Login
Menu et informations
Base de données
Introduction
Liste des œuvres
Liste des recueils
Faire une recherche
Notices oeuvres Notices recueils
Informations
Citer le corpus
Légende de l'image de fond
DAUVERGNE, Antoine (1713-1797) : LINUS (tragédie lyrique)
Description générale
Source(s) de l'oeuvre
Source musicale A

Linus. Tragédie
Partition manuscrite, 3 cahiers (116, 104 et 50 pages), 30,5 x 23,5 cm.
Porte de nombreuses corrections.
F-Pc/ Ms 1524

Contient les actes 1, 3 et 4 (en partie).

Rôles cités : Argénis (sol 2), Cléonice (sol 2), Linus (ut 3), Gélanor (fa 4), Théano (sol 2), deux plaisirs (sol 2, fa 4), un berger (ut 3), une bergère (sol 2).
Instruments mentionnés : vl 2, vla, b, fl 2, ob 2, cl 2, fag 2, cor 2, tr 2, timp.

Autres sources :

B.

Linus,/ Opéra en 3 actes./ Tragédie Lyrique. [rayé et remplacé par « Opéra en trois actes »]/ Paroles de La Bruere
Partition manuscrite (autographe de Pierre Montan Berton ?), 199 feuillets, 30,5 x 24 cm
F-Pc/ Ms 13 432

Filigrane de papier bleuté. Ratures, collettes, feuilles cousues.
Sur la couverture, d’une autre main : « Rameau »

Contient les actes 1 et 3.

Rôles cités : Theano (sol 2), Gélanor (fa 4), Cléonice (ut 3 et ut 1), Linus (ut 3), le grand prêtre (fa 4), Appollon ou le Soleil (ut 3).
Instruments et voix mentionnés : dessus (sol 2), hautes-contre (ut 3), tailles (ut 4), basses (fa 4), vl 2, vla 2, vlc, b, fl 2, fl picc, ob 2, cl 2, fag 2, cor 2 (en mi bémol, ré, ut, si bémol), tr 2 (en mi bémol, ré), trb 3, b-trb, timp (en mi bémol, ré, do).

C.

[sans titre]
Partition manuscrite (autographe de Jean-Claude Trial ?), 22 feuillets, 29,5 x 22 cm
F-Pc/ Ms. 1523

Au départ : "8 8bre 1769"

Contient divers fragments et esquisses.

Rôles cités : Argénis (sol 2), Cléonice (sol 2), Linus (ut 3), Théano (sol 2).
Instruments et voix mentionnés : dessus (sol 2), hautes-contre (ut 3), tailles (ut 4), basses (fa 4), vl 2, vla, vlc, fl 2, fag.

D.

[sans titre]
Partition manuscrite (autographe de Jean-Claude Trial ?), 14 feuillets, formats divers.
F-Pc/ Ms. 1604

Le texte manque souvent sous les parties vocales.

Contient : duo vocal ; fragment orchestral ; fragment d'un air de basse ; esquisses ; air de Gélanor ; récit de Cléonice à Linus.

Rôles cités : Théano (sol 2), Gélanor (fa 4), Cléonice (sol 2).
Instruments mentionnés ; vl 2, vla, ob 2, fag, cor 2, timp, bc.

Dépouillement (sigle RISM/ cote)

F-Pc/ ms 1523
F-Pc/ ms 1524
F-Pc/ ms 1604
F-Pc/ ms 13 432

Commentaire(s) contemporain(s)

Jean-Benjamin de LABORDE, Essai sur la musique ancienne & moderne, Paris : Onfroy, 1780, III, p. 382 :
 « M. d'Auvergne a donné à la cour [?] en 1770 [?] Linus, en société avec MM. Trial & Berthon. Il a fait la moitié du quatrième acte & le cinquieme : les paroles sont de la Bruere. Cet opéra a été répété & non joué. »
 
 Comte de BEFFARA, Dictionnaire de l'Académie royale de Musique, ms. [F-Po/ Rés. 602], s.l., 1783-1784, p. 646 :
 « Il a encore mis en musique Semiramis Trag. en 5 actes de Roy, La mort d'Orphée Trag. en 5 actes de M. Marmontel, qui n'ont pas eté représentées, et Linus en société avec Berton et Trial. »
 
Mémoires secrets pour servir à l'histoire de la république des lettres en France depuis 1762, ou Journal d'un observateur..., par Petit de Bachaumont, Pidansat de Mairobert et Moufle d'Angerville, Londres : Adamson, 1783-1789, V,
« 24 avril 1771 » :
« Les spectacles de la cour pour les fêtes à l'occasion du mariage de M. le comte de Provence, devoient consister en deux représentations de la Reine de Golconde, opéra déjà très connu ; la tragédie d'oedipe, avec les choeurs, de monsieur de Voltaire ; deux représentations de la Fée Urgelle, nouvel opéra-comique, et deux représentations de Linus, opéra, fait il y a plusieurs années par le sieur la Bruère, mais qui n'avoit pas encore été mis en musique. »
 
