Login
Menu et informations
SIROL, Michel Claude (1738-1795)
État civil
NOM : SIROL     Prénom(s) : Michel Claude     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : SIROLLE
SIROT
CYROLLE
CIROLLE
Date(s) : 1738-9-29   / 1795-7-28
Notes biographiques

Michel Claude SIROL (parfois Cirolle, Syrol…) naît aux Sables d'Olonne en 1738 puis effectue l'ensemble de sa carrière à dix lieues plus à l'est, à la cathédrale Notre-Dame de Luçon. Il y est tout d'abord enfant de chœur, puis il est reçu comme musicien et enfin devient maître de la psallette, peu avant 1790, où il est en charge des enfants de chœur et notamment d'un de ses fils.

• 29 septembre 1738, Les Sables d'Olonne [Vendée] : Michel-Claude, fils légitime de Michel-Joseph Cirolle, archer de la maréchaussée, et de Marguerite Bourdeau, est baptisé en la paroisse Notre-Dame.
 
• Vers 1746, Luçon : Michel Claude SIROL est reçu comme enfant de chœur à la cathédrale Notre-Dame de Luçon vers l'âge de 8 ans.
 
• Vers 1757, Luçon : Il devient musicien du chapitre de la cathédrale Notre-Dame de Luçon.

• 28 février 1764, Luçon : Dans l'église paroissiale Saint-Mathurin, Michel-Claude SIROL, officier de la musique, se marie avec Jeanne Poncin, fille de Pierre PONSIN et de demoiselle Jeanne Saint Julien. Le père du marié est décédé antérieurement, mais sa mère est présente.
La particularité est que le même jour est célébré un mariage croisé : celui de sa sœur Louise Sirol et du père de sa nouvelle épouse, Pierre PONCIN, "veuf en première noces de demoiselle Jeanne Saint Julien" et également "officier de la musique" de la cathédrale. Les deux musiciens deviennent à la fois beaux-frères et beau-père / gendre. Ce mariage qui unit étroitement deux familles de musiciens se fait en présence de plusieurs musiciens tels que René BENOIST DE RIGNY, Claude VILNET ou Jean DEBRON et "Pierre BOREL sieur de Miracle". Sont aussi cités ou signataires François Rolland, Pierre Antoine, Préau, Ratheaune… qui restent à identifier.

• 29 novembre 1764, Luçon : Neuf mois exactement après leurs noces, Michel Claude SIROL, officier de la musique de la cathédrale, et Jeanne Poncin ont un premier enfant, Pierre-Claude. Le parrain est l'"officier de musique" Pierre PONSIN, c'est-à-dire le grand-père de l'enfant du côté maternel.

• 29 décembre 1765, Luçon : Leur deuxième fils René a pour parrain René BENOIST DE RIGNY. La famille Sirol/Poncin a manifestement noué des rapports d'amitié avec les autres musiciens de la cathédrale.

• Entre 1768 et 1771, Luçon : Pendant ces quatre ans les Sirol/Poncin ont trois enfants : Marguerite Françoise Émélie (26 mai 1768) dont le parrain est à nouveau Pierre PONSIN, musicien de la même église. Jeanne Charlotte (27 septembre 1769) dont le parrain est Jean Baptiste Poulles maître ès art de la ville et la marraine "Demoiselle Charlotte Paynaud, épouse du sieur PRÉAU", peut-être le musicien Jean François PRÉAULT. Et Julie Antoinette (19 novembre 1771) dont le parrain est Jacques du Roux, "prêtre hebdomadier de la cathédrale". Pour tous ces baptêmes Michel Claude SIROL est invariablement dit musicien ou officier de la musique de la cathédrale de Luçon.

• 5 juin 1772, Luçon : Il obtient un titre de 500 livres ad vitam. Cela signifie que même s'il devient, l'âge venu, incapable de servir le chapitre il recevra toujours a minima cette somme de 500 livres chaque année. C'est une garantie d'avenir importante.
• 14 août 1772, Luçon : Maître Michel Claude SIROL, "officier de musique" à la cathédrale, est présent, en compagnie de Pierre ROSSIGNOL au mariage de Jacques René CORNEAU. Cela confirme l'active sociabilité des musiciens de la cathédrale entre eux.

• 31 mai 1775, Luçon : Michel Claude SIROL officier de la musique de la cathédrale, et demoiselle Jeanne Ponsin ont leur sixième enfant Pierre-Henry [qui deviendra enfant de chœur à cette même cathédrale plus tard].

• 14 février 1777, Luçon : Claude Michel SYROLLE assiste au mariage de son collègue de la cathédrale Notre-Dame Denis PILORGET. Il est aussi accompagné de DELESTRE, Jean Louis MOREAU, François SALOMON et Jean François PRÉAU, "tous officiers de la musique de la cathédrale", amis du mari.

