Login
Menu et informations
BORGET, Joseph (1737-1811)
État civil
NOM : BORGET     Prénom(s) : Joseph     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : BORGEY
BOURGET
BARGET
Date(s) : 1737-6-26   / 1811-6-7 
Notes biographiques

Fils et frère de tisserands de toile, Joseph BORGET se forge un destin différent grâce à la musique et plus largement à la culture acquise à la maîtrise de sa ville natale, Châlon-sur-Saône. C'est à Dijon qu'il exerce longuement son métier de musicien, chantant la basse-taille à la cathédrale Saint-Étienne. Très lié au milieu musical local qu'il fréquente assidûment, on le voit aussi côtoyer d'autres mondes, artistiques et culturels (peintres, sculpteurs, métiers du livre) ou commerciaux et juridiques. Il semble à l'origine de la première feuille périodique publiée à Dijon.

• 26 juin 1737, Châlon-sur-Saône : Joseph BORGET naît ce jour-là, paroisse Saint-Vincent, mais il n'est baptisé que trois jours plus tard. Le célébrant qualifie son père "d'honnête Nicolas Borget tixier en toile à Chalon". Sa mère se nomme Pierrette Marlond. Le parrain et la marraine savent tous deux signer. Les noms de ses parents indiquent qu'il est frère de François BORGET, ultérieurement musicien – et sculpteur – à Autun et à Langres.

• [1745] : Joseph BORGET devient enfant de chœur à Châlon-sur-Saône. Il le reste durant dix ans, soit jusque vers 1755.

• 20 septembre 1755, Dijon : Telle est la date précise de son entrée au service de la cathédrale de Dijon indiquée lors de sa reconstitution de carrière effectuée début 1792. Selon le recensement de l'an IV, c'est en effet alors que Joseph BORGET arrive à Dijon. Il a 18 ans environ et sans doute sort-il juste de la maîtrise de Châlon. Il entre au service de la cathédrale Saint-Étienne de Dijon comme basse-taille et y restera 35 ans et quatre mois (selon son dossier de 1790-1791), durée précise qui confirme lui aussi la date de son arrivée à Dijon.

• 12 novembre 1760, Dijon : Joseph BORGET se marie avec Charlotte-Marie Bidault, dont on apprend ultérieurement qu'elle a un frère "marchand libraire au palais". L'acte de mariage, inscrit sur les registres de Saint-Médard (la cérémonie a eu lieu à la cathédrale), est peu informatif : les deux mariés sont majeurs, les noms de leurs parents ne sont pas même indiqués. Ceux de la mariée sont décédés, ceux du marié ont donné leur agrément depuis Châlon-sur-Saône où ils demeurent toujours. Deux frères Borget sont là, tous deux "tixiers en toile". Sont aussi présents un marchand venu de Châlon, un marchand plâtrier et un peintre de Dijon. Aucun musicien ne semble assister à la cérémonie.

• 13 mai 1765 : En l'église cathédrale Saint-Étienne, le sieur Joseph BORGET, "musicien de la même église", est parrain d'un fils de Nicolas Petit, entrepreneur à Dijon, et d'Henriette-Antoinette Millot son épouse.

• 29 novembre 1766 : "Honnêtte Charlotte Bidault, épouse de sr Joseph BORGET, musicien de l'église cathédrale" meurt à l'âge de 36 ans. Parmi les signataires de l'acte de sépulture, le lendemain, on remarque le musicien CÉRÈS.

• 23-25 août 1767, Dijon : Devenu veuf, Joseph BORGET "musicien à la cathédrale de cette ville", se remarie avec Marie Lavoignat, fille d'un négociant. Le musicien apporte 1 000 livres, la jeune femme 2 000. Le musicien Sébastien MALLOGÉ assiste au contrat de mariage signé le 23, et il est à nouveau présent lors de la cérémonie à la cathédrale, le 25 août, en compagnie de Bernard BUZENET. On remarque également la présence du relieur Edme Bidault, ex beau-frère du marié.

