Login
Menu et informations
MADIN, Louis (ca 1767-1792 ap.)
État civil
NOM : MADIN     Prénom(s) : Louis      Sexe : M
Date(s) : 1767 ca  / 1792 ap.
Notes biographiques

Louis MADIN serait né vers 1767-1768 en un lieu qui reste à découvrir – peut-être à Paris ou près de Paris. Si son itinéraire de formation reste lui aussi à éclairer, du moins son statut de chantre à la cathédrale de Sens est-il fermement attesté lorsque commence la Révolution. Et en prime, on sait maintenant à la suite de quel enchaînement il y était arrivé...

• 16 novembre 1787, Auxerre : Le chapitre de la cathédrale Saint-Étienne, qui vient d'écarter l'un de ses musiciens basse contre, Jacques-Romain CHERTIER, écrit au chanoine qui sert de correspondant du chapitre à Paris, M. Lassé, "pour le prier de procurer à la Cie un musicien basse contre". M. Lassé s'exécute et recrute, probablement, Louis MADIN, pour l'envoyer à Auxerre.
• 12 décembre 1787, Auxerre : Le chapitre adresse à nouveau la même demande ("faire partir une basse contre") à son correspondant parisien, en lui précisant qu'il ne faudra lui faire aucune avance d’argent "parce qu’il arrive que les sujets envoyés se placent ailleurs et que ces avances soient perdues".
• 21 février 1788, Auxerre : Le chapitre reçoit à l'essai le nommé LE COUTEUX envoyé par M. Lassé en qualité de basse contre. Le même jour la Compagnie auxerroise décide de "prendre les mesures convenables pour faire retenir au nommé MADIN qui avoit été adressé à la Cie par M. Lassé en qualité de basse contre la somme de 12# qu’il lui avoit avancée pour frais de voyage, le dit MADIN ayant jugé à propos de se fixer à la cathédrale de Sens". C'est à ce moment-là que l'identité du premier chanteur envoyé de Paris est révélée : il s'agit de Louis MADIN.
Et, en effet, cela correspond pleinement à ce que livrent les dossiers des années 1790-1791 selon lesquels c'est fin 1787 que Louis MADIN devient chantre à la cathédrale Saint-Étienne de Sens, il a 20 ans. On peut affiner sa date de réception à Sens qui a forcément eu lieu durant l'étroit créneau entre le 20 novembre (au plus tôt) et 8 ou le 10 décembre 1787 environ.

• Le 4 février 1788, Sens : Louis MADIN est présent au mariage de Jean Parmentier, manœuvre, et Anne Robert, paroisse Sainte-Croix de Sens, en compagnie de Jullien [sic : Joseph ?] BODEREAU et Casimir LÉGER, tous trois chantres de la cathédrale, et de Joseph Ladmiral bedeau de la cathédrale.
• 14 avril 1788, Auxerre : Le chapitre enregistre avec satisfaction le fait que les 12 livres qui lui avaient été avancées ont été remboursées par MADIN "basse contre de Sens".

1790, Sens : Louis MADIN figure parmi les chantres de la cathédrale Saint-Étienne qui signent la supplique envoyée au comité ecclésiastique où ils expliquent que "dès leur plus tendre enfance, ils sont attachés au service de l'église" et que leur éducation a été "consacrée uniquement pour un aussi respectable usage"… Cela implique une éducation dans une maîtrise d'enfant de chœur. Il reçoit un traitement de 487 livres et 14 sols.

• 1791, Sens : Le directoire du département de l'Yonne demande que lui soit accordée une année de gages en gratification.

• 1792, Sens : Louis MADIN figure toujours dans la liste des chantres de la cathédrale.

L'enquête reste à mener pour savoir ce qu'il devint ensuite.

Mise à jour : 26 juillet 2018

Sources
F-Ad89/ BMS Ste-Croix de Sens ; F-Ad89/ G 1809 ; F-Ad89/ L 685 ; F-An/ DXIX/092/790/06,14,15
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1787-12-1 ca  / 1792-8 ap.
Lieux :  Cathédrale Saint-Étienne (SENS)  
Fonction :  chantre (plain-chant)  ;  basse-contre (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : oui    
Ecclesiastique ? : non renseigné    
Situation maritale : célibataire    

Formation maîtrisienne probable : cf la doléance ""dès leur plus tendre enfance etc…"


<<<< retour <<<<