Login
Menu et informations
UTINET, à Dijon (ca 1766-1792 ap.)
État civil
NOM : UTINET     Sexe : M
Complément de nom : à Dijon
Autre(s) forme(s) du nom : HUTINET
LUTINET

Date(s) : 1766 ca  / 1792 ap.
Notes biographiques

Rien, au fil de l'enquête Muséfrem, n'est venu apporter le prénom de ce musicien dont le patronyme est alternativement écrit UTINET ou HUTINET. On parvient à le suivre assez régulièrement depuis ses débuts comme enfant de chœur à la cathédrale de Dijon jusqu'au commencement de la Révolution... Mais il n'a pas été possible – en l'état actuel des recherches – de l'éclairer davantage.

• [1766] : S'il est devenu enfant de chœur à l'âge le plus fréquemment observé (7 ans), alors HUTINET pourrait être né vers 1766 environ.

• [1773], Dijon : Le jeune UTINET figure au dernier rang de la liste des enfants de chœur de la cathédrale Saint-Étienne, ce qui signifie qu'il est le dernier reçu. Il a probablement remplacé l'aîné, Georges LINTENER ou LINTENIER, sorti le 10 janvier. Les autres enfants sont dans l'ordre d'ancienneté : MATHÉE, BIDEAU, BRAILLARD, DESVIGNES.
Le maître de musique est alors, depuis juillet 1772, François COUET.

• 8 avril 1776, Dijon : Le cordonnier présente au receveur du chapitre un mémoire de souliers fournis aux enfants de chœur de St-Étienne. Ils sont donnés dans l'ordre suivant, qui semble toujours leur ordre d'ancienneté et reste très semblable à ce qu'il était trois ans plus tôt, nonobstant les différences de graphie des noms propres, et la présence de GAGNEROT, oublié dans le relevé précédent : Matey, Bidaut, Gagnerot, Bralliar, Devigne et Utinet [Hutinet / Lutinet]. Le maître de musique est alors Jean-Baptiste CÉZARD, depuis le tout début de l'année 1776. Un nouvel enfant de chœur est reçu le 6 octobre : LEFRANC.

• Printemps 1779 : Un troisième maître de musique intervient dans la formation du jeune UTINET et de ses camarades, Jean-François LESUEUR.

• Mai 1782 : La maîtrise dijonnaise perd Jean-François LESUEUR, parti pour Le Mans.
• 17 mai 1782, Dijon : Le chapitre de Saint-Étienne décide de faire donner des leçons de violon à UTINET, 1er enfant de chœur.
• 18 juin 1782 : COUET, "maître de musique" atteste avoir reçu 9 livres "pour un mois de Lecons de violon données à Utinet Enfant de Chœur de la Cathédrale". À cette date, François COUET n'est pas encore redevenu maître de musique de la cathédrale, poste qui est alors vacant, et convoité par divers candidats. La même somme est payée à Couet pour la même cause un mois plus tard, le 29 juillet, et encore une fois le 9 octobre 1782 "pour un 3ème mois de leçons de violon à Utinet".
Depuis le 30 août, François COUET est redevenu le maître de musique de Saint-Étienne.

• [1783], Dijon : UTINET sort de la maîtrise après dix ans passés en son sein sous l'autorité de trois maîtres différents, intérims non comptés. A-t-il été aussitôt admis comme musicien au chœur ? Les documents manquent pour l'affirmer.

1790, Dijon : UTINET, dont le prénom n'est pas donné dans les différents documents disponibles, chante la basse-contre à la cathédrale de Dijon. Sous la direction du maître de musique François COUET, on entend au chœur de Saint-Étienne quatre basse-contre (André BAILLY, Jean-Baptiste BRICARD, Henri VERPAULT et, donc, UTINET), une basse-taille (Joseph BORGET), une haute-taille (Sébastien MALLOGÉ), une haute-contre (MANDRAY) deux serpents (Jacques LEFRANC et Claude MAGNY), un basson (Louis-François SAGOT), un joueur de basse ou de violoncelle (Nicolas-Joseph ARNAULD) et bien sûr l'organiste, François LECLERC.

• 8 mai 1791 : UTINET n'a pas l'honneur d'être choisi dans le plan de réorganisation de sa musique présenté par Volfius, Évêque de la Côte-d'Or, sans aucun doute inspiré par François COUET. Ce plan prévoit quatre basse contre, deux venant de la ci-devant Sainte-Chapelle (BERTHOT et FAIVRE), deux étant déjà précédemment à la cathédrale (BRICARD et VERPAULT), une basse taille, BORGET, de la cathédrale, une taille, JARLOT, de la Sainte-Chapelle, et la haute contre de la Sainte-Chapelle, Nicolas BORNE. À ces voix s’ajoutent trois instrumentistes, DELAURIÈRE et MILLOT de la Sainte-Chapelle et le violoncelliste MICHAUD, sans oublier bien sûr l’organiste de la cathédrale, François LECLERC.

• 1792, Dijon : Néanmoins, le nom d'un UTINET figure dans l'état de paiement des frais de culte de la cathédrale constitutionnelle pour le dernier trimestre 1792, en compagnie de SAGOT, BRICARD, ARNAULT et MANDRAY, qui sont clairement musiciens, ainsi que François Chevalier et Fiatte ou Fyate, qui sont tous deux massiers, et "Gaspard" (Gaspard Zeer, dit Fribourg, le suisse)...

Après quoi, on perd sa trace.

Mise à jour : 3 août 2018

Sources
F-Ad21/ G 724 et 725 ; F-Ad21/ G 726 ; F-Ad21/ G 727 ; F-Ad21/ G 728 ; F-Ad21/ G 730 ; F-Ad21/ L 1522 ; F-Ad21/ L 1798

<<<< retour <<<<