Login
Menu et informations
JOROT, Émiland (1778-1852)
État civil
NOM : JOROT     Prénom(s) : Émiland     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : JORROT
Émilland
Date(s) : 1778-5-25  / 1852-8-3
Notes biographiques

Fils d'un musicien appartenant à la "génération 1790", Émiland JOROT devient lui aussi musicien, dans sa ville natale de Beaune. Sans doute a-t-il été formé essentiellement par son père, notamment en violon, clarinette et flûte. Il ne semble pas avoir eu particulièrement de lien avec l'Église, et notamment il ne semble pas avoir été enfant de chœur.

• 25 mai 1778, Beaune : Émiland est le deuxième enfant de Philibert JOROT et de Huguette Deschaux. Il est baptisé le lendemain dans l'église Saint-Pierre. Son parrain et sa marraine, marchand et femme de maître tourneur, appartiennent à la famille Deschaux.

• Son nom n'a pas été relevé dans les registres capitulaires (bien conservés) parmi les enfants de chœur de la collégiale Notre-Dame de Beaune, ce qui n'est pas sans paraître quelque peu étonnant.

• 19 thermidor an VI (6 août 1798), Beaune : À vingt ans, Émiland se marie avec une très jeune fille (16 ans), Jeanne-Marie-Michèle Delorme, née à Beaune le 17 juillet 1782. Ses parents sont présents, ainsi que le père de la jeune épouse, Claude Delorme, "négociant". Parmi les témoins on remarque le musicien Pierre DESFORGES, devenu "instituteur en cette commune section de l'unité", ainsi que deux artisans (chaudronnier, poëlier) et un aubergiste.

• Le jeune couple pourrait avoir été alors absent de Beaune pendant quelques années, durant lesquelles aucune naissance n'est relevée. On peut faire l'hypothèse d'un passage par l'armée pour Émiland JOROT, peut-être comme musicien militaire.

• Selon Ch. Aubertin (Quelques renseignements sur la musique & les musiciens à Beaune, 1891), Philibert JOROT et son fils Émiland font partie des musiciens actifs à Beaune "dans les premières années de l’Empire". Émiland JOROT aurait été formé par son père "dans l’étude du violon, de la clarinette et de la flûte". Sont également cités par Aubertin comme musiciens dans ces mêmes années Émiland MOUGIN et Louis CUINIER, l'ancien organiste alsacien Jacques BRICKER, ainsi que Pierre DESFORGES devenu maître de chapelle à Notre-Dame, et trois violonistes, Denis CHAUVENET, Nicolas DAUNAS et le jeune Sébastien DIOT.

• De janvier 1802 à décembre 1812, Beaune : Sept naissances se succèdent chez les Jorot-Delorme. Claude le 11 pluviôse an X (31 janvier 1802), Huguette le 13 brumaire an XII (5 novembre 1803), Catherine-Adélaïde le 5 frimaire an XIII (26 novembre 1804), Pierre-Claude le 25 mars 1806, Jeanne-Honorine le 7 novembre 1808, Philibert le 5 mars 1810, Jacques-François le 7 juillet 1811 et Jules-Philibert le 11 décembre 1812.
Lors des déclarations à l'état-civil, le père – qui a pris l'habitude de signer "Jorot-Delorme" pour se différencier des autres Jorot présents à Beaune – est accompagné en mars 1810 de son propre père, Philibert JOROT, "aieul paternel de l'enfant", et en juillet 1811 de Jacques François CHAMPEAUX "musicien demeurant à Beaune" ainsi que de l'épouse de celui-ci, Jeanne Pallegoix.
Ces actes de naissance disent cinq fois le père "musicien à Beaune". Les deux derniers, en 1811 et 1812, le qualifient de "maître de musique", toujours à Beaune, sans précision supplémentaire quant à son lieu d'exercice. Il se pourrait qu'il ait alors pris le relais de son père auprès des enfants de chœur de l'église Notre-Dame...

• 3 août 1852, Beaune : Lorsqu'il s'éteint à son domicile, âgé de 74 ans et époux de Jeanne Marie Michèle Delorme, Émiland JOROT est toujours qualifié de professeur de musique. Le nom et le métier de son père sont rappelés : "fils de feu Philibert JOROT, musicien".

Mise à jour : 5 février 2018

Sources
Ch. Aubertin, Quelques renseignements sur la musique à Beaune..., 1891 ; F-Ad21/ BMS St-Pierre de Beaune en ligne ; F-Ad21/ NMD Beaune en ligne

<<<< retour <<<<