• 5 juillet 1768, Dijon : À Saint-Michel, Joseph BORGET et trois autres amis musiciens, Claude DOUDET, Michel FLUTTE et Thomas VIDAL, sont témoins du mariage de Jean-Baptiste BRICARD, musicien de la cathédrale.
• 8 juillet 1768 : Marie Lavoignat accouche de son premier enfant, une fille, baptisée en l'église cathédrale le lendemain. La marraine étant sa grand-mère maternelle, l'enfant hérite de son prénom, Bernarde. On remarque que cette grand-mère Lavoignat produit une signature aisée et travaillée, avec ruche : les affaires commerciales n'étaient sans doute pas l'apanage exclusif de son défunt mari. Le parrain est Mr Marc-Antoine Bizac sculpteur de S.A.S Mgr le Prince  de Condé, ce qui donne une indication sur les fréquentations de la famille Borget.

• 31 janvier 1769, Dijon : En l'église Saint-Michel, Antoine BERTHOT, Charles MATHIEU, Joseph BORGET et François TURPIN "tous quatre musiciens domiciliés en cette ville", sont témoins du remariage de leur ami Marie Michel FLUTTE, "musicien à la St Chapelle du Roy à Dijon", veuf d'Élisabeth Gaulon (qui était fille du musicien Jean-Bernard GAULON), avec Jeanne Seroin.

• 3 février 1770, Dijon : Ce jour-là paraît le premier numéro des Annonces et Affiches de Dijon, imprimées par le sieur Causse, imprimeur libraire place St-Étienne. L'"auteur de la feuille" est le sieur BORGET qui demeure "place St-Étienne" ou "près la Ste-Chapelle" et dont le prénom n'est pas indiqué. Dans les deux premiers numéros figurent des annonces mises par François MIELLE pour vendre un clavecin et un violon de Stener. Quant à Borget, de son côté, il offre à la vente "un petit Orgue portatif". Tout porte à croire qu'il s'agit bel et bien de Joseph BORGET (adresse de son domicile, liens avec les métiers du livre et les milieux musicaux…).
• 11 juillet 1770 : Un deuxième enfant naît chez les Borget-Lavoignat, baptisé Joseph-Marie-Charles. Il a pour parrain Charles MATHIEU, musicien de la Ste-Chapelle.

• [Entre mi-1770 et mi-1772], la famille Borget déménage, quittant la paroisse Saint-Médard pour s'installer paroisse Notre-Dame.

• 13 février 1772, Dijon : En l'église Saint-Michel le  sieur Joseph BORGET, "musicien de la cathédrale", et son épouse Marie Lavoignat sont parrain et marraine de Marie-Joseph, fille du sieur Jean-Louis MARTIN, musicien de la Sainte-Chapelle, et de Marguerite Franquetat, son épouse. Tous signent l'acte de baptême.
• 30 juillet 1772 : Marie Lavoignat, qualifiée de "marchande en cette ville", donne le jour à un troisième enfant, baptisé Jean le même jour en l'église Notre-Dame. Le père, le sieur Joseph BORGET, est toujours musicien de la cathédrale. Les parrain et marraine sont de jeunes enfants, l'un "fils mineur du sieur Fiot, bourgeois en cette ville", l'autre "fille mineure du sieur Caillot, épicier".
D'autres enfants suivront, comme Joseph né et baptisé le 28 septembre 1777, dont le parrain est procureur à la Chambre des Comptes  et la marraine fille du notaire Mathieu puiné.

• 21 février 1775, Dijon : Le sieur Joseph BORGET, "musicien en cette ville", est témoin du mariage du "musicien" François GERBERON et de Jeanne Moreau, orpheline d'un "marchand", à Notre-Dame.

• Décembre 1781, Dijon : Dans les pièces comptables du chapitre de Saint-Étienne est conservé un bel "état des gages et gratifications dues aux musiciens de la cathédrale". Chacun d'eux doit recevoir ce mois-là la somme de 41 livres 13 sols 4 deniers. En ordre alphabétique on trouve BAILLY, BORGET, BRICARD, DELILLEMAGNY, MALLOGÉMANDRAY et SAGOT.

