Login
Menu et informations
ESTORIAC, Élie (1763-1848)
État civil
NOM : ESTORIAC     Prénom(s) : Élie     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : STORIAC
ESTORIACQ
Date(s) : 1763-12-15  / 1848-12-30
Notes biographiques

Originaire de Bordeaux, Elie ESTORIAC mène l'ensemble de sa carrière d'organiste et de professeur de musique dans la ville qui l'a vu naître. Sa fonction précise en 1790 reste à découvrir car on ne peut affirmer avec certitude qu'il officiait déjà à cette époque à la tribune de la cathédrale Saint-André.

• 15 décembre 1763, Bordeaux : Fils de Bernard Estoriac, un canonnier de navire, et de Jeanne Beaupin, Élie ESTORIAC naît dans la paroisse Sainte-Eulalie où demeurent ses parents. Il est baptisé le lendemain et reçoit pour parrain son frère aîné qui porte le même prénom que lui.

• On ignore où il a été formé et s'il fréquenta l'une des deux psallettes bordelaises. Mais il fut un disciple de Franz BECK.

• 1781, Bordeaux : Johel Coutura dans son ouvrage Les Francs-maçons bordelais au siècle des Lumières cite Élie ESTORIAC comme membre de la loge maçonnique La Française d'Aquitaine.

• 1786, Bordeaux : Élie ESTORIAC devient "proscrit" et "brûlé".

• 1788, Bordeaux : Il est affilié à la société des cœurs réunis.

1790, Bordeaux : Les quelques lignes que Johel Coutura lui consacre peuvent laisser penser qu'Élie ESTORIAC serait à cette époque organiste à la cathédrale Saint-André. Le doute subsiste toutefois car Jean-Baptiste FEYZEAU est parfois présenté comme le dernier titulaire des orgues de la métropole avant la Révolution. La disparition des registres capitulaires ainsi que la non-participation de l'organiste à la pétition que tous les musiciens de la cathédrale adressent au district de Bordeaux ou à l'Assemblée Nationale ne permettent pas de trancher entre ces deux musiciens.

• Mars 1791 - décembre 1792, Bordeaux : Le citoyen ESTORIAC, professeur de musique et client de la maison Érard, achète quatre pianos.

• 12 ventôse an III (2 mars 1795), Bordeaux : Le fils de Franz BECK, Jean-François, capitaine de navires, choisit Élie ESTORIAC comme témoin lors de son mariage avec Françoise Arnaud. Il exerce alors comme professeur de musique et habite au n°19 de la rue du Peuge.

• 25 germinal an IV - nivôse an V (14 avril 1796 - janvier 1797), Bordeaux : Élie ESTORIAC continue à acheter à la maison Erard deux pianos carrés.

• 29 brumaire an V (19 novembre 1796), Bordeaux  : Son épouse Magdeleine Bertin donne naissance à un petit garçon. Son beau-père agriculteur à Croignon et sa sœur aînée sont les deux témoins qui déclarent cette naissance.

• 3 thermidor an VI (27 juillet 1798), Bordeaux  : Il devient père d'une petite fille. La mère d'Élie ESTORIAC, désormais veuve, habite avec lui au n°2 de la rue du Barillié.

• 25 thermidor an XI (13 août 1803), Bordeaux : Élie ESTORIAC est à nouveau témoin pour Jean-François Beck lors de la naissance d'un de ses fils. L'acte le présente comme artiste musicien et il est domicilié au n°31 du cours Tourny.

• 16 nivôse an XII (7 janvier 1804), Bordeaux  : Lors de la déclaration de naissance d'une nouvelle fille, Élie ESTORIAC est qualifié d'artiste musicien. Il réside "rue de la Régénération".

• Vers l'an XIII (vers 1805), Bordeaux : Il est organiste à la cathédrale Saint-André et semble occuper ce poste jusqu'en 1816.

• 1808, Bordeaux : Son nom est cité parmi les souscripteurs de l'ouvrage d'Alexandre Choron Principes de composition des écoles d'Italie.

• 12 août 1829, Bordeaux : Il unit sa fille Anne à l'un des fils de son ami Jean-François Beck. Au moment de ce mariage il est veuf et exerce comme maître de musique.

• 1832, Bordeaux  : Le nom d'ESTORIACQ apparaît dans L'annuaire de artistes français de Guyot de Fère. Il est professeur de piano au n°16 de la rue Saint-Martin.

• 30 décembre 1848, Bordeaux : Élie ESTORIAC "musicien" s'éteint. Son décès est déclaré par deux portefaix.

Mise à jour : 3 novembre 2016

Sources
Adelson Robert, The history of the Erard Piano... ; Choron Alexandre, Principes de composition des écoles d'Italie ; D.2009.1.83 ; F-Am Bordeaux/ BMS 1ère Section ; F-Am Bordeaux/ BMS St-André ; F-Am Bordeaux/ NMD 1ère Section ; F-Am Bordeaux/ NMD Section Centre ; F-Am Bordeaux/ NMD Section Nord ; Guyot de Fère, Annuaire des artistes français ; J.Coutura, Les Francs-maçons de Bordeaux au 18e siècle, 1988 ; M.Balans, Musiciens entre ciel et terre..., 2010. ; Pierre Guillot, Dictionnaire des organistes français des XIXe et XXe siècles

<<<< retour <<<<