Login
Menu et informations
LORIN, Jean Claude (1751-1812)
État civil
NOM : LORIN     Prénom(s) : Jean Claude     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : LAURIN
LAURAIN
LORRAIN
LORAIN
Date(s) : 1751-7-28  / 1812-3-7
Notes biographiques

Jean-Claude LORIN (1751-1812), organiste, naît et décède à Nevers. Sa carrière l'entraîne à Paris, puis Angers, avant de revenir à Nevers. Son exceptionnelle pugnacité pour faire reconnaître ses droits face à l'administration nous vaut un abondant dossier où il retrace par le menu toute sa carrière.

• 28 juillet 1751, Nevers : Fils d'un jardinier, Jean-Claude LORIN est baptisé paroisse Saint-Martin. Ses parrains et marraine sont M. Lallemand, marchand de cette ville et échevin, et Mme Leblanc.

• De 1758 environ à après 1765, Jean-Claude LORIN est formé comme enfant de chœur à la cathédrale Saint-Cyr de Nevers. Il côtoie Gilbert TROUFFLAUT (organiste, semi-prébendé), André ROUEN, François ROBELIN. En 1765, il est "premier enfant de chœur".

• La localisation de son premier emploi est inconnue. Nevers ? Besançon (lieu d'origine de son épouse) ?

• 1773 - 1776 ?, Paris : Il reçoit un complément de formation ("En 1773, il alla à Paris pour travailler et se perfectionner dans son état. Il y fut attaché aux plus fameux organistes dont il étoit suppléant").

• 1773 - 1776, Nevers : Jean-Claude LORIN y réside sans doute par intermittence (allers-retours avec Paris ?), car il est parrain d'un enfant le 4 mars 1774 à Saint-Étienne de Nevers. Il s'agit vraisemblablement du baptême d'un neveu. Il est dit "organiste demeurant en la paroisse Saint-Pierre".

• 1776 - 1786, Angers : Jean-Claude LORIN est organiste à l'abbaye de Saint-Aubin. "Il fut choisi pour être organiste aux bénédictins de la ci-devant abbaye de Saint-Aubin d'Angers où il a demeuré dix ans d'où il n'est sorti en 1786". Il considère donc que son emploi principal fut de tenir l'orgue de cette abbaye angevine durant cette période.

• 7 février 1777, Angers : LORIN propose des leçons de clavecin et de "musique vocale", et fait publier une annonce en ce sens dans les Affiches d'Angers. Sans doute à la même époque, un érudit local signale : Un musicien de talent d'Angers, à l'instar des apothicaires qui roulaient leurs onguents dans de vieilles cartes à jouer, s'en servait également par économie pour ses cartes d'adresse. Au dos d'un quatre de carreau, nous lisons : « LORRAIN, organiste de l'abbaye de Saint-Aubin d'Angers, successeur de M. JOUBERT, enseigne le clavecin et la musique vocale ; il a étudié sous les plus habiles maîtres de Paris. Sa demeure est chez M. Fosset, marchand épicier, au bas de la rue du Val-de-Maine ».

• 1778 : Jean-Claude LORIN ne donne pas suite à l'offre des chanoines de la collégiale Saint-Pierre-la-Cour, au Mans, qui lui écrivent le 7 août 1778, pour lui proposer leur orgue "d'après l'avis de MM. les Amateurs chantres musiciens qui l'ont entendu".

• 15 février 1779, Paris : Jean-Claude LORIN et Anne-Thérèse Pochard se marient, paroisse Saint-Sulpice. L'acte n'étant actuellement connu que par le fichier Andriveau, on ignore la filiation de la mariée, et en particulier si elle a ou non un lien de parenté avec le joueur de serpent de la cathédrale d'Angers Gabriel POCHARD.
Trois enfants issus de l'union Lorin / Pochard sont encore vivants en 1812 (Charles-Marie, Henriette, Thérèse-Adélaïde) et au moins deux filles (Françoise-Gabrielle et Julie) sont décédées en bas âge. Une seule naissance a été retrouvée à Nevers (1789).
• Le 16 septembre 1779, à Angers : Jean-Claude LORIN, organiste de l'abbaye mauriste de Saint-Aubin, est témoin du mariage de Jean LÜCK facteur d'orgues d'origine allemande. Est aussi présent Anselme Rosalie GIRAULT, alors organiste à l'abbaye cistercienne du Perray, à Écouflant près d'Angers.

• 1783-1786, Angers : Jean-Claude LORIN occupe un emploi complémentaire d'organiste à la collégiale Saint-Laud. Le 7 avril 1783 il est reçu organiste de Saint-Laud, à commencer du 1er mai suivant, "pour et moyennant la somme de 250 livres par chacun an, qui luy sera payée par quarte de trois mois en trois mois ; outre laquelle somme le chapitre luy accorde un boisseau de sel [...] avec une livre de bougie jaune pour l'éclairer". Il y succède à Nicolas BAUDOIN qui avait lui-même succédé peu avant à Mathieu GABORY.

