Login
Menu et informations
PAMARS, Philippe Joseph (ca 1758-1792 ap.)

PAMARS, Philippe Joseph (ca 1758-1792 ap.)

État civil
NOM : PAMARS     Prénom(s) : Philippe Joseph     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : PAMARD
Date(s) : 1758 ca  / 1792-2-5 ap.
Notes biographiques

Formé à Cambrai, Philippe Joseph PAMARS est en poste à la cathédrale Notre-Dame de Noyon (Oise) en 1790, où il est titulaire d'une chapelle vicariale (bénéfice attribué aux musiciens), après être passé par Arras. Il se marie en 1791 et s'installe à Narbonne où il devient contrôleur des postes.

• [vers 1758], Sepmeries [petit village situé entre Valenciennes et Le Quesnoy, diocèse de Cambrai] : Philippe Joseph PAMARS vient au monde et reçoit le baptême. Il est le fils de Cornil, laboureur [1791] et de Marie Thérèse Macarez.

• 1er octobre 1773, Cambrai : Le chapitre de la cathédrale annonce la sortie de la psallette de deux enfants de chœur, Jean Joseph GRAEB (futur maître de musique de la cathédrale d'Arras) et Philippe Joseph PAMARS.

• 31 mars 1774, Cambrai : Jean Joseph GRAEB et  Philippe Joseph PAMARS, anciens enfants de chœur ["ex choralis"] obtiennent huit jours de congé du chapitre. Quel est leur statut exacte au sein de la cathédrale, six mois après leur sortie de la psallette ?

• 3 mars 1775, Cambrai : Le chapitre autorise Duhamel à verser à DELFOSSE, GRAEB et PAMARS, anciens enfant de chœur ["ex choralis"] leur trimestre de bourse qui commencera le 25 mars prochain.

• 5 juillet 1782, Tours : Le fabricier de la collégiale Saint-Martin est chargé de verser à la basse-taille PAMARD, venant de Blois, la somme de 30 livres qui est venu chanter à la fête de la Saint-Martin d'été. Est-ce Philippe Joseph ? Curieusement les registres capitulaires de la cathédrale de Blois ne mentionnent pas ce nom.

• 13 octobre 1788, Noyon [Oise] : Le chantre de la cathédrale a été prié de faire venir d'Arras le sieur PAMARD, "qui sera vicaire du chœur et aura la chapelle et les appointements qu'a eus jusqu'à ce jour le sr Chollet". PAMARS était-il musicien de la cathédrale d'Arras ?
• 29 octobre 1788, Noyon : La chapelle vicariale des quatre Saints Docteurs vacante par la démission de Jean François CHOLLET, clerc tonsuré, est conférée à Philippe Joseph PAMARS, clerc tonsuré du diocèse de Cambrai et vicaire de chœur de cette église ; il a été reçu chapelain et installé au chœur en la manière accoutumée après les serments ordinaires. 

• 5 juin 1789, Noyon : Pour aider à vivre le sieur PAMARS, chapelain-vicaire, le chapitre lui augmente ses gages de 30 à 40 sous par jour jusqu'au 1er janvier prochain, "et à cette époque [le receveur] lui retiendra dix sous par jour jusqu'à l'acquêt de ces avances".
• 7 septembre 1789, Noyon : Le chapitre accorde 10 jours de vacances à PAMARD, chapelain-vicaire. 
• [vers décembre 1789], Noyon : PAMARS se fixe paroisse Saint-Martin.

• 24 février 1790, Noyon : Philippe Joseph PAMARS, chapelain et musicien de la cathédrale, déclare les revenus de sa chapelle. Ils consistent en une portion de la dîme de Voyennes [Somme], 46 setiers de blé et une part dans les biens qui appartiennent à la communauté des chapelains de Noyon. Le chapelain perçoit aussi 10 setiers de blé dus par le chapitre à chaque chapelain pour assister à différents offices et 14 à 15 livres d'argent pour distributions. Il est chargé de l'acquit de 12 messes par an pour le fondateur et est imposé à 115 sols de décimes. Il donne aussi au chapitre 6 livres par an pour les blé "non conduits" de sa dîme.
• 28 avril 1790, Noyon : Le chapitre accorde 8 jours de vacances à PAMARS, chapelain-vicaire.
• 13 août 1790, Noyon : Il obtient à nouveau 15 jours de vacances. 

• [vers 1791] : Son traitement initial est fixé à la somme de 846 livres.

• 12 mai 1791, Noyon : PAMARS, "ci-devant chapelain et musicien en cette ville", épouse en l'église Saint-Martin Marguerite Marie Louise de Saint-Vallier, fille mineure de feu messire Jean François de Saint-Vallier, ancien colonel du corps royal d'artillerie et chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, native de Metz, demeurant à Noyon depuis décembre 1789. François Nicolas HOMET, chapelain et maître de musique de la cathédrale, est présent et signe au bas de l'acte.

• 5 février 1792, Narbonne : Devenu contrôleur des postes à l'autre bout du royaume, il signe l'acte de baptême, paroisse Saint-Paul, de sa fille Louise Émelie Marie.

Mise à jour : 29 avril 2018

Sources
Braillon, Le clergé du Noyonnais pendant la Révolution ; F-Ad11/ 100NUM/ AC262/ GG 50 ; F-Ad59/ 4G 1146 ; F-Ad59/4G1146 ; F-Ad60/ 1Q2/1013 ; F-Ad60/ 1Q2/401 ; F-Ad60/ 5MI 1830, BMS St-Martin ; F-Ad60/ G 1336/1 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°29

<<<< retour <<<<