Login
Menu et informations
Base de données
Introduction
Liste des œuvres
Liste des recueils
Faire une recherche
Recueils Oeuvres 1ere tranche
Informations
Citer le corpus
Légende de l'image de fond
LE JEUNE, Claude (1530 ca-1600) : PSAUMES EN VERS MESURÉS, 1606

LE JEUNE, Claude (1530 ca-1600) : PSAUMES EN VERS MESURÉS, 1606

Titre uniforme :
PSAUMES EN VERS MESURÉS, 1606
Source(s) du recueil :
Source musicale A

PSEAVMES/ EN VERS MEZUREZ/ MIS EN MVSIQVE,/ A 2.3.4.5.6.7.& 8. parties./ Par CLAVDE LE IEVNE, natif de Valentienne, Compositeur/ de la Musique de la chambre du Roy.
A PARIS,/ Par PIERRE BALLARD, Imprimeur en Musique du Roy./ 1606./ AVEC PRIVILEGE DE SA MAJESTE.
 Parties séparées, 6 vol.
 D : [5] - 36 f.
 HC : [5] - 36 f.
 T : [5] - 36 f.
 BC : [5] - 36 f.
 5 : [5] - 18 f.
 6 : [5] - 12 f.
 F-Psg/ Vm 67 Rés
 Exemplaire relié avec les Octonaires publiés la même année.

Note(s) sur la source musicale A

Guillo, Ballard/ 1606-G
 
 contient :
 f. [I] [page de titre]
 f. [II-IIv] [dédicace]
 f. [III-IIIv] [deux poèmes liminaires]
 f. [IV] «Extraict du privilege»
 [1] Combien a d'heur l'homme (ps.1) [Baïf-La Noue]
 [2] Pourquoy méne tant tou-le monde (ps.2) [Baïf-La Noue]
 [3] Quid-nam fremitu trepidant gentes ? (ps.2) [Baïf]
 [4] O Dieu! qu'ils sont creus mes énemis! (ps.3) [Baïf-La Noue]
 [5] Dieu, quel amas héricé (ps.3) [d'Aubigné]
 [6] Enten de mes plaints les douloureuse'vois (ps.4) [Baïf-La Noue]
 [7] L'oreille ô Dieu, veuille helas! tendre (ps.5) [Baïf-La Noue]
 [8] Tourne ailleurs ta rigueur (ps.6) [Baïf-La Noue]
 [9] En toy, Dieu bon & grand (ps.7) [Baïf-La Noue]
 [10] Grand Dieu nostre Seigneur (ps.8) [Baïf-La Noue]
 [11] C'est à ce coup grand Dieu (ps.9) [Baïf-La Noue]
 [12] Pourquoy te tiens tu loin, Seigneur (ps.10) [Baïf-La Noue]
 [13] Moy qui vois en Dieu, mon apuy (ps.11) [Baïf-La Noue]
 [14] Vien Seigneur, done nous secours (ps.12) [Baïf-La Noue]
 [15] Iusqu'à quand tout en courous (ps.13) [Baïf-La Noue]
 [16] Dans soy pense le sot méchant (ps.14) [Baïf-La Noue]
 [17] Qui pourra, Seigneur, en bone pais (ps.15) [Baïf-La Noue]
 [18] Deum celebrate vocantes (ps.33)
 [19] O Seigneur j'espars jour & nuit (ps.88)[d'Aubigné]
 [20] Clementis justique simul studia (ps.101)
 [21] Quand pour Egipte éloigner (ps.114)
 [22] Non, non à nous, Mais au nom saint (ps.115)
 [23] Vers toy, Seigneur dous, pressé (ps.130)[Baïf-La Noue]
 [24] Loué-tous, ce Dieu qui est dous (ps.136)[Baïf-La Noue]
 [25] Bon Dieu, beni nous, en recueillant le pain (bénédiction)[d'Aubigné]
 [26] Rendons graces à Dieu, vous toutes (action de grâces)[d'Aubigné]
 [27] Dieu nous te loüons & Seigneur t'avoüons (Te deum)[d'Aubigné ?]
 [fin] «Table»
 
