Login
Menu et informations
BOUQUET, Louis (1751-1790 ap.)
État civil
NOM : BOUQUET     Prénom(s) : Louis     Sexe : M
Date(s) : 1751-1-29  / 1790-5-16 ap.
Notes biographiques

Une basse-contre répondant au nom de BOUQUET sert plusieurs églises du Centre-ouest du royaume dans la décennie qui précède la Révolution. L'absence de son prénom dans certaines délibérations capitulaires ne permet pas d'affirmer avec certitude qu'il s'agit à chaque fois du même homme. La présente notice appelle donc des recherches complémentaires afin de s'assurer que les séjours à Tours, Poitiers puis Angoulême concernent bien un seul sieur BOUQUET.

• 29 janvier 1751, Saint-Vincent-des-Prés [Sarthe] : Louis BOUQUET naît dans ce village du Saosnois, près de Mamers, qui appartenait au diocèse du Mans. Il est issu du remariage de Mathurin Bouquet, tailleur d'habits, avec Marie Chedhomme [ou Chefdhomme].

• Quelle formation ? On peut imaginer qu'il ait été éduqué dans l'une des psallettes du Mans. Les archives de celle de la cathédrale ont malheureusement disparu.

• 21 juillet 1771, Saint-Vincent-des-Prés : Son père décède. Louis BOUQUET est présent à la sépulture aux côtés de sa mère, d'un frère et d'une sœur ainsi que des frères de la charité de la paroisse voisine de Saint-Rémy-des-Monts. Il est le seul à signer l'acte.

• 9 novembre 1773, Saint-Vincent-des-Prés : On relève à nouveau sa signature cette fois-ci lors du mariage de sa sœur. Le prêtre vicaire qui rédige l'acte ne mentionne pas le métier qu'il exerce à cette époque.

• 9 septembre 1787, Tours : Un nommé BOUQUET [sans prénom indiqué], basse-contre de la ville de Nevers ["ab urbe Nivernensi"] reçoit la somme de 60 livres pour ses frais de voyage. BOUQUET avait été invité à venir se faire entendre à la collégiale Saint-Martin afin qu'on puisse juger de la qualité de sa voix. Il n'est pas retenu.

• 20 avril 1788, Poitiers : Mr BOUQUET basse-contre de la Cathédrale St-Pierre, doit 92 livres à un maître cordonnier de la paroisse St-Savin auquel il loue 12 livres par mois un appartement garni. L'échelle de la date laisse supposer qu'il y est installé depuis plus de sept mois, ce qui pourrait coïncider parfaitement avec une arrivée à Poitiers immédiatement consécutive à son échec tourangeau. Un arrangement entre le locataire et son propriétaire est trouvé, sous l’égide du chapitre : une somme de 6 livres sera prélevée chaque semaine sur ses gages qui se montent à 12 livres par semaine. Son prénom n'est pas donné dans cette délibération.

• 12 septembre 1788, Angoulême : Louis BOUQUET, basse-contre, est reçu choriste à la cathédrale Saint-Pierre, à la place de Louis Guillaume PÂQUIN. Il est dit "natif de la paroisse Saint-Vincent des Prez dans le Saunois [sic], province et diocèse du Mans".
• 3 octobre 1788, Angoulême  : On lui accorde quinze jours d'exemption "afin de mettre de l'ordre dans ses affaires, ramener sa femme en ce pays, et s'y établir d'une manière fixe". Il s'est donc marié lors de l'une de ses étapes antérieures.
• 31 octobre 1788, Angoulême : Le chapitre lui achète soutane et surplis pour 48 livres 8 sols.

• [Jusqu'en 1790], Angoulême : Louis BOUQUET est toujours basse-contre à la cathédrale Saint-Pierre et perçoit 800 livres par an.
• 16 mai 1790, Angoulême : Les musiciens de la cathédrale adressent une supplique collective à l'Assemblée Nationale. Elle est signée par Pierre RENARD maître de musique, LEGRAND organiste, René-Gabriel L'HUILLIER basson et serpent, François DOUVILLÉ basse-contre, Louis BOUQUET basse-contre, Pierre FLANCHÉE basse-taille, et Henry BARDY haute-contre. Antoine CAUVILLET et Pierre REZÉ se joignent à leurs anciens collègues et apposent leur signature au bas du document sans mentionner la fonction qu'ils occupaient, sans doute parce qu'ils sont désormais des vétérans de ce corps de musique.

On perd ensuite la trace de Louis BOUQUET dans les sources charentaises.

Mise à jour : 13 novembre 2018

Sources
F-Ad16/ G 337/22 ; F-Ad16/ L 778 ; F-Ad72/ BMS St-Vincent-des-Prés ; F-Ad86/ G 327 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°35 ; F-An/ DXIX/055/177 bis/06 ; F-An/ DXIX/091/771/07-08,12 ; Émile Biais, Les artistes angoumoisins...., 1890

<<<< retour <<<<