Login
Menu et informations
HAMON, Gilles (1750-1827)
État civil
NOM : HAMON     Prénom(s) : Gilles     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : HAMMON
AMON
AMMON
Date(s) : 1750-3-20   / 1827-10-30 
Notes biographiques

Après avoir été enfant de chœur dans sa paroisse natale de Ploujean - aujourd'hui incorporée à la commune de Morlaix - et une carrière longue d'un quart de siècle comme chantre en la collégiale Notre-Dame-du-Mur à Morlaix, Gilles HAMON voit son activité musicale stoppée au moment de la suppression des chapitres en 1790. Bien que trouvant encore à s'employer jusque vers 1792 comme chantre en l'église Saint-Mathieu de Morlaix, Gilles HAMON  doit se tourner très vite vers l'enseignement pour subvenir aux besoins de sa famille.

• 20 mars 1750, Ploujean [Morlaix, Finistère] : Gilles HAMON naît du mariage d'entre Vincent Hamon et Françoise Pendu. La famille réside au bourg de Ploujean. L'enfant est baptisé le lendemain : son parrain est Gilles Pendu et sa marraine, Françoise Quernevez. Le père, le parrain et la marraine déclarent ne pas savoir signer.

• 1756, Ploujean : D'après la pétition qu'il rédige en 1793, Gilles HAMON est reçu comme enfant de chœur de l'église de Ploujean. Il y restera dix ans et demi.

• 1er avril 1766, Morlaix [Finistère] : Gilles HAMON est reçu chantre par le chapitre de la Collégiale Notre-Dame-du-Mur. Il partage cette fonction avec Jean François BOUGEARD.

• 19 septembre 1768, Morlaix : Le mariage de Gilles HAMON avec Marie Jeanne Parchiminal ou Parcheminal est célébré en l'église paroissiale Saint-Martin. L'acte précise que Gilles HAMON est domicilié sur la paroisse Saint-Mathieu de Morlaix. Sept enfants naîtront de ce mariage.

• 1769-1779, Morlaix : La famille HAMON réside sur le territoire de la paroisse Saint-Melaine comme stipulé dans les actes de baptême des six enfants nés durant cette période. Dans l'acte du 26 avril 1776, le prêtre précise que la famille est établie "rue des fontaines".

• 4 juin 1790, Morlaix : Jean François BOUGEARD et Gilles HAMON signent une quittance de 3 livres pour leur assistance à la procession de la Fête-Dieu de la collégiale Notre-dame-du-Mur où ils sont toujours chantres, fonction qu'ils indiquent dans leur signature sous leur nom.
• 27 septembre 1790, Morlaix : Gilles HAMON perçoit 3 livres à valoir sur ses gages échus en septembre afin de payer son cordonnier. Au total, tout comme son confrère chantre Jean François BOUGEARD, Gilles HAMON perçoit 19 livres à valoir sur ses gages du quartier en cours.
• 3 novembre 1790, Morlaix : Gilles HAMON et Jean-François BOUGEARD se présentent au district de Morlaix pour obtenir leurs derniers gages et un traitement comme anciens chantres.
• 1er décembre 1790, Morlaix : Par quittance donnée au chanoine Dujardin Counant sindic de la Collégiale Notre-Dame-du-Mur, Gilles HAMON reconnait avoir perçu 3 livres "pour papier et écritures de la déclaration générale faites au District de Morlaix".

• [Vers fin 1790], Morlaix : Gilles HAMON, ancien chantre de la collégiale de Notre-Dame-du-Mur, reçoit 30 livres du district de Morlaix.

• Vers 1790 jusque vers 1792, Morlaix : Gilles HAMON et Jean François SOURIMANT, tous deux anciens chantres de la collégiale Notre-Dame du Mur, perçoivent 75 livres par quartier pour leurs gages en tant que chantres de la paroisse Notre-Dame, paroisse nouvellement créée à la Révolution et englobant les anciennes paroisses de Morlaix. Ils officient en l'église succursale Saint-Mathieu.

• 2 février 1791, Morlaix : Après "25 ans moins 2 mois de service" à la collégiale Notre-Dame-du-Mur, Gilles HAMON doit quitter ses fonctions de chantre.
• 21 février 1791, Morlaix : Nouvelle tentative de Gilles HAMON et de Jean François BOUGEARD auprès du district de Morlaix pour obtenir ce qui leur est dû pour leurs services de chantres. Le district les invite à se tourner vers le directoire du département.
• 28 février 1791, Morlaix : Les deux ex-chantres de la collégiale Notre-Dame-du-Mur, Gilles HAMON et Jean François BOUGEARD, ainsi que René Orven - sacristain en la dite collégiale - adressent au Département du Finistère une supplique collective pour obtenir leurs derniers gages et un traitement suivant les décrets de l'Assemblée Nationale.

• 15 septembre 1793, Morlaix : Gilles HAMON adresse une lettre à un "citoyen et ami", expliquant sa carrière et ses démarches, tant auprès de l'évêque qu'auprès du département, pour obtenir des secours ou une pension, démarches qui sont restées sans réponse. Il souhaite réitérer sa demande car n'ayant plus d'écolier - Gilles HAMON est donc instituteur - depuis un certain temps, il se trouve sans ressource : "je suis beaucoup dans le besoin, présentement je n'ai point d'écolier même il y à longtems". Gilles HAMON demeure en la rue Saint-Melaine. Il signe "Gilles Hamon Chantre de la paroisse N. Dame de Morlaix".

• 11 juin 1794, Landerneau [Finistère] : Le département du Finistère fixe la pension de Gilles HAMON à 100 livres par an au vu de son ancienneté à la collégiale Notre-Dame-du-Mur et ce, "à compter du jour qu'il a cessé d'être payé par le ci-devant chapitre".
• 29 août 1794, Morlaix : D'après un tableau établi par le District de Morlaix intitulé "Etat des Employés et Serviteurs des ci-devant Chapitres et établissements Ecclésiastiques supprimés", Gilles HAMON perçoit une pension de 100 livres et est qualifié de "Marié et bon patriote".

• 15 janvier 1798, Morlaix : Marie-Jeanne Parcheminal, épouse de Gilles HAMON, décède en son domicile "rue du Dossen, section des Halles". Gilles HAMON exerce toujours en tant qu'instituteur.

•••

• 29 octobre 1827, Morlaix : À l'âge de 80 ans, Gilles HAMON décède en sa demeure située "rue Basse, section des Halles". L'acte le dit "chantre retraité" ce qui suggère qu'il aurait pu reprendre une activité cantorale après la Révolution.

Mise à jour : 15 août 2019

Sources
F-Ad29/ 1 Q 2477 ; F-Ad29/ 150 G 130 ; F-Ad29/ 18 L 71 ; F-Ad29/ 18 L 98 ; F-Ad29/ 26 L 164 ; F-Ad29/ BMS Ploujean  ; F-Ad29/ BMS St-Martin de Morlaix  ; F-Ad29/ BMS St-Mathieu de Morlaix  ; F-Ad29/ BMS St-Melaine de Morlaix  ; F-Ad29/ NMD Morlaix

<<<< retour <<<<