec Jean LANGE, lui aussi musicien de la cathédrale Saint-Étienne.

1790, Cahors : Jean ARMAND, 39 ans, est chargé de famille. Il est cantoral et musicien à la cathédrale de Cahors et compte 32 ans de service. Cette même année, il est mentionné toujours comme musicien et cantoral avec un salaire de 600 livres dans une liste des charges du chapitre cathédrale ; son nom figure avec ceux de ALANIOU, LANCOU, CAPEL (aussi cantoral), LANGE, DREUILLES, JOUGLA, TESTASVIDAL tous qualifiés de musiciens, de SAUVAGE organiste et CAVALLETI haute-contre.
• entre mars et mai 1791 : le Directoire répond à la demande d'ARMAND pour le paiement de son salaire en lui octroyant 150 livres imputable sur son traitement.

• entre juin et juillet 1791, Cahors :  Le sieur ARMAND, bassoniste de l'église épiscopale de Cahors demande le 2e trimestre de son traitement. ARMAND a été autorisé à continuer son service dans l'église paroissiale de Cahors, pour un traitement annuel provisoire de 500 livres.
• entre octobre 1791 et mai 1792, Cahors : le sieur ARMAND, musicien de l'église épiscopale, présente une pétition pour obtenir ses honoraires du 3e trimestre 1791, soit la somme de 100 livres.
• 4 octobre 1793, Cahors : Avec les musiciens de la paroisse épiscopale, Pierre COUDERC, Jean LANGE, Carlo CAVALLETI, JOUGLA, Joseph TESTAS et Raymond SAUVAGE il demande une avance sur traitement pour le trimestre d'octobre, ce que le Directoire leur accorde à titre exceptionnel.
• 21 mars 1794, Cahors : La cathédrale est fermée : ARMAND cesse son service de bassoniste de la paroisse épiscopale.

• 18 juin 1794 (30 prairial an II), Cahors: Le comité de la garde nationale adopte les conclusions du rapport du chef de légion sur l’organisation des musiciens. Le citoyen LANGE est nommé chef de musique, le citoyen VAYSSADE sous chef et le citoyen ARMAND caporal.

• 17 novembre 1794 (27 brumaire an III) et 20 février 1795 (2 ventôse an III) : Jean ARMAND et MARQUISOT, tous deux musiciens sont nommés instituteurs dans les "Petites Écoles".

• 12 janvier 1795 (23 nivôse an III), Cahors : Le Directoire lui accorde une pension annuelle de 133 livres 33 centimes.

• 22 janvier 1795 (3 pluviôse an III), Cahors : Jean-Baptiste ARMAND musicien, âgé de 44 ans déclare le décès Louise Tazar veuve de Pierre Guinot (vigneron) sa voisine, habitant la section Pont vieux.

• 8 juillet 1796 (20 messidor an IV), Cahors : Jean ARMAND est cité dans une délibération municipale au sujet de l'organisation des écoles primaires :" les citoyens ARMAND, Rigal, Hudry et TESTAS s’acquittent depuis longtemps dans la commune des fonctions d’instituteurs avec zèle, probité et compétence".
• 28 octobre 1796 (7 brumaire an V), Cahors : Les citoyens Rigale et ARMAND instituteurs des sections du Pont-Vieux et de Valentres demandent [à la municipalité] " qu’on procède à la vérification des dégradations commises à la maison des Frères qui leur est assignée ".

• 2 mai 1809, Cahors : Décès de Jean(-Baptiste) ARMAND musicien ; l'acte précise qu'il est âgé de 59 ans et marié à Antoinette Burgade. Le décès est constaté au domicile d'ARMAND, rue Larnagol. L'un des témoins du décès est Pierre COUDERC, lui aussi musicien de la cathédrale.

Sources
A. COMBES ; B. PAUMES, Les écoles de Cahors avant la révolution ; F-Ad46/ 1 Q 34 ; F-Ad46/ 4 E 62 k 6 ; F-Ad46/ 4 E 772 ; F-Ad46/ L SUPP 41 2 ; F-Ad46/ L SUPP 41 5 ; F-Ad46/ L SUPP 41 7 ; F-Ad46/ L SUPP 41 8 ; F-Ad46/ L SUPP 41 9 ; F-An/ DXIX/092/788/03 ; Guy Chassagnard, La franc-maçonnerie en Quercy
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1770-7-3 ap.  / 1791
Lieux :  Cathédrale Saint-Étienne (CAHORS)  
Fonction :  musicien (Église)  ;  basson (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : oui    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

<<<< retour <<<<