Login
Menu et informations
CHAPUY, Marie Anne Françoise (1770-1810)

CHAPUY, Marie Anne Françoise (1770-1810)

État civil
NOM : CHAPUY     Prénom(s) : Marie Anne Françoise      Sexe : F
Autre(s) forme(s) du nom : CHAPUI
CHAPUIS
CHAPPUIS
CHAPPUY
Date(s) : 1770-10-3  / 1810-2-18 
Notes biographiques

Marie-Anne-Françoise CHAPUY apparaît fugacement comme organiste à Auxerre durant les toutes premières années de la Révolution, où elle tient l'orgue de la cathédrale Saint-Étienne. Puis elle retourne à l'invisibilité...

• Née le 3 octobre 1770 à Auxerre, Marie-Françoise CHAPUY est baptisée le même jour dans l'église paroissiale Saint-Eusèbe. Ses parents, Jacques CHAPUY et Françoise Georgin, s'étaient mariés trois ans plus tôt à Châtillon-sur-Seine (à quelque 80 km à l'est d'Auxerre), où son père était alors maître horloger. Son parrain, Jean-Baptiste Chapuy, également horloger, est l'un de ses deux oncles paternels. Sa marraine est Marie-Anne Derint, la fille d'un marchand fayancier de la ville. Officiellement prénommée Marie-Françoise, la petite fille sera en réalité appelée Marie-Anne-Françoise, du fait peut-être des prénoms de sa marraine.

• Durant les quinze années suivantes, ses parents, Jacques Chapuy et Françoise Georgin, auront – au moins – dix autres enfants. Plusieurs d'entre eux sont portés sur les fonts baptismaux par des musiciens : Joseph PALLAIS organiste de la cathédrale et la femme de Jean Jacques MÉRAL (octobre 1771), René COCHU facteur d’orgue (mars 1774), le fils de Pierre GUILLAUME organiste de la paroisse Notre Dame de Villeneuve-le-Roi (mai 1782) ou encore "François de Paul SENHAL musicien allemand" en mai 1786.
Marie-Anne-Françoise est elle-même marraine de plusieurs de ses petits frères et sœurs : en octobre 1778, elle a alors 8 ans et ne sait pas encore signer ; en mai 1782, elle a presque 12 ans et signe "M.A.F Chapuy" en grosses lettres bien formées et régulières ; en mai 1786, elle a 16 ans et une signature discrète d'adulte.

• Le 1er février 1774, dans Les Affiches d'Auxerre, le sieur "Chapui" [sic] "Horloger à Auxerre près les Fontaines"… passe une annonce au sujet d’une pendule de sa fabrication jouant 13 ariettes d’opéra, où il se qualifie de “jeune artiste”. S'agit-il du père de Marie-Anne-Françoise ou de l'un de ses oncles ?

• Mars-avril 1777, Auxerre : Le sieur "Chapuy le jeune", marchand horloger, puis le sieur Chapuy-Venevault, horloger, passent chacun une annonce dans Les Affiches d’Auxerre. Le 1er habite rue du Marché aux poules près la Halle aux Poissons, le second rue de l’Horloge, près l’Hôtel de Ville. Le journal conclue : “ Ce qui fait trois frères qui exercent le même Art dans cette Ville et avec distinction” .
Lequel des trois est Jacques, le père de la future oganiste ? Vraisemblablement celui de l'annonce de 1774 puisque l'adresse place des Fontaines sera ultérieurement celle de Marie-Anne-Françoise.
• Janvier 1778, Auxerre : Un sieur Chapuy horloger habite toujours "vis-à-vis les grandes Fontaines".

• En 1790, l'organiste officiel de la cathédrale d'Auxerre est Joseph PALLAIS. Il exerce à Auxerre depuis fin 1734, et est âgé de 78 ans : plusieurs sources font état de ses infirmités et de ses absences aux chapitres généraux en 1789 et 1790, sa femme meurt le 10 septembre 1790... On pourrait donc faire l'hypothèse que, même si PALLAIS reste organiste en titre, c'est parfois déjà Marie-Anne-Françoise CHAPUY qui le supplée.

• 13 juillet 1791, Auxerre : Marie-Anne-Françoise CHAPUY est choisie par les fabriciens pour toucher l’orgue de la cathédrale aux appointements de 400 livres par an. La veille, le conseil municipal avait reconnu que "… les orgues de l'église S.Étienne, qui n'ont pas été touchées depuis plus de six mois, [avaient] besoin d'être réparées et accordées", ce qui laisse penser que l'orgue n'a pas été utilisé depuis le retrait de Pallais. C'est le père de la jeune fille, l'horloger Jacques Chapuy, qui exécute ces réglages, pour la somme de 38 livres.

• Joseph-Alexandre, frère de Marie-Anne-Françoise, né un an après elle (et filleul de Joseph PALLAIS), est devenu horloger à son tour. Le 24 juillet 1792, il se marie à Québec où il a émigré, avec Marie-Anne Daniel, née au Québec de parents tous deux nés au Québec...

• 7 germinal 2 (27 mars 1794), Auxerre : Le citoyen Chapuy horloger à Auxerre, dont la fille Marie-Anne-Françoise a touché l'orgue de la ci-devant cathédrale pendant 2 ans et demi, est reconnu comme créancier de la Nation pour la somme de 1 000 livres. Marie-Anne CHAPUY semble avoir exercé jusqu’à la fin de 1793.
Le père est débouté de sa demande de remboursement de “la musique relative à l’orgue” par lui achetée pour 300 livres “qui lui devient inutile aujourd’hui” . En revanche, il est payé de petites réparations "extraordinaires" à l’orgue qu'il a effectuées à la suite de dégâts causés par "des malveillants". On peut penser que si ces réparations sont qualifiées d'extraordinaires c'est parce qu'il était par ailleurs chargé de l'entretien ordinaire de l'instrument.

Que devient ensuite Marie-Anne-Françoise CHAPUY ? À la reprise du culte, elle ne semble pas avoir retrouvé de tribune, pour autant qu'on puisse le savoir. Il est vraisemblable qu'elle a travaillé dans la boutique d'horlogerie familiale. Le sieur Chapuy qui effectue des "raccommodages" sur divers orgues de Bourgogne après le Concordat est très vraisemblablement son père.

• 9 décembre 1808 : À 9 h du matin, son père Jacques CHAPUY, âgé de 68 ans, meurt à Auxerre, place des Fontaines.

• 18 février 1810, Auxerre: À 2 heures du matin, place des Fontaines, décède Marie Françoise CHAPUY, âgée de 39 ans. Son frère Guillaume Joseph Chapuy, 30 ans, horloger, qui déclare le décès accompagné par un autre horloger, ne donne aucune précision sur son statut professionnel.
• 25 novembre 1810 : Toujours dans la même maison de la place des Fontaines meurt à son tour Marie-Françoise Georgin, âgée de 61 ans, veuve de Jacques CHAPUY, horloger.

Mise à jour : 3 août 2017
(merci à Robert Timon)

Sources
Ch. Porée, Documents sur la Révolution française..., 1905 ; F-Ad89/ BMS St-Eusèbe ; F-Ad89/ BMS St-Eusèbe d'Auxerre ; F-Ad89/ L 58 ; F-Ad89/ NMD Auxerre ; J.-M. Baffert, L'Ancien orgue... à Toucy, 1989.

<<<< retour <<<<