 Dédicace :
 «A MONSEIGNEUR,
 MONSEIGNEUR ODET DE LA NOUE, SEIGNEUR
 DUDIT LIEU, DES CHASTELIERS, ET GENTIL-HOMME
 ordinaire de la Chambre du Roy.
 MONSEIGNEUR, S'il estoit possible que noz vocations feissent autant qu'elles requierent, & rendissent autant qu'elles reçoivent; celle de deffunct mon frere eust eu beaucoup à retribuer à tant d'offices d'amitié & de magnanimité qu'il vous a pleu departir à sa personne durant sa vie, & à sa memoire depuis sa mort. Apres laquelle, excedant le pouvoir & la volonté des autres hommes, vous avez mesmes ressuscité ce qui fust pery de ses oeuvres, si par bon heur vous ne les eussiez honorez de vostre tutelle. Obligation que luy, s'il revivoit, ny tous ceux qu'il a laissez, ne sçauroient mieux recognoistre, qu'en avoüant de bonne foy qu'il leur est impossible. Aussi seroit-ce entreprise trop au dessus de leurs forces.
 Or MONSEIGNEUR, puis que l'affaire des bien-faicts ne se peut mieux demesler qu'entre les coeurs, & que le sien avoit projetté de vous dedier un de ses derniers oeuvres, pour avoir à voyager au monde avec passeport, ou vostre fameux nom fut escrit: (encor que ce soit recevoir du bien de vous, & non vous en rendre) prenez, s'il vous plaist, en cestuy-cy que je vous offre, la volonté qu'il a euë de n'estre pas ingrat envers vous, au lieu de la puissance qui luy eust esté necessaire pour satisfaire à ses desirs, & à vos faveurs. L'Envie du Siecle, qui méprise un chacun, & ne favorise qu'à soy, n'aura pas le pouvoir d'empescher que la vertu du deffunct, bien qu'esloignée de la veuë, ne soit encore respectée comme presente: quand ces accords, qu'elle a produits, s'approcheront des aureilles capables de les gouster, & qu'ils seront cognuz estre tellement approuvez de vous, qu'ils ayent esté jugez dignes de recevoir vostre benediction. Cela leur sera plus que suffisant, & à moy, MONSEIGNEUR, d'avoir selon son souhait, & mon devoir suivy son intention, vous rendant cet hommage procedant du commandement du plus fidelle de vos serviteurs, & de l'obeissance,
 MONSEIGNEUR, de
 Vostre tres-humble servante,
 CECILE LE IEUNE.»
 
 Poèmes :
 «SUR LES PSAUMES EN MUSIQUE
 MEZUREE DE CLAUDIN LE IEUNE.
 Par ces Psaumes mezurés,
 Les esprits sont atirés
 D'une si forte puissance
 Que, soit docte ou ignorant,
 (S'il n'est tout plein d'impudence
 Ou du tout sans jugement)
 Doit avoüer sans replique
 Parfaicte nostre Musique :
 Et que LE IEUNE est celuy
 Qui la rendit si exquise,
 Et qui si haut l'ayant mize
 Tira l'échelle apres luy.
 O.D.L.N. » [Odet de La Noue]
 
 «SUR LA MUSIQUE MEZUREE,
 DE CLAUDE LE IEUNE.
 Quelque vers à sa mesure,
 Et l'autre la va cherchant :
 L'un desire, l'autre endure
 Le mariage du chant.
 Voyez en la difference,
 Et puis vous direz tousjours.
 L'un se joint par violence,
 L'autre s'unit par amours.»
 [alpha : Agrippa d'Aubigné]
 
 Ce second poème est cité intégralement par d'Aubigné dans l'avertissement «L'autheur au lecteur» de ses Petites oeuvres meslées (Genève, 1630), p.128, où il le désigne comme «cet epigramme que Claudin a voulu mettre à la teste de son recueil des vers mesurés».
 Il en cite également les deux derniers vers dans sa lettre «A M. Certon» (voir éd. H. Weber, p.857-9), où il explique «[...] j'ay escrit au commencement de la musique mesuree du Jeune un epigramme qui finist :
 L'un se joinct par violence,
 L'autre s'unist par amour.»
 
 «EXTRAICT DU PRIVILEGE.
 Par Lettres patentes du Roy, données à Paris le vingt-uniesme jour d'Aoust, l'an de grace mil six cens cinq : & de nostre regne le dixseptiesme. Signées Bouchery, & scellées du grand sceau sur simple queuë. Est permis à Pierre Ballard, Imprimeur en Musique de sa Majesté, d'imprimer toute sorte de Musique tant vocale, qu'instrumentale, de quelque autheur que ce soit : faisant deffences à tous Libraires, Imprimeurs & autres, de quelque condition & qualité qu'il soyent : d'en imprimer, faire imprimer, vendre ny distribuer en general ou particulier, sans le congé & permission dudit Ballard, durant le temps & terme de dix ans, sur peine de confiscation desdits livres, despens dommmages interests, & d'amende arbitraire, ainsi qu'il est plus amplement declaré esdites lettres. Sadite Majesté veut sans autre formalité, l'extraict d'icelles estant au commencement ou fin desdits livres, estre tenuë pour bien & deuëment signifiées à tous qu'il apartiendra.»
 
 autres exemplaires :
 CH-ZU (Haute Contre, Quinta)
 Dbrd-Mbs/ 4 Mus.pr.365 (Basse Contre)
 F-Pshp/ André 10 à 14 (mq. Dessus, parie de Taille rongée) ; le dos des différents volumes sauf HC est renforcé avec des défets du Second livre d'airs de cour de Boësset (Ballard, 1620)
 F-Pn/ Res Vmd 98 (2) (Dessus)
 GB-Lbm/ R.M.15.b.1 (1)
 GB-Lbm/ B.283.b (HC, T, BC)
 GB-Lcm
 GB-Lwa/ Cf 27 (20) (complet, mq. titre du Dessus)
 US-Wc/ M 1490 L 53 Case (D, 5, 6) et 55 Case (D, T, BC, 6)
 US-Cn/ VM 2082 L 53 p (Taille)
 
 D'après le Bulletin de la Société d'Histoire du Protestantisme Français, I (1852-3), qui renvoie au catalogue Charavay n°18 bis, un volume de Taille qui a appartenu à Agrippa d'Aubigné présente 4 vers de sa main :
 «Par ces vers mesurez de Claudin il appert
 Que si par un docte art la Musique harmonique
 Compasse les accords aux pieds de la Métrique
 Il réussit des deux un très parfait accord.»

