Login
Menu et informations
GALLOT, Jean Marie (1747-1794)
État civil
NOM : GALLOT     Prénom(s) : Jean Marie     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : GALOT
Date(s) : 1747-7-14  / 1794-1-21
Notes biographiques

En partie chargé du chant à l'église paroissiale de La Trinité de Laval à la veille de la Révolution, Jean-Marie GALLOT est entré dans l'histoire en tant que prêtre réfractaire : il a été guillotiné au cœur de la Terreur.

• 14 juillet 1747, Laval : Jean-Marie GALLOT naît paroisse de la Trinité, de René Gallot, poupelier [artisan du textile], et de Jeanne Cosson. Il est baptisé le lendemain par un prêtre de la famille, M. Gallot, vicaire à Saint-Berthevin "près Laval". Son parrain est "maître René Jallier, prêtre habitué de cette paroisse" [de la Trinité]. L'enfant était d'emblée inscrit dans une logique de service de Dieu...

• Sa jeunesse et sa formation sont mal documentées dans la bibliographie ancienne, entièrement focalisée sur la fin tragique de son existence.

• 24 décembre 1786, Laval : Jean-Marie GALLOT figure  dans un tableau de la loge maçonnique « L’Union » de Laval, avec la fonction d’«Architecte» (dans une loge l’Architecte est un des «officiers» et est chargé de la gestion des biens meubles et immeubles de l’atelier). Cinq autres prêtres font partie de la même loge (selon Marius Lepage et André Bouton en 1951).
• L’abbé Jean-Marie Gallot aurait pris ses distances vis-à-vis de la franc-maçonnerie à la veille de la Révolution car il ne figure plus sur un autre tableau, daté du 16 mars 1789, détaillé par Marius Lepage.

• 1790 : Jean Marie GALLOT est sous-chantre de l'église paroissiale de la Trinité, à Laval, et aussi chapelain des Bénédictines. Au chœur de la Trinité, il assiste ou seconde Joseph PÉAN, chantre. Le père Saget écrit qu'à son poste de sous-chantre GALLOT "avait contribué à l'éducation des petits élèves de la psallette". Les sources manquent pour vérifier cette assertion.

• 21 janvier 1794, Laval : Le curé de la Trinité, Turpin du Cormier, et treize autres prêtres sont conduits à l'échafaud dressé sur la place au Bled. Parmi eux, Jean-Marie GALLOT, ci-devant sous-chantre de la Trinité, n'avait pas été déporté "parce que la goutte l’avait privé de l’usage de ses membres", selon Isidore Boullier. Il aurait été porté jusqu'à la guillotine.
Toute la bibliographie sur le sujet, chaque auteur recopiant les précédents, relate les répliques héroïques du prêtre face à ses juges.

• Les corps des 14 prêtres sont jetés dans une fosse commune, à Avénières, dans une lande nommée "La Croix Bataille" sur la route d’Entrammes. Un culte s'y développe ensuite…
En 1945, Max Ingrand dessine un vitrail pour la basilique. Les 14 prêtres y sont symbolisés par 14 palmes.
Le 19 juin 1955, le pape Pie XII béatifie les 14 prêtres ainsi qu’un curé et quatre religieuses également guillotinés en 1794.
Depuis 2009, un nouveau vitrail, réalisé par le vitrailliste manceau Didier Alliou, pérennise lui aussi le souvenir de cet épisode sanglant.

Dernière mise à jour : 12 mars 2016

Sources
A.Guillon, Les Martyrs de la foi…, 1821 ; Abbé Angot, Dictionnaire historique..., 1900-1903 ; F-Ad53/ BMS La Trinité ; I. Boullier, Laval et ses environs pendant la Révolution…, 1841 ; L.Saget, La maîtrise de la Cathédrale de Laval..., 1984 ; P. Liguine, Le bienheureux Jean-Marie Gallot..., 2006
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :   ?  / 1793 ca
Lieux :  Église paroissiale de la Trinité (LAVAL)  
Fonction :  sous-chantre (Église)  
Formation ? :  Non
Période :   ?  / 1790
Lieux : 
Fonction :  chapelain (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : clerc    
Situation maritale : célibataire    

- Formation maîtrisienne probable, mais non attestée.
- Avenir pro connu : prêtre réfractaire.


<<<< retour <<<<