Login
Menu et informations
DUMONT, Pierre (1729-1803 ap.)
État civil
NOM : DUMONT     Prénom(s) : Pierre     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : DUMOND
Date(s) : 1729-10-15   / 1803 ap.
Notes biographiques

Le parcours de Pierre DUMONT est lisible à partir de son passage à Tulle [Corrèze]. Il exerce à la cathédrale Saint-Martin en qualité de choriste et se maintient au même type de poste lorsqu'il s'installe à Uzerche, petite ville du Bas Limousin, située au nord ouest de Tulle, à environ 6 heures de marche. Il devient, par l'âge, le doyen du nouveau chapitre. Si l'on garde sa trace jusqu'en 1803, année du mariage de sa fille, nous ne savons pas (actuellement) ce qu'il est devenu après cet événement. 

• 15 octobre 1729, Eymoutiers [Haute-Vienne actuelle] : Pierre DUMONT naît dans la paroisse Notre-Dame d'Eymoutiers située dans le Haut Limousin.

• [Vers 1737] : Peut-être autour de cette période le jeune DUMONT a-t-il intégré un chapitre comme enfant de chœur. L'arrivée dans un bas chœur pour un enfant varie le plus souvent autour des âges de 6 à 8 ans environ. il ne serait pas impossible qu'il ait fait ses premières armes dans la collégiale Saint-Étienne d'Eymoutiers dont le chapitre, en 1790, comprenait 12 chanoines et entretenait une psallette. Toutefois, son dossier n'en dit rien et cela reste actuellement une hypothèse.

• [Vers 1749 à 1751] : Il semble vraisemblable que ces années virent le jeune DUMONT débuter son service en tant que chantre. Un document datant de 1792 évoque ses "39 ans de service attachés à l'office divin"... Si cette durée a été calculée jusqu'en 1790, cela situerait le début de carrière de DUMONT vers 1751. Les informations restent assez vagues, l'on ne peut affirmer dans quelle ville, ni dans quelle église il se trouvait à ce moment là. Force est de constater que ce que fit le jeune DUMOND jusqu'à son arrivée à Tulle, nous n'en savons rien.

• [Vers mi-1753], Tulle : Il devient choriste à la cathédrale Notre-Dame de Tulle, chapitre dans lequel il officie pendant près de 6 ans. Selon ses dires" il était au service de plusieurs églises en même temps". 
 
• Août 1759, Uzerche : Pierre DUMONT devient chantre à la collégiale Saint-Pierre d'Uzerche, il s'installe dans la ville et s'y marie avec Anne Combet. 

• 21 janvier 1765 : Les époux mettent au monde Marie-Agnès appelée aussi Marianne-Agnès. 

• 1er  décembre 1789, Uzerche : Pierre DUMONT marie sa fille à Jean Brandy de Leypinat, bourgeois de Saint-Pardoux, et fils de feu "François Grandy seigneur de Leypinat". L'acte de mariage révèle que la belle famille de DUMONT appartient à la petite bourgeoisie d'Uzerche. DUMONT est lui-même qualifié de "bourgeois".