Dépouillement (sigle RISM/ cote)

F-Psg/ Vm 67 Rés
F-Pn/ Rés Vmd 98 [ 2]
F-Pshp/ André 10-14
GB-Lbm/ B 283 [b]
GB-Lbm/ RM 15 b 1 [ 1]

Attribution(s)

Mersenne, dans Quaestiones celeberrimae in genesim (Paris : Cramoisy, 1623), attribue à Odet de La Noue le remaniement des vers de Baïf mis en musique par Le Jeune.
 Quae. 57, ca.1604 :
 «Alias versus Gallicos, et latinos musice redditos vide apud Claudium Junium, qui quidem sunt a Baifo compositi, sed ab haeretico de la Noue immutati, qua propter cave»
 [d'après LAMOTHE, Donat R., «Claude Le Jeune : les 'Pseaumes en vers mesurez'», Marie-Thérèse Bouquet-Boyer et Pierre Bonniffet (éd.), Claude Le Jeune et son temps en France et dans les états de Savoie, 1530-1600 : musique, littérature et histoire, Bern ; Berlin ; Paris, P. Lang ; Chambéry, Institut de recherches et d'histoire musicale des états de Savoie, 1996, p. 68]
 La Noue (avec d'Aubigné) est effectivement l'auteur d'un poème liminaire.

Date(s)

1606 : édition des Psaumes en vers mesurés (Paris, Ballard)

Note(s) nom(s) cité(s)

Monseigneur Odet de la Noue, Seigneur dudit lieu des Chastelliers et Gentil-homme ordinaire de la Chambre du Roy (dédicace signée Cécile Le Jeune)

Éditeur(s) / Graveur(s) / Libraire(s)

BALLARD, Pierre [1581 ca-1639]

Référence(s) bibliographique(s) :
Bibliographie :

LAMOTHE, Donat Roméo, «Claude Le Jeune : les pseaumes en vers mezurez», Claude Le Jeune et son temps en France et dans les Etats de Savoie, 1530-1600, actes du colloque international de Chambéry, nov.1991. Ed. M.-Th. Bouquet-Boyer et P. Bonniffet, Berne : Peter Lang, 1996, p. 64-69.
CANDAUX, Jean-Daniel, NOAILLY, Jean-Michel, «Agrippa d'Aubigné et ses psaumes en vers mesurés», Actes du colloque «Le livre entre Loire et Garonne, un outil de guerre, de paix et d'oubli, 1560-1630» (Niort-Maillezais, 27-28 mai 1994), éd. L. Desgraves et E. Surget, Albineana 9 (1998), p. 171-200.
HIS, Isabelle, Claude Le Jeune (v.1530-1600). Un compositeur entre Renaissance et baroque. Arles : Actes Sud, 2000.
HIS, Isabelle, VIGNES, Jean, "Les paraphrases de psaumes de Baïf, La Noue et d'Aubigné mises en musique par Claude Le Jeune (1606) : regards croisés du musicologue et du littéraire", Les paraphrases bibliques aux XVIe et XVIIe siècles, Actes du colloque de Bordeaux (sept. 2004), éd. V. Ferer et A. Mantero, Genève, Droz, 2006, p. 377-414.
LE JEUNE, Claude, Psaumes en vers mesurez-1606 ; éd par Isabelle His, Tours, CESR ; Turnhout, Brepols, 2007
HIS, Isabelle, "Un répertoire religieux à l'Académie de poésie et de musique : les psaumes mesurés de Claude Le Jeune", Les académies dans l'Europe humaniste : idéaux et pratiques, Actes du colloque international de l'univ. de Paris IV-Sorbonne (juin 2003), Genève, Droz, 2008, p. 519-535.
His, Isabelle, VIGNES, Jean, "La musique et ses textes : peut-on restaurer les psaumes de Baïf mis en musique par Le Jeune ?", Paroles de musique, dir. A.-M. Goulet et L. Naudeix, Mardaga, 2010, p. 191-215. 

Édition(s) moderne(s)

Édition par Henry Expert en 3 fascicules, MMRF, Paris : Leduc, 1905-6.
LE JEUNE, Claude, Psaumes en vers mesurez-1606 ; éd par Isabelle His, Tours, CESR ; Turnhout, Brepols, 2007, lxxxix-228p.

Informations sur la notice :

Auteur de la notice : Isabelle HIS


<<<< retour <<<<