Login
Menu et informations
RIAMBOURG, Bernard (1747-1838)
État civil
NOM : RIAMBOURG     Prénom(s) : Bernard     Sexe : M
Date(s) : 1747-10-24   / 1838-9-12 
Notes biographiques

"Prêtre et instituteur des enfants de chœur", le sieur RIAMBOURG exerce depuis plus de quinze ans à l'église paroissiale Notre-Dame de Dijon lorsque la Révolution commence. Elle ne met nullement fin à sa carrière ecclésiastique, qu'il terminera longtemps après comme curé de la cathédrale Saint-Bénigne. Il meurt nonagénaire.

• 24 octobre 1747, Vitteaux : C'est dans cette active petite ville de l'Auxois, à environ 47 km (en itinéraire pédestre) à l'ouest de Dijon, que naît Bernard RIAMBOURG. Comptant quelque 1 800 habitants à la veille de la Révolution, la ville comportait un hôpital, un couvent d'Ursulines, un grenier à sel, un relais de poste, de nombreuses auberges… L'enfant naît le 24 octobre 1747 "entre minuit et une heure", et le même jour il est baptisé en l'église paroissiale Saint-Germain. Son père, Jean-Baptiste Riambourg, est, écrit le curé, "maitre tailleur d'habits de Paris, établi à Vitteaux", où il s'est marié à Marie Monniot. Le parrain de l'enfant est un oncle par alliance, marchand, et la marraine est Louise Riambourg "sa tante fille couturiere en cette Ville". Tous deux signent avec aisance, ainsi que le père.

• A-t-il été enfant de chœur dans l'une des maîtrises dijonnaises ? Il suit ses études sans doute à Dijon et est ordonné prêtre avant 1773.

• Été 1773, Dijon : La signature "Riambourg, ptre" commence à figurer fréquemment en bas des actes de baptême de la paroisse Notre-Dame. Il collabore avec Deschamps et Lemoine, vicaires, présents depuis longtemps dans le registre. Un autre prêtre du même nom, mais à la signature très différente, intervient de temps à autre aussi à Notre-Dame. Il signe "Riambourg prêtre mépartiste St-Michel". C'est clairement un individu différent.

• 1774, Dijon : RIAMBOURG devient le maître des enfants de chœur de l'église paroissiale Notre-Dame. La fonction était précédemment remplie par un certain MAGNY, qui figure comme tel dans les comptes de 1773. Cette église a non seulement un maître et trois enfants de chœur, mais aussi une organiste, Antoinette DUPLUS, et des chantres (au moins deux, restés jusqu'alors anonymes), ainsi qu'un Suisse.

• 27 octobre 1776, Dijon : "Riambourg vicaire" de Notre-Dame baptise Jacques, fils d'Étienne GRAVIGNARD, garçon cordonnier et futur chantre basse-contre de la collégiale Saint-Jean, né le même jour de Jeanne Callies sa légitime épouse.

• Parmi les enfants de chœur aperçus à Notre-Dame durant l'exercice de RIAMBOURG, on peut citer François VERDUN ou DEVERDUN, qui sort en mai 1780 et est remplacé par Jean MONIOT, Claude François LABOUREY reçu en juillet 1782, fils du luthier Jean-Baptiste LABOUREY et petit frère de Jacquette LABOUREY, ou encore Louis FREMIOT sorti en mars 1785...

1790, Dijon : RIAMBOURG figure toujours comme maître des enfants de chœur dans les comptes de la fabrique Notre-Dame. Il est difficile de savoir s'il est vraiment musicien tant dans tous les documents il semble seulement chargé de l'éducation générale et de la surveillance des enfants de chœur : "prêtre et instituteur des enfants de chœur"... Néanmoins aucun autre maître de musique n'est discernable dans cette église, il faut donc en déduire que c'était lui qui coordonnait le chant des cérémonies. Parmi ses derniers enfants de chœur figure le jeune BERTHOT, qui reçoit sa gratification de sortie en janvier 1791.

• Selon ses biographes postérieurs Bernard RIAMBOURG fut brièvement incarcéré durant la Terreur.

• Après le Concordat, il est d'abord curé de Montigny-sur-Aube, ensuite de Vitteaux.

• 1816, Dijon : Il devient curé de Saint-Bénigne de Dijon, alors cathédrale du diocèse.

• 12 septembre 1838 : Il meurt, nonagénaire, dans son domicile situé  rue Docteur Maret, n°16.

Un biographe très postérieur, l'abbé Louis Chomton, qui écrit juste avant 1900, dresse ce portrait de Bernard RIAMBOURG, dont il ne dit pas sur quelles sources il se fonde : "Prêtre instruit, spirituel, bon, très charitable, simple dans ses rapports avec les fidèles, au point de se complaire à parler le paroir avec les gens du peuple, M. RIAMBOURG a laissé dans sa paroisse et dans toute la ville un excellent souvenir…"

Mise à jour : 28 août 2018

Sources
F-Ad21/ BMS Notre-Dame de Dijon en ligne ; F-Ad21/ BMS St-Nicolas de Dijon ; F-Ad21/ BMS Vitteaux ; F-Ad21/ G Sup 24/45 (1) ; F-Ad21/ G sup 24/46 ; F-Ad21/ NMD Dijon ; L. Chomton, Histoire de l'Eglise Saint-Bénigne de Dijon…, 1900

<<<< retour <<<<