Login
Menu et informations
LARDY, Claude Marguerite (1760 av.-1791 ap.)

LARDY, Claude Marguerite (1760 av.-1791 ap.)

État civil
NOM : LARDY     Prénom(s) : Claude Marguerite     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : HARDY
LARDHY
LHARDY
TARDY
L'HARDY
Date(s) : 1760 av.  / 1791 ap.
Notes biographiques

Claude Marguerite LARDY est le dernier organiste de la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers au moment de la fermeture des chapitres.

• Vers 1760 : LARDY commence à exercer comme musicien d'église (en tant qu'enfant de chœur, organiste, autre ?). En effet, dans sa supplique de 1790, il dit avoir "30 ans de service". Or, il n'entre à la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand que 13 ans avant la rédaction de cette supplique. Cela indique qu'il avait déjà environ 17 ans de métier quand il a été reçu par ce chapitre. Son âge n'est pas indiqué dans les divers documents administratifs qui le concernent. Sa qualité de clerc tonsuré plaide en faveur de l'hypothèse d'une éducation passée au sein d'une psallette. Si dans ses trente années de service il inclue ses années d'enfant de choeur, alors on peut penser qu'il serait né aux alentours de 1752-1753.

• 11 février 1777, Poitiers : Claude Margueritte LARDY, clerc tonsuré, est reçu organiste de Saint-Hilaire-le-Grand, en remplacement de Jean-Baptiste BLOT pour 400 livres par an. Outre son service d'organiste, il sera obligé "tant qu’il touchera l’orgue de cette église d’instruire un enfant de chœur de notre psalette et de lui donner trois leçons par semaine".

• 3 février 1778, Poitiers : "L'abbé LARDY" assiste et signe au mariage de Martin AVET, musicien de l'église Ste Radegonde, et de Louise Roland fille de Pierre ROLAND, musicien de Saint-Hilaire.

• 22 novembre 1790, Poitiers : Claude Margueritte LARDY, toujours au service de Saint-Hilaire, est signataire de la supplique des musiciens au Directoire avec Jean-Baptiste DOLLÉJean-Baptiste BROCHETClaude Robert DUVALCharles PIERRONJean-Baptiste TORELLELouis Victor BABINJean HOURTICOLOUFrançois POULAINNicolas Joseph VENONJean ALEXANDRE et Pierre Louis DELAURIÈREPierre BEAUMONT ne fait pas partie des signataires mais était également en poste à Saint-Hilaire-le-Grand à ce moment-là. LARDY est dit clerc tonsuré, bénéficiaire, et "infirme".

• 6 février 1791, Poitiers : Il est nommé, avec François VÉRON, par le district de Poitiers pour expertiser le nouvel orgue de la cathédrale Saint-Pierre, achevé par le fils CLICQUOT. Leur éloge du travail du jeune facteur est publié dans le numéro du 1er mars 1791 du Journal de Paris : "Nous croirions ne pas rendre justice de M. Clicquot, facteur d'orgues du Roi, fils de l'artiste de ce nom, célèbre par une multitude d'ouvrages excellents qu'il a faits dans plusieurs églises du Royaume, si nous ne nous empressions de faire part au public, par la voie de votre Journal, qu'ayant été nommés experts par MM. du district de la ville de Poitiers pour la vérification de l'orgue de l'église Saint-Pierre, entrepris par feu Sr Clicquot, père, nous l'avons scrupuleusement examiné nous avons touché les différents jeux qui le composent et avons trouvé le tout parfaitement fini et d'une très bonne harmonie. Cet ouvrage, entièrement fait par ce jeune artiste, est digne des plus grands éloges et prouve qu'il ne cèdera en rien aux talents distingués de son père et à la réputation qu'il s'était si légitimement acquise".

• 1790-1791, Poitiers : LARDY, toujours appelé l'abbé Lardy, s'est reconverti en professeur de musique et il achète un piano à Érard en 1790. Deux lettres du fabriquant de piano Sébastien Érard, datées du 8 et du 25 janvier 1791, attestent du déroulement du paiement de l'instrument. L'organiste a également servi d'intermédiaire entre le fabriquant et un autre acheteur, le comte de Millon. 

• [1791], Poitiers : Claude Margueritte LARDY [ou HARDY], ancien musicien de la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers, étant titulaire d'un autre bénéfice, le directoire du district de Poitiers estime qu'il n'y a pas lieu de lui attribuer la gratification de 200 livres initialement prévue. Le 15 octobre 1791, on apprend qu'il est "employé d'ailleurs dans son état" [ecclésiastique] et qu'il vit "actuellement dans la maison de Nieul".

L'enquête reste à mener sur ce qu'il devint alors.

Dernière mise à jour : 5 mai 2016

Sources
Ad86/ G568 ; D.2009.1.83 ; F-Ad86/ BMS Sainte-Triaize ; F-Ad86/ L 226 ; F-Ad86/ L 235 ; Journal de Paris, 1er mars 1791
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1777-2-11  / 1790-11
Lieux :  Collégiale Saint-Hilaire-le-Grand (POITIERS)  
Fonction :  organiste (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : clerc    
Situation maritale : célibataire    

<<<< retour <<<<