Login
Menu et informations
CHANFRAULT, Égide (1745-1782 ap.)
État civil
NOM : CHANFRAULT     Prénom(s) : Égide     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : Aegidius
Gilles
Gil
CHAMFRAUT
CHANFRAUD

Date(s) : 1745-4-2  / 1782 ap.
Notes biographiques

Gilles CHANFRAULT, rebaptisé "Égide" ou "Ægidius" par les chanoines férus de latin, est successivement enfant de chœur à la Sainte Chapelle puis à la cathédrale de Bourges. Nanti d'un solide bagage par ce double cursus, il pourrait logiquement devenir musicien, mais si on l'aperçoit bien ultérieurement parmi les membres du bas chœur, il ne semble pas pour autant avoir appartenu au corps de musique de Saint-Étienne de Bourges.

• 2 avril 1745, Bourges [Cher] : Fils d'un vigneron, Gilles CHAMFRAUT est baptisé le jour de sa naissance en la paroisse Saint-Fulgent. Ni son parrain ni sa marraine ne savent signer. Il s'agit très vraisemblablement du futur enfant de chœur de la Sainte Chapelle.

• 1752, Bourges : "Égide" CHANFRAULT est reçu enfant de chœur de la Sainte Chapelle de Bourges. Son prénom Gilles a été latinisé par le secrétaire du chapitre, suivant un usage fréquent dans le monde capitulaire. Le maître de musique est alors, depuis 1749, Pierre-Étienne CANNEAUX.

• 4 juillet 1755 : Marie-Reine Renon a relevé une dizaine d'enfants de santé fragile nommés dans les ordonnances capitulaires de la Sainte Chapelle, soit parce que leur maladie nécessite un supplément de nourriture, soit parce que les parents se chargent de s'occuper d'eux à leur domicile : c'est le cas du jeune CHANFRAULT en 1755.

• Juillet 1757, Bourges : À l'extinction du chapitre palatin, en 1757, Égide CHAMFRAULT passe à la cathédrale Saint-Étienne, en compagnie d'Antoine FABRE, Charles GAULTIER, Jean-Louis LEJUSTE, Jean RAIMOND et Pierre SAUVAGE.

• 10 janvier 1765 : Son nom ne figure plus dans la liste des pueri lors du chapitre de la Saint-Guillaume.

• 29 juillet 1782, Bourges : Dans son journal, le chanoine Malyvert relate : "Du 29e juillet 1782, M. CANNEAUX est décédé à quatre heures et demie du matin, et fut enterré le lendemain, après matines. M. Berthier a officié. MM. des Beaupleins et de Saint-Maur ont fait diacre et sous-diacre ; les chapiers MM. SOUMARD et NEUVILLE, MM. TISSIER, NEUVILLE major, CHANFRAUD et DEMAHY ont porté le coin du drap ; il a été chanté la messe de Gilles".

Cela indique donc qu'à cette date-là il est "chapier" – et bénéficier – à la cathédrale. C'est, en l'état actuel des recherches, le dernier relevé le concernant. Il ne figure pas parmi les musiciens en poste en 1790 à la cathédrale de Bourges.

Mise à jour : 17 septembre 2020

Sources
F-Ad18/ BMS Bourges, Saint-Fulgent ; M.-R. Renon, Cahiers d'archéologie et d'histoire du Berry, 2007 ; M.-R. Renon, La Maîtrise de la cathédrale Saint-Étienne…, 1982 ; M.-R. Renon, La musique à la Sainte-Chapelle de Bourges [...], sd. ; M.-R. Renon, La musique à la Sainte-Chapelle de Bourges au XVIIIe siècle, s.d.

<<<< retour <<<<