Login
Menu et informations
REGNAULT, Pierre, à Saint-Brieuc (1758-1832)

REGNAULT, Pierre, à Saint-Brieuc (1758-1832)

État civil
NOM : REGNAULT     Prénom(s) : Pierre     Sexe : M
Complément de nom : à Saint-Brieuc
Autre(s) forme(s) du nom : REGNEAU
REGNAU
REGNEAULT
RENAU
RENAULT
REIGNAULT
Date(s) : 1758-4-20   / 1832-9-26 
Notes biographiques

Natif de Reims, Pierre REGNAULT est d'abord musicien militaire, puis serpent d'Église et maître de musique à Saint-Brieuc. Bien que son premier passage à la cathédrale ait été rapide à cause d'une attitude qui déplaît au chapitre, il parvient jusqu'à la Révolution à poursuivre sa carrière musicale dans la même ville, en jouant sur les diverses possibilités complémentaires offertes localement : autres églises et enseignement privé. Après la disparition des chapitres, il reprend pied à la cathédrale et son acte de décès révèle qu'il en était devenu le maître de musique.

• 20 avril 1758, Reims : Pierre REGNAULT est né à Reims, de Quentin Regnault et Jeanne Françoise Le Cendre, selon l'acte de son second mariage et celui de son décès. L'acte de son premier mariage précise qu'il est né "paroisse Saint-Maurice" dans cette ville.

• [1765-1775 environ] : Est-ce aussi à Reims qu'il a été formé à la musique ?

• [dates et lieux inconnus] : Il exerce dans le cadre militaire, selon ce qu'indique l'acte de son premier mariage.

• 7 février 1783, Saint-Brieuc : Le registre capitulaire de la Cathédrale Saint-Étienne note la réception de « Me. Pierre REGNAULT natif de Rheims, agé de 25 ans, en qualité de serpent de cette église aux appointements de 600 livres ». Selon ses dires ultérieures, il y aurait exercé dès 1782.
• 30 septembre 1783 : Pierre REGNAULT n'est sans doute déjà plus au service du chapitre puisque le célébrant le qualifie de "licencié du régiment de la Couronne" lorsqu'il se marie avec Marie-Catherine Blandel. Le couple aura quatre enfants rapprochés jusqu'au décès de l'épouse une dizaine d'années plus tard.
• Avant le 31 octobre 1783 : Le chapitre mécontent de son comportement et de ses absences l'a renvoyé à cause de son comportement empreint de refus et d'inconstance, que les chanoines vont jusqu'à qualifier de "désobéissance obstinée". Le 31 octobre, il est qualifié de "cy-devant serpent" et le chapitre refuse de le réintégrer, malgré la supplique qu'il lui a présenté.
C'est Romain Amateur THOMAS qui le remplace le 5 décembre de la même année 1783. Les deux serpents restent amis durant de longues années. Nous les retrouvons en 1797 réunis lors d'un mariage.

• 1787, Saint-Brieuc : Pierre REGNAULT est reçu serpent à la collégiale Saint-Guillaume, à 400 livres de gages. Dans les actes du registre paroissial, de 1789 à 1791, il est indiqué comme "maitre de musique dans cette ville" ce qui doit être son identité professionnelle première, qui prime sur le poste de serpent.

1790Saint-Brieuc : Pierre REGNAULT est toujours serpent à la collégiale Saint-Guillaume au moment de la fermeture du chapitre. Il serait également serpent chez les Pères Cordeliers de Saint-Brieuc à 100 livres de gages. Il est chargé de famille.
• Septembre 1790 : Il adresse une supplique aux administrateurs du département des Côtes-du-Nord afin qu'à la faveur de la disparition du chapitre on lui procure une place dans l'église Cathédrale.

• 1791, Saint-Brieuc : Il est de nouveau en poste à la Cathédrale Saint-Étienne, devenue constitutionnelle. Ses appointements se montent à 500 livres par an.

• 1791: Il adresse une supplique au directoire du département pour demander une somme de 108 livres 16 sols et son inscription sur la feuille de mois de la paroisse cathédrale.
• 12 janvier 1791 : il touche 108 livres 16 sols pour son traitement comme officier du bas-chœur de la Cathédrale Saint-Étienne de Saint-Brieuc
• 1792 : Il adresse une supplique aux administrateurs du département des Côtes-du Nord pour demander une pension.
• [nov.1792-janv.1793] : Sollicité par le troisième bataillon des volontaires des Côtes-du-Nord (probablement pour y jouer du serpent) il s'y engage et demeure en la garnison de Brest pendant deux mois.
• 28 novembre 1792 : Il est absent à la naissance et au baptême de son fils probablement du fait de ses obligations en tant que "musicien du troisième bataillon du département des Costes du nord actuellement à Brieuc".

• Janvier 1793, Saint-Brieuc : Pierre REGNAULT est de nouveau serpent à la Cathédrale constitutionnelle.
• Juillet 1793 : Il adresse une supplique aux administrateurs du département des Côtes-du-Nord pour demander une indemnité ainsi qu'une autorisation de continuer son service à la cathédrale pour pouvoir toucher ses honoraires. Il obtient également un certificat du département des Côtes-du-Nord sur ses "bons services". Le conseil supplie les administrateurs de lui accorder ce qu'il demande dans sa requête pour "fournir la subsistance à une famille nombreuse et à une épouse grabataire". En effet, à cette date, le couple est parents d'au moins trois enfants en bas-âge. Il est surprenant qu'aucune naissance n'ait été retrouvée durant les cinq premières années de leur mariage. 

• 16 septembre 1797, Saint-Brieuc : Devenu veuf, l'ancien serpent d'Église est toujours dit "musicien" à son second mariage avec Marie-Anne Ollive Langlamet. De cette union naît, le 30 octobre 1801, René Toussaint REGNAULT qui deviendra musicien à son tour dans le même établissement que son père, la cathédrale Saint-Étienne de Saint-Brieuc.

• 1797 : On aperçoit dans les registres d'état civil des traces d'une amitié-relation entre les deux serpents de Saint-Brieuc, Pierre REGNAULT et Romain THOMAS.

• De 1799 à sa mort, Saint-Brieuc : Pierre REGNAULT, dans les actes de l'état civil le concernant, est "maitre de musique" sans autres indications mais à son décès il est qualifié de " maitre de musique de la cathédrale".

• 23 avril 1829, Saint-Brieuc : Pierre REGNAULT, âgé de 70 ans et toujours dit "maître de musique", déclare le décès de son fils René Toussaint, âgé de 27 ans, "musicien".

26 septembre 1832, Saint-Brieuc : Survient à son tour le décès de Pierre REGNAULT, "maitre de musique de la cathédrale de Saint-Brieuc".

 Mise à jour : 5 janvier 2018
 
 

Sources
F-Ad22/ 1 G 219 ; F-Ad22/ 1 G 219 vue 25/83 ; F-Ad22/ 1 L 811 ; F-Ad22/ 1 L 845 ; F-Ad22/ 1 L 846 ; F-Ad22/ Etat civil Saint-Brieuc ; F-Ad22/ NMD Saint-Brieuc ; F-Ad22/ état civil en ligne ; F-AdioTours/ 3D1/ 1384
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1787 ca  / 1790-11
Lieux :  Collégiale Saint-Guillaume (SAINT-BRIEUC)  
Fonction :  serpent (Église)  
Formation ? :  Non
Période :   ?  / 1791 ca
Lieux :  Couvent des cordeliers (SAINT-BRIEUC)  
Fonction :  serpent (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

<<<< retour <<<<