Login
Menu et informations
COLLET, François Pierre (1773-1842)
État civil
NOM : COLLET     Prénom(s) : François Pierre     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : COLET
Date(s) : 1773-5-8  / 1842-3-10
Notes biographiques

François-Pierre COLLET est un bon exemple de carrière musicale bousculée par la Révolution qui d'un ancien enfant de choeur devenu organiste de collégiale fait un professeur de musique dans une petite ville d'Anjou exerçant aussi une activité complémentaire de marchand. Il renoue toutefois avec l'orgue à la fin de sa vie, et peut-être en avait-il touché un discrètement (sans visibilité aisée dans les sources) tout au long de sa vie.

• François-Pierre COLLET naît le 8 mai 1773 à Laval [Mayenne], paroisse de La Trinité. Il est fils de Louis Collet, lamier (artisan textile) et de Louise Huchédé. Son parrain est son frère aîné, Pierre, alors enfant de choeur à Saint-Tugal de Laval.

• 19 juin 1779, Laval : François COLLET est à son tour reçu enfant de choeur de la collégiale Saint-Tugal.

• 29 septembre 1787, Laval : "F.Collet, enfant de choeur", signe un acte de sépulture dans le registre BMS de Saint-Tugal.

• 29 mai 1789, Laval : François COLLET devient organiste de la collégiale Saint-Tugal "à raison de 200 livres de gages". Il le reste jusqu'à la fermeture de la collégiale, à la fin de 1790.

Après la dissolution du chapitre, l'église Saint-Tugal devenant durant un bref laps de temps église paroissiale, François COLLET en reste l'organiste. Fin octobre 1791, le procureur de la fabrique écrit au procureur-syndic du district pour lui demander l'autorisation de payer à l'organiste le quartier échu le 1er octobre (c'est à dire le trimestre de juillet à septembre 1791). Il estime "assez juste de le payer", même si "depuis le commencement de ce trimestre il n’a pu remplir ses fonctions en l’église de St-Tugal" car s'il n'a pu toucher l'orgue, c'est "par un empêchement qu’il n’est pas en son pouvoir de lever". Cette lettre indique donc assez clairement que François COLLET est resté en fonction, de manière effective, jusqu'au début de juillet 1791.
Ensuite, l'église Saint-Tugal et son orgue étant fermés puis détruits, sans doute quitte-t-il Laval.
Ce n’est pas lui, mais Pierre RIBALLIER, précédemment organiste de l'église paroissiale de la Trinité, qui tient l’orgue de la Trinité devenue provisoirement cathédrale.

• 1806, La Flèche [Sarthe] : François COLLET épouse Françoise Marie Branchu, fille d'un marchand épicier. Il est alors professeur de musique à Baugé [Maine-et-Loire]. Son frère Pierre COLLET, maître de musique à La Flèche, est présent, ainsi que sa nièce Sophie Constance Collet.

• 1809-1815, Baugé [Maine-et-Loire] : François COLLET est qualifié de "marchand" lors de la naissance de ses deux enfants. Il demeure rue de la Barre à Baugé.

• 1842, La Flèche : À sa mort, François COLLET est dit organiste. On peut penser qu'il tenait alors l'orgue de l'église paroissiale Saint-Thomas, où il avait probablement succédé à son frère Pierre, décédé en 1822.

Dernière mise à jour : 12 janvier 2016

Sources
F-Ad49/ état civil en ligne ; F-Ad53/ L1436 ; F-Ad53/ Q 577  ; F-Ad72/ état-civil en ligne ; F-BM Laval/ ms 347
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1789-5-29  / 1791-7 ca
Lieux :  Collégiale Saint-Tugal (LAVAL)  
Fonction :  organiste (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : oui    
Ecclesiastique ? : clerc    
Situation maritale : célibataire    

<<<< retour <<<<