Login
Menu et informations
SIMON, Louis François, père (1721-1793)

SIMON, Louis François, père (1721-1793)

État civil
NOM : SIMON     Prénom(s) : Louis François     Sexe : M
Complément de nom : père
Date(s) : 1721-2-21  / 1793-11-1
Notes biographiques

Connu essentiellement par l'intermédiaire de son fils le célèbre mémorialiste villageois, Louis-François SIMON est lui aussi une belle figure de chantre de paroisse, qui "chantait au parfait" et qui était toujours en activité au moment de la Révolution dans son village du Maine.

• 21 février 1721, La Fontaine Saint-Martin [Sarthe actuelle] : Louis-François SIMON naît dans ce village du sud du Maine, approximativement situé à mi-chemin entre Le Mans et La Flèche, plus près de cette dernière ville cependant. Il est le fils de Pierre Simon, étaminier (c'est-à-dire tisserand de laine fine) et "sacriste", et de Marie Chauveau. Son grand-père, Michel Simon (1659-vers 1690) était déjà "fameux chantre d'église".

• Son fils, Louis SIMON, beaucoup plus tard, raconte dans ses souvenirs : … "mon père m’ancouraget de chanter en disant qu’il avait bien chanté la messe tout Seul au pupitre à l’âge de onze ans" [c'est-à-dire approximativement vers 1732]
Il explique : "Pierre Son père Etant Sacriste Mr Le curé Frênau voyant que cet Enfant avait de l'Esprit il lui enseigna tout ce qui pouvait lui Servir, à lire, Écrire larithmétique et le pleinchant car il chantait au parfait et il apprenait ce quil voulait, aussi devint il fameux arithmeticien, mais il n'a pas eu le bonheur de trouver une place ou faire valoir Son talans".

Cette alphabétisation semble avoir été acquise relativement tardivement : son premier paraphe apparaît sur le registre paroissial le 6 novembre 1736 – il a presque 16 ans – alors que le 24 avril, ce même registre mentionnait qu'il ne savait pas signer. Il s'empressera de transmettre son savoir à son fils Louis, le futur mémorialiste.

• 10 janvier 1741, La Fontaine Saint-Martin : Louis-François SIMON qui n'a pas tout à fait vingt ans, épouse Anne Cureau, qui en 24 et demi. Leur fils Louis naît dès le 11 mars 1741... ce qui le conduira plus tard à maquiller dans son manuscrit la date du mariage de ses parents en remplaçant 1741 par 1740.

• Si c'est son fils qui prend le relais de son père Pierre Simon dans l'emploi de sacriste, Louis-François SIMON reste actif au service de la paroisse jusqu'à la fin de sa vie : père et fils se côtoyaient au pied du lutrin chaque dimanche et fête.

• 1er novembre 1793, La Fontaine Saint-Martin : Louis SIMON, "serger", veuf d’Anne Cureau, meurt "à six heures du soir, dans son domicille situé dans ce bourg". Le décès est déclaré le lendemain par son fils Louis SIMON, tisserand, et par Jacques Rochelle, ami

• • • Bibliographie :
        Sylvie Granger et Benoît Hubert, Souvenirs d’un villageois du Maine, Louis Simon (1741-1820), édition augmentée et annotée, à partir du texte original établi et commenté par Anne Fillon (1984 et 1996), préface de Pierre Chaunu (1996), PUR, collection Mémoire Commune, 2016, 548 pages (dont 36 planches couleurs).

Mise à jour : 17 mai 2017

Sources
F-Ad72/ BMS La Fontaine St-Martin ; F-Ad72/ NMD La Fontaine St-Martin ; Fillon, Granger, Hubert, Souvenirs d'un villageois du Maine…, 2016

<<<< retour <<<<