Login
Menu et informations
BORDES, Jean-François (ca 1720-1775)
État civil
NOM : BORDES     Prénom(s) : Jean-François     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : BORDE
Date(s) : 1720 ca  / 1775-8-31
Notes biographiques

Formé à Toulouse par Charles LEVENS qui allait devenir son beau-père, Jean-François BORDES lui succède ensuite comme maître de musique à la cathédrale Saint-André de Bordeaux, après sa mort.

• Vers 1720, Toulouse : Jean-François BORDES est le fils de de Georges Bordes et de Catherine Caussade. Sa date de naissance est déterminée à partir de l'âge de cinquante-cinq ans qu'on lui prête en 1775 au moment de son décès. 

• Vers 1728, Toulouse : Il intègre la psallette de la cathédrale Saint-Étienne, dirigée par le maître de musique Charles LEVENS et le sous-maître Nicolas MAHÉ.

• 1er septembre 1736, Toulouse : Le nommé BORDES "plus ancien enfent de chœur"  sollicite son départ de la psallette. "Il prie la Compagnie de luy donner congé de la Maistrise ayant perdeu 
sa voix et la prie a meme tems de luy faire quelque gratification veu son long service".  Il reçoit 60 livres.

• 9 janvier 1738, Toulouse : Il est reçu par le chapitre de Saint-Étienne pour chanter la taille haute aux gages de 4 livres par mois. Il s'engage à "venir les dimanches et festes l'octave de la Feste Dieu et veille des grandes festes de l'année".

• 1745, Bordeaux : Fançois BORDES rejoint Charles LEVENS et Nicolas MAHÉ la cathédrale Saint-André. Il est à nouveau recruté comme haute-taille.
• 7 septembre 1747, Bordeaux : Un congé de quelques jours pour les vacances lui est accordé.
 
• 12 juin 1748, Bordeaux : Une gratification de 50 livres commence à lui être allouée. Chaque année au mois de juin, il touche en effet cette somme qui correspond sans doute au travail de copiste qu'il exerce auprès de Charles LEVENS.

• 3 mars 1750, Bordeaux : François BORDES épouse Jeanne la fille de Charles LEVENS en présence de Nicolas MAHÉ. L'acte de mariage mentionne qu'il est maître de musique, ce qui laisse supposer qu'il n'occupe plus à cette époque de poste à la cathédrale, mais qu'il donne plutôt des leçons en ville. A partir de cette date son nom ne figure plus dans les registres capitulaires, les feuilles de pointes des choristes ou encore les registres de comptabilité de la cathédrale Saint-André.
• 9 mars 1750, Bordeaux : Il devient père d'un premier fils qui porte le prénom de son aïeul maternel et parrain Charles LEVENS. Son épouse lui donnera cinq autres enfants.

• 6 mai 1756, Bordeaux : Il reçoit 30 livres. Il est qualifié de "musicien externe qui chante depuis quelques tems au choeur de cette Eglise."

• 14 juin 1762, Bordeaux : François BORDES, "musicien de cette Eglise" reçoit "comme chaque année" 50 livres de gratification. Il ne semble donc plus un simple gagiste et a donc été à nouveau recruté par le chapitre de la cathédrale.

• 22 mars 1764, Bordeaux : Suite au décès de Charles LEVENS, Jean-François BORDES est nommé maître de musique de la cathédrale Saint-André. Ses appointements sont fixés à 1800 livres. Il est chargé d'acquérir la musique de Charles LEVENS que sa belle-mère lui cède et il s'engage à remettre au chapitre une copie des partitions qu'il fera exécuter. 

• 20 septembre 1771, Bordeaux : Il perd son épouse

• 31 août 1775, Bordeaux : Jean-François BORDES s'éteint à son tour. Son corps est inhumé près du grand orgue de la cathédrale Saint-André.

• 15 juillet 1776, Bordeaux : L'un de ses fils, devenu diacre, met en vente l'intégralité de la musique de son grand-père et le fait notamment savoir dans les Annonces, affiches et avis divers de Paris.
• 14 mars 1778, Bordeaux : Le chapitre d'Auch charge son maître de musique de faire l'acquisition des partitions de Charles LEVENS.

Mise à jour : 13 janvier 2018

Sources
B. Michel, Le noël à grand chœur…, 2012 ; Dom Bedos de Celles : mémorialiste universel de la facture d'orgue [...] ; F-Ad33/ G 304 ; F-Ad33/ G 305 ; F-Ad33/ G 306 ; F-Ad33/ G 307 ; F-Ad33/ G 3294 ; F-Ad33/ G 3340 ; F-Am Bordeaux/ BMS Saint-André ; F-Am Bordeaux/ BMS St-André ; G. Bourligueux, "La maîtrise de la cathédrale de Vannes au XVIIIe siècle », SHAB, 1969-1970 ; MACHARD, Roberte, Les musiciens de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse…  ; Philippe Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècles ; R. Machard, Les musiciens de la cathédrale St-Étienne de Toulouse…

<<<< retour <<<<