Login
Menu et informations
JOLLY, Félix Thadée (1746-1829)
État civil
NOM : JOLLY     Prénom(s) : Félix Thadée     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : JOLY
JOLLI
JOLI
Date(s) : 1746-7-6   / 1829-5-14 
Notes biographiques

Originaire d'Angoulême Félix Thadée JOLLY est fils d'un organiste qui s'installe ensuite à Poitiers. Après un bref retour dans sa ville natale (1767-1769), où il se marie, il revient à Poitiers, et après le décès de son père devient joueur de basse à la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. À sa mort, en 1829, il est dit "propriétaire" et semble ne plus exercer de fonction musicale.

• 6 juillet 1746, Angoulême : Du mariage de Jean JOLLY, organiste, et de Jeanne-Françoise Loupe, naît Félix Thadée JOLLY. Il est baptisé le surlendemain paroisse Notre-Dame-de-Beaulieu. C'est de son parrain, Félix Thadée Roze de Cavallo, qu'il tient son étrange second prénom. La famille semble fréquenter un milieu bien alphabétisé : 7 présents signent l'acte de baptême en plus du célébrant.

• À une date inconnue, la famille Jolly quitte Angoulême pour s'installer à Poitiers. Le père, qui était dit organiste sans précision au baptême de Félix-Thadée, devient organiste de la cathédrale Saint-Pierre.

• Vers le début de l'année 1767, Félix Thadée JOLLY quitte Poitiers pour revenir à Angoulême.

• 8 février 1768, Angoulême : En l'église paroissiale Saint-Antonin, Thadée Félix JOLLY, musicien, fils de Jean JOLLY, musicien, et de Thérèze [sic] Loupe, se marie avec la demoiselle Roze Arnauld, dont le père est dit "marchand". Les parents du marié habitent paroisse Saint-Porchaire à Poitiers, où un ban a été publié. En revanche, le marié, lui, habite "depuis un an" paroisse Saint-André à Angoulême.

• 20 janvier 1769, Angoulême : Sa fille Marie, née le 15, est baptisée paroisse Saint-Antonin. Son parrain est son grand-père paternel, Jean JOLLY, qui n'est pas revenu de Poitiers et est représenté par un membre de la famille Arnauld (famille de la mère). Le père, qualifié de "musicien" sans précision, est présent et signe "felix jolly".

• Peu après, Félix Thadée JOLLY quitte Angoulême pour revenir à Poitiers

• Janvier 1772, Poitiers : Félix Thadée JOLLY est reçu joueur de basse à la cathédrale Saint-Pierre. Dans sa requête de 1790, il explique "qu'en l'année 1772 l'exposant ayant perdu au mois de janvier son père qui exerçoit dans la cathédrale de cette ville la place de musicien joueur de basse il fut admis à la place par Messieurs du chapitre"... Pourtant, l'acte de sépulture de son père, le 5 janvier 1772, désigne celui-ci comme "organiste de cette église", sans faire aucune allusion à la fonction de joueur de basse.

Félix Thadée JOLLY restera joueur de basse de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers pendant 19 ans. Il s'agit seulement d'un emploi à temps partiel, à côté duquel le sieur Jolly exerce comme maître de musique en ville.

• 30 janvier 1783 : Les Affiches du Poitou proposent à la vente un "beau clavecin à ravalement, peint en gris & doré" pour lequel il faut "s’adresser à M. JOLLY, musicien". Le fait que son adresse ne soit pas précisée indique-t-il qu'il était suffisamment connu pour qu'on puisse le contacter sans difficulté ?

• 8 avril 1784 : Dans les Affiches du Poitou la pension pour jeunes filles Boistard annonce qu'elle met à la disposition de ses écolières "plusieurs excellens Maîtres, qui y viennent assiduement donner des leçons en différens genres. Ces Maîtres sont les sieurs LEROUX pour la Musique vocale ; JOLI, pour la Musique instrumentale ; […dessin…], & GIRARD, pour la Danse. Le prix pour chaque Maître est de 6 liv. par mois, excepté celui de Danse qui n’est que de 2 liv.”.

