Login
Menu et informations
GRIVEAU, Mathurin Charles (1767-1832)
État civil
NOM : GRIVEAU     Prénom(s) : Mathurin Charles     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : GRIVAU
Date(s) : 1767-8-18   / 1832-5-1 
Notes biographiques

À Laval [Mayenne], Mathurin GRIVEAU a connu une très brève carrière de chantre, vite interrompue par la Révolution, au cours de laquelle il devient prêtre et semble jouer un rôle au sein du clergé constitutionnel.

• Mathurin GRIVEAU est né le 18 août 1767, à Laval, paroisse de la Trinité. Il est fils de René Denis Griveau, boulanger et de Michelle Mouliès.

• L'enquête reste à mener pour savoir comment il a été formé au chant d'Église.

•  25 décembre 1789, Laval : Mathurin GRIVEAU est reçu comme psalteur au choeur de la collégiale Saint-Tugal. On peut penser qu'il remplace René MORZEL, à "l'esprit aliéné", ou bien Jean-Baptiste JOSSET, devenu trop âgé pour assurer un service régulier.

• Juillet 1790, Laval : Mathurin GRIVEAU est mentionné dans un document émanant du chapitre de Saint-Tugal comme étant "psalteur à 300 livres de gages par an". Le secrétaire capitulaire précise : "il est très pauvre par infortune de ses parens, et mériteroit une récompense, en attendant qu'il se place". Chantent aussi au choeur François CLÉMENT, Julien-Grégoire TURMEAU et Mathurin LEPRÊTRE, placés sous la direction de François BOURDAIS.

• 25 septembre 1792 : Prêtant le serment de Liberté et d'Égalité, Mathurin GRIVEAU est donné comme "Diacre et chantre à la Cathédrale" : à la suite de la fermeture de la collégiale le 23 novembre 1790, il a obtenu une place de chantre à la Cathédrale constitutionnelle brièvement instituée dans l'église de la Trinité.

• À la fin de 1792 ou au début de 1793 : Selon Isidore Boullier, après avoir suivi des études au séminaire de Laval, Mathurin GRIVEAU aurait été ordonné prêtre au Mans, par Prudhomme de la Boussinière, évêque de la Sarthe, après le départ de Villar, évêque de la Mayenne, pour la Convention.
En tout cas, Mathurin GRIVEAU était prêtre, et vicaire de Saint-Vénérand, le 17 février 1793, jour où il fut nommé curé de Bonchamp, paroisse située à 6 km à l'est du centre de Laval.
Il est ensuite désigné comme "Ministre du culte" dans ses serments de Haine à la Royauté (16 septembre 1797) et de non rétractation (3 septembre 1798) et comme "prêtre constitutionnel" (dans les deux serments de vie, individualité et résidence, 6 et 9 juillet 1798).

• Toujours selon Isidore Boullier, après la Terreur il quitte la cure de Bonchamp pour revenir à Laval où il exerce le culte à la Trinité.
• Puis, "après la mort du curé d’Andouillé, il alla desservir cette paroisse, dont il fut fait curé au Concordat. Il en fut retiré en 1815 et s’établit à Laval, où il était prêtre habitué à St-Vénérand. Il tenait en outre une école de petits enfants".

• 1er mai 1832, Laval : "Mr Mathurin Charles GRIVEAU, prêtre, est décédé ce matin à 8 heures". Il demeurait "rue de hameau".

Dernière mise à jour : 7 janvier 2016

Sources
F-Ad53/ L926 ; F-BM Laval/ ms 347 ; I. Boullier, Laval et ses environs pendant la Révolution…, 1841
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1789-12-25  / 1790-11
Lieux :  Collégiale Saint-Tugal (LAVAL)  
Fonction :  chantre (plain-chant)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : célibataire    

Le secrétaire capitulaire en juillet 1790 le dit "garçon", mais ne précise pas qu'il est clerc, ce qui semble indiquer qu'il ne l'est pas.


<<<< retour <<<<