Login
Menu et informations
GRATIEUX, François Jean-Baptiste (1720-1783)

GRATIEUX, François Jean-Baptiste (1720-1783)

État civil
NOM : GRATIEUX     Prénom(s) : François Jean-Baptiste      Sexe : M
Date(s) : 1720-1-16  / 1783-11-2 
Notes biographiques

Après une expérience à Notre-Dame de Paris, François Jean-Baptiste GRATIEUX a servi plus d'une trentaine d'années la collégiale Saint-Martin de Tours comme "joueur d'instruments", c'est-à-dire qu'il était polyvalent et savait jouer du serpent et du basson. Ayant opté pour la carrière ecclésiastique, il ne prend que les ordre mineurs qui lui permettent d’obtenir une petit bénéfice à la collégiale. Les chanoines le chargent de diverse tâches auprès des musiciens ou des enfants de chœur, apprenant aux uns le chant sur le livre et aux autres à jouer l'un de ses instruments de prédilection. Il a été par exemple le maître de Jacques GAUDEREAU. Il meurt en 1783.

• 16 janvier 1720, Tours : François Jean-[Baptiste] GRATIEUX, fils de François, maître ouvrier en soie et d’Élisabeth Besnardeau, vient au monde et il est baptisé en l'église paroissiale Saint-Pierre-de-Boile.

• 4 décembre 1741, Paris : Clerc tonsuré du diocèse de Tours, il est reçu serpent à la cathédrale Notre-Dame, sans doute suite au concours décidé par les chanoines le 13 novembre précédent. Le chapitre ne mentionne jamais les dates de départ de ses musiciens, on ne peut pas connaître la durée de son séjour dans cette église.

• 29 janvier 1750, Tours : Il signe comme parrain de Claude François, fils d’Étienne Claude DESSOMMES, musicien, et de Marie Petit, lors du baptême de ce dernier paroisse Saint-Venant.
• 8 juillet 1750, Tours : 550 livres de gages en titre. Est-ce le jour de sa première réception ? Il est clerc tonsuré du diocèse de Tours, musicien et joueur d’instruments.

• 27 juin 1754, Tours : Il prend possession d’une vicairie perpétuelle de la collégiale, il est toujours clerc du diocèse de Tours.

• 21 août 1755, Tours : Il est augmenté de 50 livres par an.

• 3 mars 1757, Tours : En compagnie de l'autre joueur d'instruments, Gabriel PERIOU, il est rappelé à l'ordre par les chanoines qui l'enjoignent à être plus exact aux offices sous peine d'être mis à l'amende par le poncteur des musiciens.

• 2 janvier 1759, Tours : Il est mis à l'amende de 12 sols sur la table de la pointe des semi-prébendés et musiciens pour le mois de décembre dernier. On relève huit autres noms dont cinq chanoines semi-prébendés.
• 22 février 1759, Tours : Le chapitre lui fait rembourser par le fabricier la somme de 92 livres 16 sols utilisée pour acheter deux "boccaux" à l'usage d'un serpent; ils ont été offerts par le chapitre à ses deux serpents, GRATIEUX et PERIOU.
• 6 juillet 1759, Tours : Après lecture de sa requête, les chanoines lui attribuent une augmentation de  gages de 100 livres par an à la condition d'enseigner à jouer de ses instruments [serpent et basson] aux enfants de la psallette.

• 23 septembre  1765, Tours : Joueur d'instruments, il obtient un congé de trois semaines à partir du trente mais il devra venir jouer lors des offices du dimanche.

• 30 avril 1769, Tours : Vicaire de la collégiale Saint-Martin, il signe  l'inhumation de sa mère.

• 26 février 1774, Tours : Il est mulcté de 2 livres 2 sols par le poncteur des chanoines semi-prébendés et des musiciens pour absences depuis le 25 janvier.

• 7 septembre 1775, Tours : Il obtient un congé jusqu'à la Toussaint avec maintien de ses gages mais devra jouer en alternance avec PINSON les dimanches et fêtes.

