Login
Menu et informations
JACQ, Julien (1745-1790)
État civil
NOM : JACQ     Prénom(s) : Julien     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : JAC
JACQUE
JACQUES
Date(s) : 1745-2-23   / 1790-1-28 
Notes biographiques

Après vingt ans d'exercice comme organiste à la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon, Julien JACQ disparaît à l'orée de l'année 1790...

• 23 février 1745, Morlaix [Finistère] : Julien JACQ est né du mariage de Jean-Marie Jacq qui, d'après des actes de 1741-1742, serait "pasqueur ou pâqueur de toiles", et de Catherine Offret. Il est baptisé le lendemain en l'église Saint-Martin. Le parrain de l'enfant est son grand-père maternel et sa marraine est sa grand-mère paternelle. Tous deux savent signer leur nom, de même que son père.

• [vers 1752-1761, ?] : On peut émettre l'hypothèse que Julien JACQ a été formé à la musique à Morlaix (peut-être à la psallette de la collégiale Notre-Dame-du-Mur) ou à la psallette de Saint-Pol-de-Léon, ville distante de quelque 20 km à pied.

• 14 septembre 1760, Morlaix : Julien JACQ, avec le sieur MAHÉ, organiste de Guimiliau [Finistère] et Jean François DE LISLE, organiste de Plestin [Côtes-d'Armor], se porte candidat à la succession de Guillaume NOROY à l'orgue de l'église Saint-Melaine. Le concours organisé le 30 septembre 1760, est annulé car les organistes présents indiquent que l'orgue doit être réparé. Le concours est reporté au 3 mars 1761.

• 3 mars 1761, Morlaix : Le sieur LECTURE fils et Julien JACQ se présentent de nouveau au concours pour obtenir l'orgue de Saint-Melaine. Jean François DE LISLE écrit à la fabrique de l'église qu'il ne peut plus y participer. La fabrique, après avoir ouï les deux candidats, choisit Julien JACQ comme organiste "aux appointements ordinaires, à la charge d'entretenir le clavier de l'orgue, les registres, d'accorder la trompette et de payer le souffleur suivant l'usage".

• avril 1761 - mars 1762, Morlaix : Julien JACQ signe quatre quittances de 30 livres pour ses gages comme organiste de l'église Saint-Melaine.

• 28 décembre 1769, Morlaix : Julien JACQ reçoit 6 livres et 12 sols pour avoir "accomodé un des soufflets de l'orgue de St Melaine". La somme couvre également les dépenses pour l'achat du cuir et de la colle.

• 22 janvier 1770, Morlaix : Julien JACQ signe comme témoin au mariage de Joseph GARDET, alors lieutenant des milices des gardes-côtes du bataillon de Plestin, et futur organiste à Morlaix. Ce mariage est célébré en l'église Saint-Melaine.

• [vers 1770], Saint-Pol-de-Léon [Finistère] : D'après une pétition collective des musiciens de la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon en date du 15 juin 1791, son fils Jean Marie JACQ indique que Julien JACQ devient organiste à la cathédrale cette année-là et qu'il occupe ce poste durant vingt années.

• 26 février 1772, Morlaix : En l'église Saint-Melaine, Julien JACQ épouse Anne-Perrine Richard. Tous deux sont originaires de la paroisse Saint-Martin, l'une des paroisses de la ville de Morlaix. Le marié est domicilié paroisse du Minihy de Léon à Saint-Pol-de-Léon. Jean Marie Vincent LE ROUX, son successeur à l'orgue de l'église Saint-Melaine, signe comme témoin. De ce mariage, six enfants vont naître.

• 13 Septembre 1774, Sizun [Finistère] : Julien JACQ assiste au renable de l'orgue mais il doit être reporté au mardi 21 septembre 1774 car tous les jeux ne sont pas encore accordés. Julien JACQ perçoit 45 livres pour son voyage jusqu'à Sizun.

• 10 janvier 1778, Morlaix : Julien JACQ, en l'église Saint-Martin, signe comme témoin au mariage de Jean Marie LE RIDELLER, organiste en cette même église.

• 1782, saint-Pol-de-Léon : Les comptes du bas-chœur indiquent que l'organiste – Julien JACQ – occupe la place 24 dans le haut-chœur. Il reçoit, d'après une quittance du 17 décembre, 6 garcées et demie de froment puis 3 autres garcées suivant une quittance du 30 décembre.

• 1er juin 1785 - 23 mars 1789, Saint-Pol-de-Léon : Dans le compte que rend le chanoine Jean Corentin de Troëvin au chapitre de la cathédrale de Léon, Julien JACQ, organiste, perçoit 418 livres "à scavoir 400 [livres] pour supplément de gages à raison de 100 [livres] par an [à] lui accordé en vertu d'acte cap[itulaire] du 15 mars 1780, et 18 [livres] pour avance par lui faite à la souffleuse d'orgues aussi accordé a cette dernière en forme de gratification". Cette souffleuse pourrait être l'une des filles de Julien JACQ : Marie-Françoise qui est organiste auprès des pères minimes à Saint-Pol-de-Léon.

• 28 janvier 1790Saint-Pol de Léon : Le recteur de la paroisse du Minihy enregistre l'enterrement du "Sieur Julien Jac organiste de la Cathédrale de Léon". Il ne précise pas la date exacte du décès et indique qu'il faut se reporter aux registres du chapitre. Son fils, Jean Marie JACQ, précédemment organiste à Roscoff, lui succède à l'orgue de Saint-Pol.

• 9 janvier 1795, Saint-Pol-de-Léon : Anne Richard, veuve de Julien JACQ, décède à l'âge 54 ans, en "une maison située sur la grande place de cette commune". L'acte précise que Julien JACQ était "en son vivant organiste".

Mise à jour : 21 août 2019

Sources
F-Ad29/ 151 G 10 ; F-Ad29/ 151 G 56 ; F-Ad29/ 151 G 77 ; F-Ad29/ 233 G 30 ; F-Ad29/ 233 G 31 ; F-Ad29/ 267 G 31 ; F-Ad29/ 267 G 35 ; F-Ad29/ 6 G 307 ; F-Ad29/ 6 G 469 ; F-Ad29/ BMS Saint-Pol-de-Léon ; F-Ad29/ BMS St-Martin de Morlaix ; F-Ad29/ BMS St-Melaine de Morlaix ; F-Ad29/ NMD Saint-Pol-de-Léon ; F-Ad35/ NMD Betton ; F-An/ DXIX/091/758/01-04

<<<< retour <<<<