• 23 juillet 1781, Luçon : Naît leur septième enfant, une fille nommée Élisabeth.

• 21 octobre 1782, Luçon : Le chapitre augmente les appointements de SIROL, PILORGET & DELESTRE tous dits "musiciens de cette église" et les fixe à 600 livres par an chacun, à partir du 1er novembre suivant.

• 20 juin 1785, Luçon : Michel Claude SIROL assiste au décès de Marie Jeanne Poulet, femme de Jean Louis Michel MOREAU "ordinaire de la musique de l'église cathédrale", de même que les officiers de la musique de la cathédrale REY, HILARIOT, CORNEAU, et VILNET.

• Courant 1787, Luçon : Michel-Claude SIROL devient maître de la psallette, chargé d"enseigner, nourrir et entretenir" les 6 enfants de chœur. Le chapitre lui a fait "un bail de 7 ans, pour 1000 écus".

• 17 mai 1789, Luçon : Le sieur Michel-Claude SIROL "Me d'absalete" [sic, pour maître de psallette] est choisi pour parrain de Jeanne-Angélique Huet, fille de Jean-Louis Emmanuel HUET, musicien de la cathédrale, et de "Dame" Anne-Perrine-Renée Cardo. La marraine est Jeanne Ponsin.
 
1790, Luçon : Michel-Claude SIROL est toujours maître de la psallette à la cathédrale Notre-Dame de Luçon. Il y dirige un corps de musique formé de Jacques René CORNEAU, Claude VILNET, Antoine REY, Louis HILARIOT, Jean-Baptiste HERBULOT et Pierre DELESTRE, ainsi que l'organiste Pierre ROSSIGNOL. Il est chargé des 6 enfants de chœur, qui ont été reçus entre 1781 pour le premier, Victor BROUSSEAU, et jusqu'en 1786 pour les autres, son fils Pierre-Henry SIROL, Jacques GUINOT, son neveu Louis PONSIN, Jean-Baptiste PILORGET et François THIBAUDEAU.
Il déclare avoir été employé par le chapitre pendant 33 ans (ce qui confirme son engagement à partir de 1757). Il bénéficie d'un traitement annuel de 755 livres et d'un viager de 500 livres assuré par acte capitulaire. Il a 52 ans, est marié et a trois enfants mineurs.

• 9 mai 1791, Luçon : Il adresse une supplique individuelle au Comité ecclésiastique, qui confirme les éléments précédemment connus (il est âgé de 53 ans, il a une femme et trois enfants en bas âge). Il dit manquer de pain pour lui et sa famille.
Il plaide aussi pour les 6 enfants de chœur de Luçon, "presque tous orphelins, errants sur les pavés de Luçon, mandiant pour ainsi dire leur pain, et qui attendent une gratification".
Plusieurs décisions contradictoires se succèdent à son propos, les niveaux de pension proposés par l'administration fluctuent entre 500 et 600 livres.

• 17 août 1793, Luçon : Dans le registre des traitements et pensions, le citoyen SIROL, musicien de la ci-devant cathédrale, touche des quartiers de 150 livres, ce qui confirme une pension de 600 livres / an. Il est difficile de savoir s'il exerce encore ou non dans le cadre de la musique constitutionnelle.

• Vers 1794-1795, Luçon : Dans l'état des pensions de l'an 3, SIROL, "musicien de la ci-devant cathédrale de Luçon", est inscrit pour un traitement de 600 livres.

• 28 juillet 1795, Luçon : Michel-Claude SIROL meurt à l'âge de 57 ans. L'acte de son décès est établi en présence de la femme du musicien DELESTRE, sa voisine. L'ancien musicien de la cathédrale de Luçon est ici qualifié de "propriétaire".

Mise à jour : 16 août 2017

Sources
F-Ad85/ 2 G 18 ; F-Ad85/ BMS Notre Dame ; F-Ad85/ BMS Saint Mathurin ; F-Ad85/ BMS St-Mathurin de Luçon ; F-Ad85/ EDépôt 128 ; F-Ad85/ Edépôt 128 ; F-Ad85/ Edépôt128 ; F-Ad85/ NDM ; F-Ad85/ NMD Luçon ; F-An/ DXIX/01 ; F-An/ DXIX/091/783/01-02 ; F-An/ DXIX/096/871/15 ; F-An/ DXIX/097/871/18
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1787 ca  / 1791 ca
Lieux :  Cathédrale Notre-Dame (LUÇON)  
Fonction :  maître de chapelle / maître de musique (Église)  ;  chargé des enfants de choeur  ;  musicien (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : oui    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

<<<< retour <<<<