1790, Uzerche : Pierre DUMONT a 62 ans, il souffre de "plusieurs infirmités", tout comme son épouse. Malgré cela, il occupe toujours le poste de choriste à la collégiale Saint-Pierre, dont il est le plus ancien membre. Il reçoit 160 livres d'appointements, (10 livres et un setier de seigle par mois, plus 40 livres d'étrennes annuelles), ce qui est très faible et suggère l'hypothèse qu'il exerçait une seconde activité en parallèle.
Dans le chapitre d'Uzerche, l'on trouve trois choristes, DUMONT, BOUILHAC et JODEAU, deux musiciens et joueurs de serpent, Jean-Claude BARTHELEMY et Charles d'HOURY ainsi que quatre enfants de chœur, Jean FAUGERAS, Pierre SOULETJean FAYAT, et un fils de BARTHELEMY, âgés entre 16 et 17 ans. François MONTEIL est bedeau, alors que François FAYAT est marguillier sonneur de cloches. 
• 21 novembre 1790, Uzerche, Une petite fille, Henriette, naît de l'union entre sa fille Marie-Agnès et Jean Brandy. DUMONT devient grand-père et parrain. La mention de "choriste" est indiqué sur l'acte de baptême. 
• 30 novembre 1790, Uzerche : Pierre DUMONT fait une demande de pension au Comité ecclésiastique. Son parcours depuis sa naissance est très sommairement retracé : ainsi sont évoqués son passage à Tulle comme choriste puis son arrivée à St-Pierre d'Uzerche. Nulle mention n'est faite sur ses années d'enfant de chœur. Son état de santé malheureux et celui de son épouse sont soulignés maintes fois, l'un "n'y voit presque plus", tandis que l'autre est "presque estropiée d'une jambe". Il espère de ce fait que la "grande humanité" du Comité saura s'attendrir sur sa triste situation. 
• 4 décembre 1790 : Le dossier est envoyé à la municipalité d'Uzerche, pour avis.
• 15 décembre 1790 : Les officiers municipaux de la commune d'Uzerche estiment juste de lui conserver "le même traitement sa vie durant, eu égard à ses longs services dans le chapitre, son âge et ses infirmités".

• 8 janvier 1791, Uzerche : Le directoire du district d'Uzerche partage le même avis que la municipalité pour lui accorder un traitement identique à celui qu'il recevait du chapitre.
• 8 février 1791, Uzerche : Le directoire du département de la Corrèze lui accorde 150 livres de pension.
• 2 novembre 1791 : Un arrêté du directoire du département de la Corrèze décide de fixer son traitement annuel à 125 livres, formant de ce fait, la moitié des appointements annuels dont il jouissait auparavant.
• [1791-1792] : Il demande en vertu de la loi du 26 août 1791 et en conséquence de ses 39 ans de services attachés à l'office divin que son traitement soit porté à 250 livres. Le document stipule que cette somme représentait le montant de ses appointements annuels. Cela contredit les données envoyées au district d'Uzerche et au directoire de la  Corrèze peu d'années auparavant. Le tableau indique également qu'il percevait un traitement de 200 livres par an. Est-ce une erreur de la part de DUMONT ou bien a-t-il écrit cela sciemment dans l'espoir d'obtenir cette somme ? 
• 23 septembre 1792 : Le directoire du département délibère sur sa demande et accepte de porter son traitement à 250 livres, "et ce à compter du 1er janvier 1791 déduction faite de ce qu'il a déjà reçu tant pendant ladite année que pendant les trois premiers trimestres de l'année courante et qu'en conséquence ledit sieur Dumont sera mis sur le tableau des pensionnaires de la nation dans le district d'Uzerche."

• 21 février 1803 : Sa fille Anne, veuve de Brandy, se remarie avec Pierre Colein, déjà deux fois veuf, à Espartignac, petite commune située à une heure de marche d'Uzerche. L'acte de mariage révèle que son père, ancien choriste, est veuf et vit désormais à Ceyrat, petit hameau dépendant d'Espartignac et possédant son église. Après cette journée des veufs, nous ne savons plus rien...

Cette date correspond aux dernières informations que nous ayons retrouvées sur Pierre DUMONT. Il est fort probable, vu son état de santé et son âge, qu'il ait passé ses derniers jours à Ceyrat. Cependant l'état civil n'a livré aucune donnée.

                                                                                                                                                                     Mise à jour : 10 juillet 2017

Sources
F -Ad19/ BMS St-Nicolas d'Uzerche ; F -Ad19/ BMS St-Nicolas/ Uzerche ; F-Ad19/ L 65 ; F-Ad19/ NMD Espartignac ; F-An/ DXIX/091/779/06,53
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1759-8   / 1790-11 ca
Lieux :  Collégiale Saint-Pierre (UZERCHE)  
Fonction :  choriste (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

Sa formation maîtrisienne est très probable mais reste à prouver.


<<<< retour <<<<