Login
Menu et informations
MONNIER, Charles Louis (1769-1826 ap., ?)
État civil
NOM : MONNIER     Prénom(s) : Charles Louis     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : MONIER
MOUNIER
Date(s) : 1769-12-7   / 1826 ap. ?
Notes biographiques

Charles Louis MONNIER fait parti, au moment de la Révolution, de la jeune génération des musiciens de la cathédrale d'Évreux. La faiblesse des informations pour la suite de sa carrière rendent pour l'instant son devenir assez incertain.

• 7 novembre 1769, Évreux : Naissance de Charles Louis MONNIER (d'après son acte de réception comme enfant de chœur). Il est le fils Louis Monnier et de Marie Catherine Gaudron.

• 4 novembre 1776 - 27 octobre 1786, Évreux : Charles Louis MONNIER, de la paroisse de St Nicolas, âgé de presque 7 ans, est reçu enfant de chœur à la cathédrale. Le maître de musique est alors Louis Jacques THIAU. Début janvier 1786, il est devenu l'aîné des enfants de chœur. Pourtant, il touche des gratifications extraordinaires dès 1783, soit seul, soit avec les deux autres grands enfants Jean-Baptiste ANQUETIN et Simon CARVILLE. Il sort fin octobre 1786 avec la traditionnelle gratification de 100 livres.

• 6 novembre 1786 - 1790, Évreux : MONNIER est reçu à la cathédrale comme basse taille (ses gages ne sont pas précisés), semble t-il en remplacement d'un autre ancien enfant de chœur, Adrien LEVAVASSEUR. En septembtre 1787, il reçoit "une gratification de 12F à cause de plusieurs motets de sa composition qu’il a donnés dans l’église cathédrale". En mai 1789, lorsqu'un état général des musiciens est dressé, il lui est accordé une gratification de 3 livres par semaine (payée tous les trois mois). En 1790 il déclare 15 livres de revenus par semaine et 10 livres de rétribution dans l'année, soit un total de 790 livres par an. Il se dit également chargé de famille "ayant perdu son père il se trouve chargé de la nourriture de sa mère âgée de 56 ans et peu agissante ensemble forcé d’aider à son frère qui employé ordinairement dans la manufacture se trouve sans travaux par la Révolution".

• 21 juin 1791, Paris : Le comité ecclésiastique reçoit une supplique collective des musiciens de la cathédrale d'Évreux : "La sagesse de vos décrets ne nous a jamais permis de douter un instant que votre bienfaisance ne s'étendit sur tous les musiciens attachés, dans les églises cathédrales, d'une manière si particulière et si utile au culte divin". En plus de Charles Louis MONNIER, signent aussi Pierre BERTIN, maître de musique, Louis Denis André LANDRY, Jean-Baptiste MACÉ, Jean-Baptiste VESCHE, Jean-Baptiste Justin ANCQUETIN, François GÉRIN, François Marie LEMOINE, Julien André Louis CHAUMIER, Pierre Thomas RENOULT et aussi Marie-Adélaïde DULONG, organiste.

• 1823, Paris : Un Charles Louis MONNIER, professeur de musique, épouse Louise Thérèze Antoinette Frechon. Il se remarie en 1826 avec Félicité Virginie Pichot. Est-ce l'ancien enfant de chœur d'Évreux ?

Sources
Documents du Minutier central des notaires de Paris ; F-AD27/ G 1913 ; F-AD27/ G 1914 ; F-AD27/ G 1915 ; F-Ad27/ 57 L 52 ; F-Ad27/ G 1911 ; F-Ad27/ G 1913 ; F-Ad27/ G 1914 ; F-Am Evreux/ 5P1 ; F-An/ DXIX/091/764/05
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1786-11-6  / 1791
Lieux :  Cathédrale Notre-Dame (ÉVREUX)  
Fonction :  basse-taille (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : oui    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : célibataire    

<<<< retour <<<<