Login
Menu et informations
COUDRAY, René François (1745-1811)
État civil
NOM : COUDRAY     Prénom(s) : René François     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : COUDRAI
COUDRAYE
Date(s) : 1745-4-22  / 1811-11-21 
Notes biographiques

• 22 avril 1745, Sées : naissance de René François COUDRAY.

• [à partir de 1751 env.] et jusqu'à la Toussaint 1761, Sées : il est formé à la maîtrise de la cathédrale, où il est enfant de choeur.

• 30 octobre 1761, Sées : grand enfant de choeur sortant, René François COUDRAY qui a "perdu sa voix" quitte la psallette. Il est immédiatement reçu comme serpent à la cathédrale, mais semble-t-il pas à temps plein. Il est payé 3 sols par office. Peut-être suit-il des études ou exerce-t-il une autre activité en même temps ?

• à partir de janvier 1769, Sées : il semble maintenant considéré comme serpent et basson officiel et obtient des gages fixes hebdomadaires, d'abord de 3# / semaine, puis qui sont régulièrement augmentés jusqu'au niveau de 8#/semaine à partir de juin 1777 + distributions. De 1772 à 1777 au moins il y a un autre serpent à la cathédrale, le sieur BELLOT. À partir de juillet 1780, le second serpent est Jean René ÉLIE.

1790, Sées : René François COUDRAY est toujours serpent et basson à la cathédrale. Il reçoit un fixe de 416 livres / an, auquel s'ajoutent des distributions lui faisant atteindre les 500 livres annuelles. Il a une femme et deux enfants à nourrir.

Sées, du 15 janvier (dispersion du chapitre) jusqu'au 15 mai 1791 (installation de l'évêque constitutionnel), René François COUDRAY et Jean René ÉLIE restent sans activité ni revenu. À compter du 15 mai 1791, ils sont à nouveau employés comme serpents dans la cathédrale constitutionnelle.

• Juillet 1793, Sées : François COUDRAI est toujours chantre musicien de l’église épiscopale, c'est-à-dire de la cathédrale constitutionnelle. La Municipalité atteste son zèle patriotique et républicain.

• 14 mai 1794, Sées : Martial-Sylvestre BAROTTE, dit JOINVILLE et René François COUDRAY déposent une requête commune, réclamant le même traitement que AILBOUT et PITEL. Ils prétendent avoir été sans ressource depuis novembre 1789 [en fait: 1790 sans doute] jusqu’au 14 mai 1791, où ils ont repris du service dans la cathédrale constitutionnelle. Ils sont soutenus par la municipalité de Sées, et notamment par Malassis, alors officier municipal.

• Février 1801, SéesRené François COUDRAY est toujours pensionné ecclésiastique.

• 21 novembre 1811, Sées : décès de René François COUDRAY, qualifié dans l'acte de menuisier. Reconversion professionnelle réelle ou lapsus calami de l'officier d'état-civil ?

Sources
F-Ad61/ L 1367 ; F-Ad61/ G329 ; F-Ad61/ L 1352 ; F-Ad61/ L 1366 ; F-Ad61/ L 1367 ; F-Ad61/ L 1698 ; F-Ad61/ RC 1788-1790, sans cote ; F-Ad61/ état-civil en ligne
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1761-10-30  / 1791-1-15 
Lieux :  Cathédrale Notre-Dame (SÉES)  
Fonction :  serpent (Église)  ;  basson (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : oui    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

<<<< retour <<<<