• 22 mars 1786, Nevers : Jean-Claude LORIN est reçu comme organiste dans l'église de Nevers (certificat délivré le 26 octobre 1791). Il est probable qu'il succède à Gilbert TROUFFLAUT. Son départ officiel de Saint-Laud d'Angers est enregistré le 3 avril 1786 dans le registre capitulaire de la collégiale angevine.
• 5 juin 1786, Chouzy-sur-Cissé [Loir-et-Cher] : La petite Julie Lorin, âgée de deux mois, décède "sur les bateaux où elle était transportée pour aller d'Angers à Nevers". Elle est dite "fille du S[ieu]r Jean Claude LORIN organiste à la cathédrale de Nevers". Sa mère est présente. Sans doute Anne-Thérèse Pochard était-elle restée à Angers pour accoucher, et elle ne rejoint son mari qu'à cette date.

• Du 22 mars 1786 à la fin de 1790, Nevers : Jean-Claude LORIN est organiste de la cathédrale Saint-Cyr et Sainte-Julitte.
• De 1786 au 12 mai 1791, Nevers : Jean-Claude LORIN est organiste de Saint-Martin (selon une attestation du vicaire de la cathédrale en date du 25 octobre 1791).

• 10 janvier 1789, Nevers : Lors du baptême de sa fille Thérèse-Adélaïde, paroisse Saint-Jean, Jean-Claude LORIN est dit organiste de la cathédrale de Nevers.

• De 1791 à 1809, Nevers : Jean-Claude LORIN adresse de nombreuses demandes pour réclamer les paiements d'arriérés de salaire. Le 8 messidor an III (26 juin 1795), le district considère que "dans le cours de la Révolution il [LORIN] a obtenu des représentants en mission diverses indemnités" plus ou moins fondées. LORIN aurait fait des déclaration frauduleuses.

• Décembre 1794, Nevers : Jean-Claude LORIN rédige un mémoire de ses frais occasionnés pour la musique exécutée le 10 frimaire an III. "Avoir arrangé quatre grands chœurs du comité de salut public de manière qu'ils puissent être exécutés dans ce pays-cy (15 L), pour papier rayé, copie de premier, seconds violons, premières et secondes clarinettes, fluttes, alto et basse et vingt neuf parties de chant (45 L)". Il se déplace à Lurcy-le-Sauvage [désormais Lurcy-Lévis, Allier] pour se procurer la partition d'une pièce de musique.

• 1794-1795, Nevers : Jean-Claude LORIN donne des bals à la salle ordinaire, et collabore à la musique de la garde nationale, avec d'anciens musiciens d'Église.

• 4 fructidor an IV (21 août 1796), Nevers : Jean-Claude LORIN est qualifié de directeur de la musique nationale de Nevers.

• 21 pluviôse an VIII (10 février 1800), Nevers : Jean-Claude LORIN cosigne une déclaration [sans doute de complaisance, avec son ancien collègue François ROBELIN] au sujet de [Jean] Pierre VIEILLARD, ancien maître de musique de la cathédrale. Il est dit musicien organiste de la ci-devant cathédrale de Nevers.

• 1810, Nevers : Monsieur LAURIN, organiste de la cathédrale de Saint-Cyr, un ivrogne distingué, qui fut retrouvé quelques temps avant sa mort, étendu ivre dans la rue... [François-Joseph Fourquemin, Souvenirs d'un menuisier nivernais au XIXe siècle, Éditions du pas de l'âne, 1988, p. 31].

• 7 mars 1812, Nevers : Le décès de Jean LAURAIN, 60 ans, "organiste pensionnaire ecclésiastique", est déclaré par Louis-Gabriel CHARBONNIER, âgé de 46 ans, artiste musicien, et Pierre CLIQUET, aussi artiste musicien, voisins du défunt. Tous deux sont d'anciens collègues de Lorin à la cathédrale.

• • •

• 4 septembre 1830, Nevers : À son décès, sa veuve Anne-Thérèse POCHARD, âgée de 83 ans, est dite née à Besançon (Doubs). Vérification faite, elle y est bien née le 22 octobre 1747, baptisée le 25, fille de Jacques Pochard, aubergiste, et de Pétronille Bertrand.

Mise à jour : 14 août 2019

Sources
A. Grosse-Dupéron, L'église ND de Mayenne...1911-1912 ; Abbé J. Batteux, « Les orgues et les organistes dans la Nièvre…, 1980. ; Ad41/ 4 E 055/78 ; F-Ad49/ Affiches d'Angers ; F-Ad49/ BMS Angers Saint-Nicolas ; F-Ad49/ BMS Angers St-Nicolas ; F-Ad49/ G 942 ; F-Ad58/ 1 Q 480 ; F-Ad58/ BMS Nevers ; F-Ad58/ état civil en ligne ; F-Ad58/1 L 110-112 ; F-Ad58/2 G 241 ; F-Ad58/état-civil en ligne ; F-Ad72/ G 512 ; F-Am Nevers/ 1 D 10/18 ; F-Am Nevers/ 1 P 2 ; F-Am Nevers/ 1D 10/18 ; F-Am Nevers/1 D 10/18 ; F-AmNevers/ Mémoires d'un menuisier ; F-An/ F17/1282 ; F-Filaé/Fonds Andriveau

<<<< retour <<<<