• Décembre 1787, Dijon : Un autre état comptable est conservé. Il donne la liste suivante de musiciens : BAILLY, BORGET, BRICARD, MAGNY, MALLOGÉMANDRAY, SAGOT, et VERPAULT, auxquels s'ajoutent ARNAULD, violoncelle, LECLERC, organiste, et LEFRANC, serpent.

• 29 novembre 1788, Dijon : BORGET fait partie des musiciens qui, sous la direction de François COUET, jouent et chantent en l'église St-Jean-Baptiste, au mariage en grandes pompes d'une jeune "rosière" vertueuse avec un laboureur. L'orchestre est composé de plus de trente musiciens, amateurs, musiciens d'Église et musiciens de la Comédie, tous venus bénévolement. On relève la présence, notamment, de Nicolas BORNE, BRICARD, André CAILLOT, Pierre JARLOT, Jacques LEFRANC, Sébastien MALLOGÉ, Dominique MANDRAY, REGNAUD, Louis-François SAGOT, tous repérés en poste au même moment dans des églises dijonnaises, ainsi que AUDROUX, PAPIAS et PASQUIER qui restent à éclairer.

• 12 février 1790 : Le sieur Joseph BORGET, "musicien de l'église de Dijon", est parrain d'un fils de son frère Nicolas, "maitre tixier en toille à Dijon". Son épouse Marie Lavoignat est la marraine. Elle signe énergiquement "Lavoignat Borget".
1790, Dijon : Joseph BORGET chante toujours la basse-taille à la cathédrale Saint-Étienne.
Sous la direction du maître de musique François COUET, on entend au chœur de Saint-Étienne quatre basse-contre (André BAILLY, Jean-Baptiste BRICARD, UTINET, Henri VERPAULT), une basse-taille (Joseph BORGET), une haute-taille (Sébastien MALLOGÉ), une haute-contre (Dominique MANDRAY) deux serpents (Jacques LEFRANC et Claude MAGNY), un basson (Louis-François SAGOT), un joueur de basse ou de violoncelle (Nicolas-Joseph ARNAULD) et bien sûr l'organiste, François LECLERC.
M. BORGET, musicien, est taillé à 1 livre 12 sols rue  au Fermerot, paroisse Saint-Nicolas. Il est classé parmi les "ci-devant privilégiés", ce qui indique qu'il s'agit d'un musicien d'église, et donc très vraisemblablement de Joseph BORGET. On le retrouvera plus tard à la même adresse.

• 8 mai 1791 : Le plan de réorganisation de sa musique présenté par Volfius, Évêque de la Côte-d'Or, sans aucun doute inspiré par François COUET, prévoit quatre basse-contre, deux venant de la ci-devant Sainte-Chapelle (BERTHOT et FAIVRE), deux étant déjà précédemment à la cathédrale (BRICARD et VERPAULT), une basse taille, BORGET, de la cathédrale, une taille, JARLOT, de la Sainte-Chapelle,  et bien entendu la haute contre de la Sainte-Chapelle, Nicolas BORNE. À ces voix s’ajoutent trois instrumentistes, DELAURIÈRE et MILLOT de la Ste-Chapelle et le violoncelliste MICHAUD, sans oublier bien sûr l’organiste de la cathédrale, François LECLERC.

• 5 et 14 juin 1791 : Joseph BORGET, musicien, accompagne son ami Jean-Baptiste BRICARD, musicien de la cathédrale, d'abord lors de l'établissement de son contrat de mariage, puis lors de la célébration de son second mariage, avec Reine Mignard.

• [Vers 1792], Dijon : Joseph BORGET obtient une pension de 200 livres (il avait perçu 200 livres d'avance).

• 1794, Dijon : En compagnie de nombreux autres ci-devant musiciens d'Église tels BORNE, DELAURIÈRE, FREYHAMER, LEFRANC, MILLOT ou SAGOT, le citoyen BORGET est engagé comme instituteur de musique à l'Institut de Musique nouvellement créé par la Municipalité. Il est chargé d'y enseigner le chant.

