Login
Menu et informations
ROGERO, Marie Vincent George (ca 1757-1814)

ROGERO, Marie Vincent George (ca 1757-1814)

État civil
NOM : ROGERO     Prénom(s) : Marie Vincent George     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : ROGUERO
ROGERAU
ROGEREAU
ROGERI
Date(s) : 1757 ca  / 1814-1-7 
Notes biographiques

Cet organiste originaire du Piémont, après un passage à Montpellier puis Toulouse, s'installe quelques années avant la Révolution, à Bordeaux. Il finit sa carrière dans cette ville qui accueille de nombreux musiciens étrangers entre autres des Italiens.

• vers 1757, Turin : Marie Vincent George ROGERO naît. Il est le fils de Paul Rogero et de Marie Magdelaine.

• vers 1778 : Marie Vincent George ROGERO arrive en France.

• sd, Montpellier : Marie Vincent George ROGERO réside à Montpellier.

• décembre 1779, Toulouse : Marie Vincent George ROGERO s’installe à Toulouse où il habite paroisse Notre-Dame du Taur.

• 13 septembre 1780, Toulouse : Marie Vincent George ROGERO, maître de clavecin et organiste épouse Marie Sagau, fille de Jean François Ange SAGAU organiste de Saint-Sernin. L'acte précise que le futur marié est alors mineur. La cérémonie a lieu dans l’église Saint-Sernin en présence de nombreux musiciens : Bernard Aymable DUPUY maître de musique, Jean Étienne Marguerite VIDAL, Jean PRAX, Guillaume Marie BOUFFARD.

• 29 novembre 1782, Toulouse : Le couple donne naissance à une fille Joseph Marie Thérèse ; parmi les témoins du baptême se trouve Jean François Ange SAGAU. Cette même année d’après l’Almanach de Toulouse Marie Vincent George ROGERO réside rue du petit Versailles, et il est qualifié de compositeur et claveciniste.

• 26 juillet 1785, Toulouse : La famille s'agrandit avec la naissance d’une autre fille prénommée Marianne Paule qui aura pour parrain son grand père maternel, l'organiste Jean François Ange SAGAU.
• 8 juin 1783 à juin 1786, Toulouse : Marie Vincent George ROGERO est organiste de la paroisse Notre-Dame de la Dalbade. Il reste en poste jusqu’en juin 1786 où DUMAS le remplace.

• 1787 : Marie Vincent George ROGERO quitte Toulouse, mais malgré ce départ l'Almanach de Toulouse le mentionne toujours, en 1787, 88 et 89 comme maître de clavecin, domicilié rue Matabiau.
• 1787, Bordeaux : Il est organiste au couvent des Jacobins à l'église dite Notre-Dame du Chapelet. Il cherche aussi à donner en ville des leçons de piano-forte et de harpe.

• 11 mars 1788, Bordeaux : Son épouse met au monde une nouvelle petite fille. Le couple habite dans la paroisse Saint-Éloi.

• 16 décembre 1789, Bordeaux : Il fait paraître une annonce dans le Journal de Guienne dans laquelle il précise qu'il vient de déménager. Il réside désormais dans la rue Bouffard.

1790, Bordeaux : Vincent ROGERO occupe toujours la tribune de l'église Notre-Dame du Chapelet.

• 1791, Bordeaux : Son nom figure parmi les membres de la loge maçonnique "l'Etoile Flamboyante des Trois Lys" à laquelle sont affiliés plusieurs musiciens de la cathédrale Saint-André.

• 5 mai 1792, Bordeaux : Il devient père d'un petit garçon. L'acte de baptême de cet enfant précise qu'il est organiste à l'église Saint-Dominique. Il s'agit de l'ancienne église Notre-Dame du Chapelet qui a changé de nom au moment de la restructuration des paroisses bordelaises. Vincent ROGERO a donc été reconduit dans ses fonctions par la nouvelle fabrique de l'église.

• an III - an V, Bordeaux : Vincent ROGERO est toujours qualifié de musicien ou d'organiste au moment de la naissance de deux nouveaux enfants. Il habite au n°40 de la rue de la délivrance.

• 1811, Bordeaux :  Il exerce à l'église paroissiale Saint-Pierre.

• 7 janvier 1814, Bordeaux : Jean LAPRERIE et Jean Lacaze, respectivement musicien et peintre en miniature, déclarent le décès de Marie Vincent George ROGERI à l'âge d'environ cinquante-sept ans. Ce dernier était toujours organiste à l'église Saint-Pierre. Il habitait au n°5 de la rue Traversière avec Marie Sagau.

Dernière mise à jour : 7 août 2016

Sources
Ad31/ 2 E IM 8772 ; F-Ad31/ 135 H 89 ; F-Ad31/ 2 E IM 8773 ; F-Ad33/ NMD Bordeaux Section Nord ; F-Am Bordeaux/ BMS Ste Croix, St Dominique et NMD Section Nord  ; F-Bm Bordeaux/ Journal de Guienne ; J.Coutura, Les Francs-maçons de Bordeaux au 18e siècle, 1988 ; M.Balans, Musiciens entre ciel et terre..., 2010.
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1787-3-10 av.  / 1797-3-21 ap.
Lieux :  Couvent des Jacobins (BORDEAUX)  ;  Église paroissiale Saint-Dominique (BORDEAUX)  
Fonction :  musicien (Église)  ;  organiste (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée :     
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

<<<< retour <<<<