Login
Menu et informations
SEHNAL, François de Paul (1773 av.-1791 ap.)

SEHNAL, François de Paul (1773 av.-1791 ap.)

État civil
NOM : SEHNAL     Prénom(s) : François de Paul     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : SÉNAL
SENAL
SENNAL
SENHAL
SHENAL
CHENAL
SUAL
SCHUAL
Date(s) : 1773 av.  / 1791 ap.
Notes biographiques

Restant encore mystérieux, ce violoniste qui est aussi organiste et dont le patronyme fluctue au gré des sources arrivait peut-être d'Allemagne lorsqu'il s'est implanté à Auxerre.

• 4 août 1773, Auxerre : "CHENAL, violon" fait partie des musiciens extérieurs venus jouer pour la grande fête de saint Étienne à la cathédrale. Il reçoit pour cela 3 livres. D'autres musiciens (dont les noms ne sont pas donnés) sont venus de Pontigny, de Vézelay et d'Avallon.

• Le 9 mai 1786, en l'église paroissiale Saint-Eusèbe à Auxerre, "François de Paul SENHAL musicien allemand" est le parrain d'une fille de Jacques Chapuy, horloger, et de Françoise Jorgin, son épouse. La marraine est Marie Anne Françoise CHAPUY, sœur de l’enfant, la future organiste. Le musicien exerce-t-il déjà à l'abbaye Saint-Germain et au collège ? La jeune fille a-t-elle pris des leçons avec lui ?

• 11 mai 1789, Auxerre : Dans l'église paroissiale St-Mamert, est célébré le mariage du sieur Charles PLISSON et de delle Jeanne Becquet, dont les métiers ne sont pas indiqués, en présence de "Messire Marie Davigneau, Grand bailly d'Auxerre et Lieutenant Général au dit Bailliage" et de nombreux membres de la famille Duvigneau. On note aussi la présence d'un marchand potier d'étain, d'un docteur en médecine, d'un "bourgeois"… et de "François SEHNAL Maître de Musique". Celui-ci signe nettement "Sehnal", orthographe qui a donc été adoptée comme autorité.

1790, Auxerre : Le sieur SÉNAL est organiste de l'abbaye Saint-Germain, et reçoit pour cela 400 livres / an. L'abbaye rémunère aussi un serpent, le sieur DUBAN.
Comme ROGEOT et MILON, SÉNAL fait en même temps partie des maîtres d'exercices qui enseignent les arts d'agrément aux jeunes gens du pensionnat du collège installé dans l'abbaye St-Germain : dans ce cadre, il est dit "maître de violon". Le collège lui doit à ce titre une somme de 195 livres 16s 9 d.

• 8 et 25 juin, 9 juillet et 12 novembre 1791, Paris : La correspondance de la manufacture de pianos Érard mentionne plusieurs échanges de courrier avec le "maître de musique à l'école militaire à Auxerre" dont le nom est transcrit tantôt SUAL tantôt SCHUAL.

Que devient-il ensuite ?

Mise à jour : 16 août 2019

Sources
F-Ad89/ BMS St-Eusèbe d'Auxerre ; F-Ad89/ BMS St-Mamert d'Auxerre ; F-Ad89/ G 1805 ; F-Ad89/ Q 331 ; R. Adelson et alii, The History of the Erard Piano…, 2015

<<<< retour <<<<