Login
Menu et informations
TEYSSEIRE (ca 1749-1792 ap. fl.)
État civil
NOM : TEYSSEIRE     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : TEYSSERE
TEYSSIERE
TEISSER
TEISSERE
TEISSIERE
TEISSEYRE
TESSEYRE
TESSEIRE
TEYSSERE
Date(s) : 1749 ca  / 1792 ap.
Notes biographiques

Des recherches plus approfondies restent à mener sur ce chanteur qui bénéficiait sans doute pourtant d'une petite réputation locale avant la Révolution. Si l'enquête MUSÉFREM n'est pas parvenue pour le moment à retrouver son prénom et à établir avec certitude l'orthographe de son nom, la participation de cet artiste du spectacle comme choriste occasionnel des deux chapitres de Bordeaux semble désormais attestée. 

• Vers 1749, Toulouse : TEYSSEIRE naît.

• 28 février 1777, Bordeaux : Un nommé TEISSEIRE, basse-taille, apparaît dans les registres de comptabilité du chanoine receveur de la collégiale Saint-Seurin. Il touche 178 livres 13 sols et 4 deniers pour cinq mois de ses gages ainsi que 12 livres pour avoir chanté à l'occasion de la Saint-Seurin.

• 1779 - 1790, Bordeaux : Un TEISSER (TEISSEYRE) exerce comme première basse au Grand-Théâtre.

• 22 avril 1781, Bordeaux : TEYSSEIRE est affilié à la loge maçonnique "l'Étoile Flamboyante des Trois Lys".

• 1784 - 1788, Bordeaux : Le nom de TEYSSEIRE est cité dans 6 des 38 concerts qui clôturent les séances publiques du Musée. Ce musicien y chante en soliste ou accompagne d'autres vedettes locales comme Pierre GAVEAUX, Pierre-Jean GARAT ou Jean DONNAT, ainsi que les chanteuses Mlle Hus ou Mlle Clairville.

• 1790, Bordeaux : Un certain TEYSSERE intervient comme choriste à la cathédrale Saint-André, sans doute avec un statut de gagiste. Ses pointes s'élèvent à 33 livres 6 sols 8 deniers en novembre et 33 livres 6 sols 8 deniers en décembre. A-t-on affaire au même homme ?

• [1790 - 1791], Bordeaux : Les musiciens de la cathédrale Saint-André adressent une pétition collective à l'Assemblée Nationale pour obtenir un secours. TEYSSEIRE  ne fait pas partie des signataires.
• 15 avril 1791, Bordeaux : TEYSSERE, "musicien de Saint-André", réclame le paiement de 66 livres 13 sols 4 deniers pour les mois de mars et avril.
• 4 juillet 1791, Bordeaux : Il reçoit 100 livres pour les mois de mai à juillet.

• 10 septembre 1791, Bordeaux : Un état des charges musicales de la cathédrale Saint-André indique que la nouvelle fabrique le salarie comme chantre basse-taille aux gages de 400 livres.

• 1792, Bordeaux : Il est cité dans l'almanach Les Spectacles de Paris et de toute la France comme l'un des acteurs d'opéra du Grand-Théâtre. 

Mise à jour : 21 novembre 2016

Sources
F-Ad33/ 1 Q 1393 ; F-Ad33/ 1 Q 1394 ; F-Ad33/ 4 L 126 ; F-Ad33/ G 1496 ; F-Ad33/ G 3300 ; J.Coutura, Les Francs-maçons de Bordeaux au 18e siècle, 1988 ; Le Musée de Bordeaux et la musique ; Les Spectacles de Paris et de toute la France, 1792 ; Max Fuchs, La vie théâtrale en province
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1790-11 av.  / 1791-9-10 ap.
Lieux :  Cathédrale Saint-André (BORDEAUX)  
Fonction :  basse-taille (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : non renseigné    

<<<< retour <<<<