Login
Menu et informations
MONGEOT, Jeanne, épouse PLUS (1701-1767)
État civil
NOM : MONGEOT     Prénom(s) : Jeanne     Sexe : F
Complément de nom : épouse PLUS
Autre(s) forme(s) du nom : DEMONGEOT
PELUS
DUPLUS
DUPLU
Date(s) : 1701-8-11   / 1767-4-10
Notes biographiques

Jeanne MONGEOT, épouse PLUS (parfois PLU ou PELUS… voire DUPLUS), est attestée comme organiste d'une église paroissiale de Dijon durant une quinzaine d'années.

• 11 août 1701, Dijon : Selon l'âge indiquée à son décès, Jeanne MONGEOT serait née vers 1702. En réalité elle naît paroisse Saint-Médard de Dijon le 11 août 1701 et est baptisée le même jour dans l'église de Saint-Étienne. Ses parents, Jean Mongeot, maître boulanger, et Marie Roussotte, s'étaient mariés paroisse Saint-Michel le 30 juin 1699. Ses parrain et marraine sont marchand et femme de marchand.

• Comme il est fréquent en ce qui concerne les musiciennes, on ignore tout de l'enfance de Jeanne MONGEOT et de la manière dont elle a accédé à la musique.

• 3 juillet 1729, Dijon : Les fabriciens de l'église paroissiale Saint-Michel décident, à la suite de la maladie de GAVEAU ou GAVEAU qui tenait l’orgue depuis longtemps, de nommer à sa place la demoiselle Jeanne MONGEOT pour une durée de huit ans. La nouvelle organiste touchera 50 livres/an à compter du 24 juillet 1729.

• 16 juin 1733 : Dans l'église Saint-Michel, un prêtre nommé Roussotte célèbre le mariage de Jeanne MONGEOT et de Henri-François Plus. Leurs métiers respectifs ne sont pas indiqués dans l'acte. En revanche celui-ci indique que les deux mariés sont majeurs et paroissiens de Saint-Michel, que leurs quatre parents sont défunts et que leurs deux pères étaient maitres boulangers en cette ville. La mariée signe d'une main ferme "jeanne mongeot".

• 8 avril 1734 et 29 avril 1736 : Un garçon, Antoine, puis une fille, Nicole, sont baptisés paroisse Saint-Michel. Rien n'est dit du métier de Jeanne MONGEOT, qui pourtant à cette date est toujours l'organiste de la paroisse. Son mari, Henri-François Plus (dont le patronyme subit diverses variations orthographiques…), est huissier à la Chambre des Comptes de Dijon. Le premier parrain choisi est "Monsieur Anthoine Roussotte prêtre vicaire à Plombières".

• 1743, Dijon : Toujours à Saint-Michel, "Mlle Plus" touche l'orgue pour la confrérie du St-Sacrement de Saint-Michel, confrérie dont le "Sieur Pelus" est le receveur.

• 29 mars 1744, Dijon : À la suite de la démission de "la damoiselle duplu", les fabriciens de l'église paroissiale Saint-Michel passent un marché avec Philibert et Guillaume PERRONARD, son fils, pour que celui-ci tienne désormais l’orgue, à raison de 100 livres/an de gages.

• 10 avril 1767 : Sur la paroisse Saint-Michel meurt Dlle Jeanne MONGEOT, épouse de Mr Henri-François "Pelus" qui est toujours huissier à la Chambre des Comptes de Bourgogne. Elle est dite "âgée d'environ 65 ans". Le lendemain elle est inhumée dans l'église Saint-Michel, "au bas de la nef collatérale de cette église, du côté nord".

Mise à jour : 7 juin 2018

Sources
F-Ad21/ 1J/2581/2  ; F-Ad21/ 1J/2581/3 ; F-Ad21/ BMS St-Michel de Dijon en ligne ; F-Ad21/ BMS St-Médard de Dijon en ligne ; F-BmDijon/ Ms 1997 ; J.Gardien, L'orgue et les organistes en Bourgogne…, 1943  ; P.-M.Guéritey, courriel 31 mai 2018

<<<< retour <<<<