Idem
« 3 mai 1771 » :
 « Des quatre spectacles qu'il devoit y avoir à l'occasion des fêtes du mariage de M. le comte de Provence, il n'y en aura plus que deux seulement ; savoir, La reine de Golconde et la Fée Mirzèle. Les répétitions de Linus sont cessées, et il n'est pas question d'Oedipe. Quant au surplus, il n'y aura ni feu, ni illumination, soit à Versailles, soit à Marli, soit à la ville ; il n'y aura pas non plus de bal masqué au château, et le tout se réduira à un bal paré, qui n'est proprement qu'un cérémonial. »
 
 Journal et mémoires de Charles Collé sur les hommes de lettres... du règne de Louis XV, avec une introduction et des notes par Honoré Bonhomme, Paris : Firmin-Didot frères et fils et cie, 1868, I, p. 435, « octobre 1754 » :
 « M. de la Bruère est mort à Rome. [?] J'avois bien voulu me charger de son Poëme de Linus, que Rameau n'a point encore achevé de mettre en musique, suivant les nouvelles corrections de M. de La Bruère. »
 
 Journal de Papillon de La Ferté, Intendant et contrôleur de l'argenterie, menus-plaisirs et affaires de la Chambre du Roi (1756-1780), publié avec une introduction et des notes par Ernest Boysse, Paris : Ollendorf, 1887
p. 294, « Année 1771 - Mardi 26 mars » :
« Ces jours derniers se sont passés en répétitions, entre autres de l'opéra de Linus (1). Mais cet ouvrage, composé par trois musiciens, les sieurs Dauvergne, Le Breton [sic]et Trial, exige de grands changements et des retranchements dans la musique, au moins pour une heure.
 
 (1) [Note de l'éditeur] : L'opéra de Linus était sur le chantier depuis longtemps. Le poème était de La Bruère, mort en 1754. Collé, dans ses Mémoires, dit : « J'avais bien voulu me charger de son poème de Linus, que Rameau n'a point achevé de mettre en musique, suivant les nouvelles corrections de M. de La Bruère. » (Octobre 1754). La musique fut refaite ou complétée par Dauvergne, Berton et Trial. »
 
p. 295, « Année 1771 - Jeudi 8 avril » :
 « Depuis le commencement de ce mois, nous avons été tous les jours en répétitions, soit à Paris, soit à Versailles, pour les opéras du mariage. Il y a encore beaucoup de corrections et de retranchements à faire à celui de Linus. »
 
p. 296, « Année 1771 - Samedi 27 avril » :
 « J'ai été, hier, à Versailles, où M. le duc de Duras m'a dit que, d'après ma demande, l'opéra de Linus serait retranché, ainsi que le bal masqué. Ce sera autant de dépense en moins. »
 
p. 297, « Année 1771 - Lundi 6 mai » :
 « M. le duc [d'Aumont] m'a appris qu'il faisait retravailler Linus, qu'il veut faire donner par M. de Duras sur le grand théâtre à la fin de cette année, ce qui me fâche, parce que cela fait une planche pour donner sans nécessité de grands spectacles à Versailles. »
 
 Comte de BEFFARA, Dictionnaire de l'Académie royale de Musique, ms. [F-Po/ Rés. 602], s.l., 1783-1784, [A propos de Leclerc de La Bruère ?]
 « Il a fait un opera de Linus dont Trial, Berton & m. d'auvergne ont fait la musique & qui n'a jamais été repr.te. »
 
 F-Pan/ O1 668 : [Mémoire autographe de Pierre-Montan Berton dans lequel il explique ses titres aux pensions et gratifications qu'il a obtenues] reproduit par Émile Campardon, L'Académie royale de musique au XVIIIe siècle, Paris : Berger-Levrault et Cie, 1884, I, p. 63 :
 « Le sieur Berton a obtenu du roy depuis, une autre pension de quinze cents livres en 1773, tant pour les fêtes des mariages que pour quatre grands opéras fait pour ses fêtes [... ; ] les grands opéras sont : 1° Théonis, donné à Fontainebleau, en 1768 ; 2° Linus, à Versailles, en 1770 ; 3° Bellérophon, à Versailles, en 1772 ; 4° Issé, à Versailles, en 1773. »

Attribution(s)

- Collé serait l'auteur des retouches apportées au poème de La Bruère
 - D'après Laborde, Dauvergne serait l'auteur de "la moitié du 4e acte et du 5e acte"

Lieu(x)

VERSAILLES, Château, Opéra royal

Date(s)

1769.10.08
1771.03

Note(s) date(s)

- 1769.10.08 : date figurant sur une des sources manuscrites
 - mars 1771 : début des répétitions en vue d'une représentation à l'opéra royal du château de Versailles dans le cadre des festivités données à l'occasion du mariage du compte de Provence

Informations sur la notice

Auteur de la notice : Benoît Dratwicki, Barbara Nestola avec la collaboration de Martina Weber

Première diffusion : septembre 2011 ; revue en décembre 2011


<<<< retour <<<<