• Fin 1795/début 1796, Dijon : Joseph BORGET, musicien, est recensé rue Porte fermerot, Section de l’Égalité, en compagnie de son épouse Marie Lavoignat, 60 ans.

• 11 frimaire an V (1er décembre 1796), Dijon : Marie Lavoignat décède à l'âge de 60 ans "dans le domicile de son mari", rue Tonnellerie. Le citoyen Joseph BORGET est qualifié de "musicien en cette commune" sans davantage de précision.

• 2 ventôse an V (20 février 1797), Dijon : Moins de trois mois après le décès de son épouse précédente, Joseph BORGET, musicien, demeurant rue Tonnellerie à Dijon, contracte son troisième mariage. Il épouse Antoinette Louet, qui demeure rue de la Chouette. Le musicien est accompagné de Nicolas BORNE, lui aussi dit "musicien" sans plus de précision, âgé de 50 ans, "demeurant rue de la Chouette en cette commune", qui est donc un voisin de la mariée. Celle-ci, jusqu'alors célibataire, est née à Dijon le 23 mai 1744. Son père, Didier Louet, est "décédé peintre en Amérique".

• Mars 1803, Dijon : Joseph BORGET, musicien, 66 ans, est recensé rue Tonnellerie, section de l’Égalité, avec sa femme, Antoinette Louet.
• 9 nivôse an XII [31 décembre 1803] : Le citoyen BORGET est nommé chantre première taille de la cathédrale Saint-Bénigne. Il est également désigné "maître des enfans de chœur" mais cela demeure virtuel puisque la fabrique précise qu'il n'aura pas de rémunération pour cette fonction "jusqu'à ce qu'il ait été statué sur leur établissement". Dans ce bas chœur nouvellement reconstitué, il côtoie un autre chantre taille, JACQUESON, deux basse-taille, FÈVRE [FAIVRE] et CHEVALIER, et un serpent, le citoyen LUCAN. Les deux tailles sont expressément chargées de faire les intonations. Il est convenu que ces cinq hommes "assisteront au chœur à tous les offices des fêtes et dimanches". Il ne s'agit donc plus d'emplois à temps plein, loin de là.

• 7 juin 1811, Dijon : Joseph BORGET, âgé de 74 ans, maitre de Musique, décède en son domicile. Il était toujours marié à Antoinette Louet.

Mise à jour : 28 novembre 2018

Sources
F-Ad 21/ L 514 ; F-Ad21/ 4E 2/1906 ; F-Ad21/ 4E 8 / 66 ; F-Ad21/ BMS Dijon, Notre-Dame ; F-Ad21/ BMS Notre-Dame de Dijon en ligne ; F-Ad21/ BMS St-Michel ; F-Ad21/ BMS St-Michel de Dijon en ligne ; F-Ad21/ BMS St-Médard de Dijon ; F-Ad21/ BMS St-Médard de Dijon en ligne ; F-Ad21/ BMS St-Nicolas de Dijon en ligne ; F-Ad21/ G 192 ; F-Ad21/ G 720 ; F-Ad21/ G 721 ; F-Ad21/ G 723 ; F-Ad21/ G 724 et 725 ; F-Ad21/ G 728 ; F-Ad21/ G 732 ; F-Ad21/ G sup 24/46 ; F-Ad21/ L 1522 ; F-Ad21/ L 1797 ; F-Ad21/ L 1798 ; F-Ad21/ NMD Dijon ; F-Ad21/ NMD Dijon an V ; F-Ad21/ série V ; F-Ad71/ BMS St-Vincent de Châlon ; F-Am Dijon/ 1F 1 ; F-Am Dijon/ L 329 bis ; F-AmDijon/ 2 R1/1 ; F-An/ DXIX/093/820-2/10 ; F-An/ DXIX/093/820-2/14,15,17,18 ; F-An/ F19/1128 ; F-BmDijon/ Res 1102, Affiches de Dijon ; J.-E. Doussot, Musique et Société à Dijon..., 1999 ; Journal de ce qui s’est passé à Dijon…, 1789 ; PM Guéritey, Le Grand orgue de la cathédrale…, 1996

<<<< retour <<<<