Login
Menu et informations
HENOCQ, Valéry (1741-1793)
État civil
NOM : HENOCQ     Prénom(s) : Valéry     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : ENOCQ
HENOC
Date(s) : 1741-4-24   / 1793-10-30 
Notes biographiques

• Valéry HENOCQ est né le 24 avril 1741 à Saint-Valéry-sur-Mer [sur la baie de Somme]. Il est le fils de Claude Henocq, garde dans les fermes du Roi (soldat dans une des brigades luttant contre la contrebande de sel), et de Marie Théole.
 
• 1749-1757, Corbie [Somme] : Valéry est reçu enfant de chœur en l'abbaye Saint-Pierre.
 
• 1757, Marchiennes [Nord] : Il entre comme serpentiste et basson à l'abbaye.

• 26 juin 1761, Marchiennes : Valéry HENOCQ se marie avec Marie Joseph Loubert, fille de charpentier.
 
• 1761 : "Je me suis marié; autre convention, on m'a reduit a deux cent francs, cinq rasieres de bled et un pot de biere par jour pour remplir les mesmes fonctions". Il présente alors une requête à l'abbé et aux religieux afin qu'on l'augmente pour subvenir aux besoins de sa femme et (ultérieurement) de ses deux enfants. Refus de la communauté.

• 17 août 1763, Seclin [Nord] : Valéry HENOCQ, "sergent à verges de l'abbaye de Marchiennes" se remarie avec Marie-Thérèse Robertine Heroguer, plus âgée de dix ans, fille de notaire et greffier du chapitre Saint-Piat dont un oncle est aussi chanoine. Un contrat de mariage a été signé le 1er août.

• 15 octobre 1782, Lille, paroisse Sainte-Marie-Madeleine : Veuf pour la seconde fois, Valéry HENOCQ se remarie avec Marie Rose Joseph Tintignie, domestique.

• 11 juin 1785, Marchiennes : Leur fille Hypolite Françoise est baptisée.

• 1786, Marchiennes : Valéry HENOCQ présente une requête afin d'être augmenté car sa famille s'agrandit. Les religieux refusent. Reste-t-il alors au service de l'abbaye ? Il semble que non à lire la suite.

• 29 octobre 1787, Sucy-en-Brie : Lors du baptême de son fils Pierre Charles Valéry, Henocq est dit "concierge de Grandval", c'est-à-dire au château de Grandval où Diderot résida en 1759 près d'une cousine d'Holbach, dont le régisseur, le sieur Josse, signe comme parrain. Cela veut-il dire que Valéry a délaissé son métier d'origine pour entamer une carrière dans la domesticité des grandes maisons, poussé peut-être par sa femme qui est issue de ce milieu ?

• 8 octobre 1789, Marchiennes : De retour dans le Hainaut, Valéry HENOCQ présente une seconde requête aux religieux de l'abbaye "ils m'ont fait reponse que je pouvois vendre mon serpent et qu'ils n'en vouloient plus et qu'enfin me voila sans aucune ressource abbandonée depuis un an de leur part". Hénocq serait revenu peut-être dans le pays à la fin de l'année 1787 ?

1790, Marchiennes : Valéry HENOCQ est toujours en poste comme serpentiste au gages annuels de 200 francs mais il est également nourri et logé, à la condition d'assister tous les jours aux offices et d'y jouer du serpent. Il rédige une supplique à l'intention du directoire du district de Douai au ton dramatique: "n'ayant d'autre ressource que ma musique et mon serpent". Il ne dit mot de sa parenthèse parisienne.

• 8 janvier 1792, Marchiennes : "Serpentiste de cette église", Valéry HENOCQ signe au bas d'un acte de sépulture.

• 30 octobre 1793, Marchiennes : La ville ayant été investie par une colonne française dirigée par Souham, elle est reconquise lors de féroces combats par les troupes autrichiennes du duc d'York. Valéry HENOCQ est tué près des écluses de la ville lors de l'assaut et il est inhumé sur place par ordre de la municipalité. De nombreux autres civils ont été massacrés ce jour-là, outre de nombreux soldats français.

• 10 avril 1804, Templeuve [au sud-est de Lille] : Sa fille Hypolite-Françoise, journalière, est autorisée par le conseil de famille réuni devant le juge de paix le 6 avril précédent à épouser Aimable-François Costenoble, cabaretier de 30 ans. Valéry est dit "natif de Sucy près Paris", preuve que onze ans après son décès, ses enfants ne savent presque rien de leur père. Sa dernière épouse est également décédée.

• 23 septembre 1807, Templeuve : Veuve, Hypolite Henocq se remarie à Jean-Baptiste Herbaut, aussi cabaretier.

• 27 janvier 1818, Templeuve : Le fils de Valéry Henocq, Pierre Charles Valéry, épouse Ernestine Poupard, cabaretière. Il présente lui aussi son père comme natif de Sucy.

Sources
F-Ad59/ L 5130 ; F-Ad59/023R016 ; F-Ad59/5MI023R018 ; F-Ad59/5MI044R063 ; F-Ad59/5MI048R045 ; F-Ad80/5MI_1156 ; F-Ad94/1MI2568
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1789 ca  / 1790
Lieux :  Abbaye bénédictine Sainte-Richtrude (MARCHIENNES)  
Fonction :  basson (Église)  ;  serpent (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : oui    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

<<<< retour <<<<