• 10 juin 1784 et 17 avril 1786 : M. JOLLY "Musicien, rue de la Comédie" fait insérer deux annonces pour mettre en vente une "très belle harpe". Toutes ces annonces suggèrent une activité diversifiée de maître de musique sans doute assez en vue dans la ville.

• Le 21 avril 1789, dans l'église paroissiale Saint-Cybard de Poitiers, sa soeur Marie épouse "Messire Jacques Filipe de Condé, chevalier, écuïer, seigneur de Villefollet et autres lieux". Elle est dite "fille majeure et légitime de défunt le sieur Jean JOLLY professeur de musique et de damme Thérèse Jane Louppe". La mariée est assistée du "sieur Félix JOLLY professeur de musique son frère". Parmi les témoins du marié figure le sieur François Joseph FLORENCE professeur de musique, qui a peut-être servi de lien entre les deux milieux. 

1790, Poitiers : Félix Thadée JOLLY est toujours joueur de basse à la cathédrale Saint-Pierre. Il y gagne 130 livres par an, ce qui confirme qu'il a évidemment d'autres sources de revenus à côté. À Saint-Pierre il côtoie : Jean-Baptiste DROCOURTFrançois VÉRONFrançois LECANDHenri PISCADORJean Joseph Clovis CAUSSINNicolas DUBOISJean-Baptiste LEMOINELouis LEROUX et Nicolas VIOLETTE.
 
• [1790], Poitiers : Il constitue un dossier pour demander une pension en compensation de la perte de son poste à la cathédrale. Il se dit âgé de 44 ans. Le 30 juillet 1790, le chapitre cathédral lui délivre un certificat de service. JOLLY y est dit "joueur de basse de cette ville". Le 23 octobre 1790, le chapitre certifie l'exactitude de sa déclaration concernant ses revenus.

• [1791], Poitiers : Le directoire du district de Poitiers estime qu'il y a lieu d'accorder à Félix JOLY une gratification de 130 livres, c'est-à-dire une année de ses appointements antérieurs.
Il semble continuer son service à la cathédrale constitutionnelle puisque le 28 juin 1791 il reçoit 50 livres pour trois mois d'appointements à la cathédrale Saint-Pierre.

• 1792, Poitiers : Il prête le serment décrété par l'Assemblée Nationale, mais est omis sur le registre.

• An 6, an 7, Poitiers : Il demeure toujours à Poitiers (section de la Réunion) et réitère son serment de fidélité à la République : il est toujours pensionné de la République à hauteur de 43 livres 6 sols 8 deniers par an. On peut penser qu'il continue comme par le passé à vivre essentiellement de leçons de musique privées et dans les institutions éducatives de la ville.

• 14 mai 1829, Poitiers : Félix Thadée JOLLY, "propriétaire", veuf de Rose Arnaud, meurt à l'âge de 81 ans dans sa maison située "rue des Basses trailles" à Poitiers.

Dernière mise à jour : 5 mai 2016

Sources
F-Ad 86/ L 257 ; F-Ad16/ BMS Notre-Dame-de-Beaulieu ; F-Ad16/ BMS St-Antonin d'Angoulême ; F-Ad86/ L 226 ; F-Ad86/ L 233 ; F-Ad86/ L 278 ; F-Ad86/ NMD Poitiers 9 E 229/205 ; F-Ad89/ BMS St Cybard ; F-Am Angoulême/ BMS Notre-Dame-de-Beaulieu ; F-Poitiers méd François-Mitterrand/ BP 403 Affiches du Poitou ; É. Biais, "Les artistes angoumoisins depuis la Renaissance…, 1890
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1772-1   / 1791-6 ap.
Lieux :  Cathédrale Saint-Pierre (POITIERS)  
Fonction :  basse de violon (Église)  ;  basse de viole (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

<<<< retour <<<<