• 2 mars 1776, Tours : La compagnie augmente les gages payés à Louis PINSON, autre joueur d'instruments, à condition qu'il apprenne à jouer de ces instruments (basson et serpent] aux enfants de chœur, en alternance avec lui, qui assure l'autre fonction de joueur d'instruments au sein de la collégiale.

• 19 février 1778, Tours : Le chapitre lui donne un serpent par grâce spéciale.
• 5 mai 1778, Tours : On lui rembourse 93 livres 12 sols pour achat d'un serpent mais aussi réfection de l'ancien, outre quelques autres menues dépenses. Le nouveau serpent est déposé dans la bibliothèque capitulaire sur ordre du chapitre le 10 juillet suivant.
• 10 juillet 1778, Tours : En raison de son mauvais état de santé et de celui d'Augustin LECOMTE, ils seront supplées au serpent et au basson les jours de fêtes solennels par Jean Charles JOUBERT.
• 29 août 1778, Tours : Il fait une démarche auprès du chapitre car sa santé bientôt rétablie, il se dit prêt à servir à nouveau pleinement mais en raison de l’existence d'un nouveau joueur d'instruments, il espère que ses gages seront augmentés.
• 16 décembre 1778, Tours : La compagnie lui octroie 120 livres afin de pouvoir faire face à la grave maladie qui le frappe.

• 24 août 1779, Tours : Le fabricier est chargé de verser une somme de 120 livres à ce joueur de serpent et basson afin de lui permettre de se soigner avant la fête de la saint Martin d'Hiver prochaine.

• 26 mars 1782, Tours : Le chapitre décide qu"il instruira la basse-contre LE VASSEUR  "in cantu" moyennant la somme de 24 livres.

• 10 juillet 1783, Tours : La compagnie demande à ce musicien symphoniste d'enseigner le serpent et le basson aux enfants de chœur.
• 15 juillet 1783, Tours : A Saint-Venant, « bénéficier de l’Eglise st-Martin », signe comme témoin au mariage de sa cousine Louise Besnardeau avec Pierre Philippe Roze, couvreur.
• 21 juillet 1783, Tours : La fabrique doit lui verser 64 livres et 8 sols pour achat de victuailles pendant trois mois afin de rétablir sa santé. Il est qualifié de joueur de serpent.
• 13 septembre 1783, Tours : Le chapitre lui rembourse la somme de 100 livres qu'il a avancée pour l'achat d'un basson à l'usage de l'enfant de chœur Jacques GAUDEREAU.
• 2 novembre 1783, Tours : On annonce son décès à deux heures de l'après-midi , en galerie après les vêpres; il est mentionné comme clerc tonsuré et vicaire perpétuel, musicien, joueur d'instruments.Son corps sera examiné et un service célébré le lendemain après vêpres. Il est Inhumé le 3 dans le préau de la collégiale, c'est-à-dire dans le cloître.
• 11 décembre 1783, Tours : Les chanoine achètent son serpent à sa sœur pour le prix de 48 livres.Il vivait en effet avec la demoiselle Marie-Anne Gratieux, rue Quincamgrogne.
• 20 décembre 1783, Tours : Le poste laissé vacant par le décès de GRATIEUX est reprécisé : il s'agit de joueur du serpent, du basson, de la flûte et de la clarinette afin de pouvoir jouer lors des offices divins mais aussi parvenir à enseigner ces instruments aux enfants de chœur; le montant des gages s'élèvera à 700 livres par an.

Mise à jour : 17 décembre 2017

Sources
F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°17 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°18 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°19 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°20 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°21 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°22 ; F-Ad37/ 6NUM6/ 261/ 668 ; F-Ad37/ 6NUM6/ 261/ 812 ; F-Ad37/ 6NUM7/ 261/ 039 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°1 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°12 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°13 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°14 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°15 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°16 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°25 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°26 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°29 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°30 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°5 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°6 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°7 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°8 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°9 ; F-AdioTours/ registre capitulaire St-Martin n°23 ; F-AdioTours/ registre capitulaire St-Martin n°24 ; F-An/ LL/ 232/ 20

<<<< retour <<<<