Login
Menu et informations
SAVARY, Jean (1716-1796)
État civil
NOM : SAVARY     Prénom(s) : Jean     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : SAVARI
SAVARIE
SABARY
Date(s) : 1716-2-25   / 1796-11-3 
Notes biographiques

Jean SAVARY est un exemple rare de musicien particulièrement sédentaire. Natif de Bordeaux, il y effectue l'intégralité de sa carrière au sein des deux chapitres de la ville.

• 25 février 1716, Bordeaux :  Jean SAVARY, fils d'un marchand boutonnier, est baptisé. Ses parents résident dans la paroisse Saint-Pierre.

• 15 octobre 1731, Bordeaux : Il quitte la psallette de la cathédrale Saint-André où il était enfant de chœur. Il est placé comme apprenti chez un maître perruquier nommé Laporte qui exerce dans la rue Sainte-Catherine. C'est sa sœur aînée, une fille couturière, qui signe le contrat d'apprentissage.

• 17 septembre 1742, Bordeaux : Jean SAVARY est musicien à la collégiale Saint-Seurin. Le chapitre lui accorde un congé pour aller à la campagne. La date peut laisser penser qu'il va s'occuper des vendanges.
• 13 décembre 1742, Bordeaux : Il épouse Jeanne Françoise Landriaut de Rosiers, native de Tours et ancienne pensionnaire du couvent des bénédictines dans la paroisse Sainte-Croix. Au moment de son mariage, Jean SAVARY est simplement qualifié de musicien et habite dans la paroisse Puy-Paulin.

• 1743 - 1752, Bordeaux : Il devient père de cinq enfants.  A partir de 1744, le couple s'installe dans la paroisse Saint-Seurin. Il choisit Barthélémy GIRAUT, maître de musique, comme parrain de leur cadette.

• 26 novembre 1756, Bordeaux : Le chapitre décide de nommer CANTIN, à la place de haute-contre qu'occupe Jean SAVARY. Toutefois, après avoir présenté ses excuses, ce dernier est rétabli dans ses gages ordinaires. 

• 21 avril 1773, Bordeaux : Il signe au mariage de François WARIN avec Marie Catherine Augier. Il est présenté comme "habituet de la musique de la cathedralle de cette ville." Il ne semble plus exercer à la collégiale Saint-Seurin. Son nom n'apparait également plus dans les délibérations capitulaires ou dans les registres de comptabilité du chanoine receveur.

• 28 mai 1781, Bordeaux : Le sieur SAVARY est reçu à nouveau à Saint-Seurin, en qualité de maître de musique, à la charge de nourrir et instruire les enfants de chœur et aux gages de 2600 livres payables par quartier. Il ne satisfait en revanche ni les attentes du public ni celles du chapitre, comme le révèle une lettre du chanoine syndic du 6 octobre 1781, cherchant à recruter le maître de musique en poste à la cathédrale de Saint-Brieuc, Jean Chrysostome LEROY.

• 28 janvier 1782, Bordeaux : Jean SAVARY cède son poste de maître de musique à Jean Chrysostome LEROY, mais il reste attaché à la collégiale Saint-Seurin en tant que musicien de la "chapelle" où il occupe le poste de seconde haute-taille.

• 1783 - 1789, Bordeaux : Il touche chaque année 300 livres pour son service de seconde haute-taille d'abord aux côtés de Pierre GAVEAUX puis de Jean Chrysostome LEROY.

• 1784, Bordeaux : Il paie 6 livres de capitation. Il réside à cette époque chez l'Abbé Godin dans la rue de la Trésorerie et emploie un domestique.

1790, Bordeaux : Jean SAVARY est toujours haute-taille à la collégiale Saint-Seurin. Ses honoraires s'élèvent cette année-là à 150 livres.

• 13 avril 1792, Bordeaux : Le directoire du département décide de lui verser en raison de "son grand age" et "ses longs services" une pension viagère de 200 livres.

•  an I, Bordeaux : La loi du 23 et 24 juin 1792 permet au citoyen SAVARY de demander une révision du montant de sa pension, car il a plus de soixante ans et plus de vingt ans de service. Il sollicite ainsi le 21 ventôse une pension de 400 livres qui lui est accordée le 5 floréal.

• vers vendémiaire an III, Bordeaux : Un état des religieux et personnels ecclésiastiques jouissant d'un secours du trésor national indique qu'il réside sur le cours Tourny et qu'il continue à percevoir une pension de 400 livres.

• 13 brumaire an V, Bordeaux : Jean SAVARY "musicien", s'éteint chez lui au n°32 de la rue Saint-Rémy. Il était veuf. Son décès est déclaré par un tourneur et un bouchonnier qui habitent la même maison.

Dernière mise à jour : 15 août 2016

Sources
F-Ad33/ 1 Q 1382 ; F-Ad33/ 4 L 126 ; F-Ad33/ BMS Bordeaux Section Centre ; F-Ad33/ C 2793 ; F-Ad33/ G 1014 ; F-Ad33/ G 1016 ; F-Ad33/ G 1021 ; F-Ad33/ G 1502 ; F-Ad33/ G 1505 ; F-Ad33/ G 1507 ; F-Ad33/ G 1509 ; F-Ad33/ G 1511 ; F-Ad33/ G 1513 ; F-Ad33/ G 1515 ; F-Ad33/ G 1517 ; F-Ad33/ G 1519 ; F-Ad33/ G 3233 ; F-Am Bordeaux/ BMS St-André et St-Seurin ; F-Am Bordeaux/ BMS St-Seurin ; F-An/ F19/1128
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1782-2 ca  / 1790
Lieux :  Collégiale Saint-Seurin (BORDEAUX)  
Fonction :  haute-taille (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : non renseigné    

<<<< retour <<<<