Login
Menu et informations
BALMES, Jean-Baptiste (1747-1799)
État civil
NOM : BALMES     Prénom(s) : Jean-Baptiste     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : BALME
Date(s) : 1747-3-21  / 1799-6-15 
Notes biographiques

En 1790, Jean-Baptiste BALMES est serpent au service du chapitre de la collégiale Saint-Caprais d'Agen.

• 21 mars 1747, Cahors : Jean-Baptiste BALMES, fils d'Alexis Balmes, maître-maçon, et de Marie Parayre, naît et, le lendemain, est baptisé en la paroisse Notre-Dame de la Daurade. Son parrain est Jean-Baptiste Bedut, "étudiant en Troisième", tandis que sa marraine est  sa sœur Jeanne.

• 3 décembre 1777, Agen : BALMES entre comme serpent et "servant au choeur" au service du chapitre de la collégiale Saint-Caprais. Ses revenus sont de 300 livres. Il a trente ans. Quels avaient été antérieurement sa formation et ses premiers postes ? L'enquête reste ouverte à leur propos.

• Du 21 janvier 1778 jusqu'en octobre 1788 : BALMES occupe la place de sous-maître de la psallette, alors vacante. Ses revenus annuels sont de 150 livres. Il est nourri, logé et blanchi à la maîtrise par le chapitre.

• Octobre 1788, Agen : À cause de son état de santé, le chapitre le renvoie de sa charge de sous-maître mais accepte de le reprendre comme serpent et lui accorde un traitement de 200 l., ultérieurement porté à 300 l. (27 mai 1789). Le chapitre en profite pour préciser qu'il devra assister à tous les offices.
• 12 décembre 1788, Agen : Jean-Baptiste BALMES épouse en l'église Saint-Caprais Marie Anne [Marianne] Rauzet en présence de trois étudiants en philosophie et d'un étudiant en théologie. L'acte de mariage mentionne qu'il exerce comme professeur de musique.

• 24 juillet 1789, Agen : Sa femme met au monde un garçon prénommé Pierre. Cet enfant reçoit pour parrain son oncle paternel qui est professeur de langue latine et qui est représenté lors du baptême par un orfèvre.

• 13 juin 1790 : Toujours serpent de la collégiale Saint-Caprais, BALMES adresse une supplique à l'Assemblée nationale pour réclamer une pension.
• [été 1790] : Le Comité ecclésiastique est d'avis d'attribuer à BALMES une pension de 150 l.
• 6 août 1790 : Le directoire du département du Lot-et-Garonne examine la situation de BALMES. Estimant qu'il est fréquemment atteint d'attaques de rhumatisme, qu'il n'a d'autre profession que celle qu'il exerce et que, comptant sur son état, il s'est établi à Agen où il a femme et enfants, le directoire considère qu'il y a lieu de lui accorder une pension de 150 livres.
• 16 septembre 1790 : Toujours serpent de la collégiale Saint-Caprais, BALMES adresse une nouvelle supplique aux administrateurs du département du Lot-et-Garonne. Il y déclare n'avoir "pour tout savoir qu'un peu de plein chant et de musique". Marié, il est chargé de famille et a un enfant. Son salaire augmenté du "produit du travail de [son] epouse" lui permettait de vivre "honetement". La dissolution des chapitres le contraint à réclamer une pension.
• 11 (?) octobre 1790 : Une attestation médicale signée par Sauteron père insiste sur les rhumatismes dont BALMES est atteint.
• 20 octobre 1790, Agen : Le chapitre Saint-Caprais lui délivre des certificats précisant qu'il n'a jamais été maître de musique de Saint-Caprais (qualité dont BALMES paraît s'être targué), et que le chapitre l'a employé en qualité de serpent et de "servant au chœur" puis de sous-maître de la psallette.
• 27 octobre et 16 novembre 1790 : Le directoire du district d'Agen examine la pétition du sieur BALMES puis décide de lui octroyer une pension de 100 l.
• Décembre 1790, Agen : BALMES cherche à maintenir son activité de serpentiste. Il sollicite auprès du directoire du département la mise à disposition du serpent dont il se servait à Saint-Caprais et qui était passé sous la garde du maître de musique BENFATI. Cet objet, propriété du ci-devant chapitre de Saint-Caprais, lui est finalement confié par le directoire.

• 1791-1792, Agen : Il est serpentiste à la cathédrale constitutionnelle, où il accompagne les chantres DARDES, MOUILHAC, PÉBERNAT et PINÈDRE.

• 25 mars 1792 : Le directoire du département refuse d'accorder une gratification de 200 l. demandée par BALME comme ancien sous-maître du ci-devant chapitre Saint-Caprais mais il prévoit de porter ses gages de joueur de serpent à la cathédrale à 300 l. par an à partir du 1er avril 1792.

• 30 frimaire an V (20 décembre 1796), Agen : Jean-Baptiste BALMES devient père d'un nouvel enfant. Il travaille désormais comme "employé au département".

• 2 germinal an VII (22 mars 1799), Agen : Il perd son fils aîné.
• 27 prairial an VII (15 juin 1799), Agen : Jean-Baptiste BALMES, devenu praticien, meurt. Son décès est déclaré par deux domestiques.

Mise à jour : 10 janvier 2017

Sources
F-Ad47/ 1 Q 36 ; F-Ad47/ BMS Agen ; F-Ad47/ L 44 ; F-Ad47/ L 45 ; F-Ad47/ L 47 ; F-Ad47/ L 48 ; F-Ad47/ L 49 ; F-Ad47/ L 52 ; F-Ad47/ L 529 ; F-Ad47/ L 553 ; F-Ad47/ L 554 ; F-Ad47/ NMD Agen ; F-An/ DXIX/091/780/18,02,10-13
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1788-11-2  / 1790-12 ca
Lieux :  Collégiale Saint-Caprais (AGEN)  
Fonction :  serpent (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

<<<< retour <<<<