Login
Menu et informations
BARDIÉ, Antoine (1750-1803 ap.)
État civil
NOM : BARDIÉ     Prénom(s) : Antoine     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : BARDIER
BARDIEU
BARDIE
Date(s) : 1750-7-18   / 1803-7-7 ap.
Notes biographiques

Ce musicien toulousain, sans doute formé à la cathédrale Saint-Étienne, s'établit à la veille de la Révolution dans la ville de Bordeaux où sa voix de haute-contre lui permet de mener une carrière de choriste tant à l'église qu'au théâtre.

• 18 septembre 1750, Toulouse : Antoine BARDIÉ naît. Il est le fils d'un maître menuisier. Ses parents habitent dans la paroisse Saint-Michel. Il est baptisé le surlendemain.

• 14 juin 1765, Toulouse : Une délibération capitulaire de la cathédrale Saint-Étienne évoque le départ d'un enfant de chœur nommé BARDIÉ qui sollicite un congé auprès de la compagnie parce qu'il a "perdu sa voix". Il quitte alors la psallette et reçoit une gratification de 100 livres.

• 26 juillet 1779, Toulouse : Antoine BARDIÉ épouse Élisabeth Boulade. Les noces sont célébrées en la paroisse Saint-Sernin où habite la jeune femme. L'acte de mariage ne mentionne pas quel métier exerce Antoine BARDIÉ à cette époque. Il signe "Bardier" avec un "r".
• 10 novembre 1779, Toulouse : Son épouse met au monde un petit garçon qui est baptisé là aussi en l'église Saint-Sernin.

• 20 juin 1780, Toulouse : Il est témoin au mariage de sa sœur Guillaumette. Il est présenté comme musicien de la paroisse Saint-Sernin. 
• 24 octobre 1780, Toulouse : Une deuxième sœur d'Antoine BARDIÉ se marie. On relève sur l'acte que son frère signe "Bardier fils ainé musicien"

• 1781 - 1785, Toulouse : Antoine BARDIÉ devient père de trois autres enfants. Il est alors maître de musique et habite dans la paroisse Notre-Dame du Taur. On ignore en revanche s'il est attaché à une église toulousaine où s'il est plutôt professeur de musique.

• 16 mars 1788, Bordeaux  : Pour "avoir chanté dans le chœurs" et "arranger la musique" lors d'un concert du Musée, il perçoit 60 livres.
• 1er octobre 1788, Bordeaux : Une pièce de comptabilité de la cathédrale Saint-André indique qu'un "Mr BARBIER haute-contre pour les chœurs messe et vepres" reçoit 6 livres. Il s'agit sans doute d'Antoine BARDIÉ

1790, Bordeaux : Antoine BARDIÉ intervient comme choriste à la cathédrale Saint-André, sans doute avec un statut de gagiste. Ses gages s'élèvent à 12 livres 10 sols en novembre ainsi qu'en décembre.

• [1790 - 1791], Bordeaux : Les musiciens de la cathédrale Saint-André adressent une pétition collective à l'Assemblée Nationale pour obtenir un secours. Antoine BARDIÉ ne fait pas partie des signataires.
• 19 mars 1791, Bordeaux : Le directoire du district décide de lui accorder 25 livres "sans tirer à conséquence sauf s'il est remployé par la nouvelle fabrique".
• 18 avril 1791, Bordeaux : Il continue à recevoir 25 livres pour son service des mois de mars et d'avril.
• 10 septembre 1791, Bordeaux : Un tableau des dépenses de la fabrique de la cathédrale met en évidence qu'il est employé comme haute-contre et que 150 livres par an lui sont versées.

• 4 nivôse an II (24 décembre 1793), Bordeaux : Antoine BARDIÉ apparaît avec Jean DUBAUX et Jean-Jacques DREUILH sur la liste des artistes du Théâtre de la Montagne qui sont arrêtés suite à des représentations de comédies jugées indécentes, notamment celle de La tentation de Saint-Antoine.  Ils sont toutefois acquittés et libérés le 17 nivôse.

• 18 floréal an V (7 mai 1797), Bordeaux : Un état de la troupe des artistes du Grand-Théâtre souligne qu'il touche 900 livres et qu'il fait partie des chœurs.

• 4 brumaire an VI (25 octobre 1797), Bordeaux : Son épouse Elisabeth Boulade meurt.

• 24 pluviôse an VI (12 février 1798), Bordeaux : Antoine BARDIÉ épouse en secondes noces Marie Dupuy. Il est qualifié lors de son mariage de musicien et il signe désormais "Bardié". Parmi les témoins qu'il a choisis,  on remarque la présence du facteur d'instruments à vent Daniel ROBERTY.

• an VII - an XI (1798 - 1803), Bordeaux : Trois enfants naissent de cette nouvelle union. Les actes naissance présentent Antoine BARDIÉ tour à tour comme "artiste" ou "artiste musicien". Il réside dans la rue Saint-Etienne.

• 5 brumaire an VIII (27 octobre 1799), Bordeaux : Il fait toujours partie de la compagnie du Grand-Théâtre et chante au Théâtre de l'Union.

Mise à jour : 10 novembre 2016

Sources
Aurélien Vivie, Les théâtres de Bordeaux pendant la Terreur... ; F-Ad31/ BMS Toulouse ; F-Ad33/ 1 Q 1393 ; F-Ad33/ 1 Q 1394 ; F-Ad33/ 4 L 126 ; F-Ad33/ G 3300 ; F-Ad33/ G 3335 ; F-Am Bordeaux/ NMD Section Nord ; F-Am Bordeaux/ NMD Section Sud ; F-Am Bordeaux/ NMD Section centre ; F-Am Bordeaux/ R 12 ; F-Am Bordeaux/ R 9 ; F-Am Toulouse/ BMS St-Michel ; Le musée de Bordeaux et la musique ; R. Machard, Musiciens de la cathédrale St-Étienne…
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1790-11 av.  / 1791-7 ap.
Lieux :  Cathédrale Saint-André (BORDEAUX)  
Fonction :  musicien (Église)  ;  choriste (Église)  ;  haute-contre (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

<<<< retour <<<<