Login
Menu et informations
Base de données
Introduction
Liste des œuvres
Liste des recueils
Faire une recherche
Oeuvres Recueils
Informations
Citer le corpus
COLIN DE BLAMONT, François (1690-1760) : DIDON (cantate française)
Description générale
Titre uniforme : 
DIDON
Autorité(s) principale(s) : 
Compositeur : COLIN DE BLAMONT, François
Auteur du texte : BOURBON, Louis-Armand de
Genre : 
cantate française
Source(s) de l'oeuvre
Source musicale A

DIDON/ Cantate/ à voix seule et/ Simphonie.
 dans
 François Colin de Blamont
 CANTATES FRANCAISES, LIVRE PREMIER
 Paris, Boivin, 1723, p. 34-80
 F-Pn/ Vm7 246

Autre(s) source(s) musicale(s)

B.
 DIDON,/ CANTATE/ A VOIX SEULE/ AVEC SYMPHONIE,/ Composée/ Par Monsieur Collin de Blamont,/ Sur-Intendant de la Musique/ du Roy.
 Partition, [I f.]-47 p.
 F-Pc/ D 1280
 
 Contient :
 
 - p. [III] page de titre
 - p. 1 Tempeste
 - p. 3 Récitatif : « Echappé de l'horreur »
 - p. 5 Air : « Servés cet amant glorieux »
 - p. 15 Récitatif : « Mais tandis qu'occupé »
 - p. 17 Air : « Courez à la victoire »
 - p. 32 Récitatif : « Didon voit partir son amant »
 - p. 35 Air : « L'amour a trop d'empire »
 
 Il s'agit d'un tiré à part avec sa pagination propre et une page de titre spécifique. Aucun changement dans la musique. Cet exemplaire porte de très nombreuses annotations manuscrites : troncatures et suppressions de certaines ritournelles instrumentales et certaines répétitions textuelles, modifications dans les parties instrumentales, ajout d'ornements, recomposition en bas de page de la partie des violons (cf. second air -- avec l'indication : « Comme il est au bas de la page » --) et enfin modifications dans l'accompagnement de l'arioso (page 34). On trouve enfin quelques indications pour aider à l'exécution. Le texte a également subi quelques changements : dans le second air, « Combattez tous les Dieux » devient « Triomphés de la reine des Cieux », et « Le soin de conter des fleurettes » devient « Le soin des tendres amourettes ».
 
 Ajout manuscrit au bas de la page de titre (après 1727, date de la mort du Prince de Conti) :
 
 « Quel est ce moderne Virgile,
 Qui nous peint d'une main habile
 Les funestes amours de ce Prince Pieux,
 Qui fit Mourir Didon par de tristes adieux.
 Muses, reconnoissez un Grand Prince a ce style
 et dans le sang des Roys le langage des Dieux.
 
 S.A.S. Monseigneur le Prince de Conty est l'autheur des paroles de cette cantate. »
 
 Autres exemplaires :
 
 - F-Pn/ Vm7 245 : Tiré à part relié à la suite du Premier et du Second Livre. La cantate manque dans le premier livre. Aucune annotation manuscrite.
 
 - F-Pc/ X 611 (8) : Recueil de neuf cantates et cantatilles imprimées, de Mouret, Bouvard, Fel, Le Comte, Fevrier, Colin de Blamont et Bourgeois. Didon est l'avant dernière cantate et précède Zéphyr et Flore de Bourgeois. Aucune annotation manuscrite.
 
 - F-V/ Manuscrit musical 150 : Tiré à part relié avec la cantate Zéphyr et Flore (manuscrite) de Bourgeois. Peut-être cet exemplaire a-t-il un lien avec le précédent, du fait de la juxtaposition des deux cantates ? Aucune annotation.
 
 - F-Pc/ Rés F 958 : Tiré à part intégré dans le Premier Livre à sa place, avec sa page de titre. La numérotation des pages est ajoutée à la main (p. 34 à 80). Aucune annotation manuscrite.
 
 - F-Pn/ Vm7 244 A : Tiré à part intégré dans le Premier Livre à sa place : la dernière page de Circé (recto) est collée sur la page de titre de Didon. La première page de celle-ci apparaît donc au verso. Porte sa numérotation spécifique.
 
 - F-Pc/ D 1281 (1) : Tiré à part intégré dans le Premier Livre à sa place, sans page de titre. La cantate porte une pagination imprimée pour les pages 33 à 47 uniquement.
 
 - GB-Lbm : non consulté.

Source(s) littéraire(s)

Le texte de cette cantate a été publié dans le Mercure de France de décembre 1721, p. 41-43 :

POÉSIES./ DIDON./ Cantate, mise en musique par M. Collin de Blamont, Surintendant de la Musique du Roy.
 
[suit le texte, sans aucune différence avec la version imprimée de 1723].

Comparaison des sources

La source B est un tiré-à-part de la source A avec une nouvelle page de titre et une pagination autonome (p. 1 à 47). Il apparaît dans de nombreux cas relié à l'intérieur ou à la suite du Premier Livre, avec ou sans page de titre. Un tirage sans pagination et un tirage avec pagination autonome coexistent. Seuls deux exemplaires du Premier Livre intègrent la cantate éditée avec la pagination 34 à 80. Le nombre important de tirés à part qui nous est parvenu est une preuve certaine du grand succès de l'oeuvre auprès des amateurs de l'époque.

Commentaire(s) contemporain(s)

BRILLON, « Journal de la Maison du Maine (1717-1735) », ms, s.l., s.d., 29 tomes, Bibliothèque de l'Institut : [Sceaux, 26 juillet 1721]

« Samedy 26 juillet [1721] : M. le Prince de Conty est venu à Sceaux. Il y a eu un concert, on a chanté une cantate dont il a fait les vers qui sont bons Didon et Enée en sont le sujet. »
 
Mercure de France, décembre 1727, p. 2709 : [Concert Spirituel, 20 décembre 1727]

« Le concert fut terminé par la Cantate de Didon, mise en musique par le même auteur [Colin de Blamont], & chantée par la Demoiselle Delba. »

Mercure de France, décembre 1727, p. 2941 : [Concert Spirituel, 31 décembre 1727]

« Le 31 [...] Mlle Antier chanta la Cantate de Didon de la composition du même auteur. »

Mercure de France, avril 1728, p. 853 : [Concert Spirituel, 17 et 18 mars 1728]

« La Demoiselle Antier chanta ensuite la Cantate de Didon, mise en musique par M. de Blamont. »

Mercure de France, décembre 1728, p. 2727 : [Concert Spirituel, 15 décembre 1728]

« La Demoiselle Antier chanta la Cantate de Didon, de M. de Blamont. »

Mercure de France, septembre 1736, p. 2132 : [Concert de la Reine, 22 août 1736]

« La Demoiselle Lenner chanta ensuite la Cantate de Didon avec beaucoup d'applaudissement, elle est de la composition. »

Mercure de France, novembre 1736, p. 2562 : [Concert de la Reine, 19, 21 et 26 novembre 1736]

« La Demoiselle Lenner chanta deux cantates de M. de Blamont intitulées La Toilette de Vénus et Didon dont l'exécution fut très applaudie. »

Mercure de France, juillet 1738, p. 1648 : [Concert de la Reine, 12, 14 et 21 juillet 1738]

« La Demoiselle Matthieu chanta à la fin du concert la Cantate de Didon mise en musique par M. de Blamont. »

AQUIN DE CHATEAU-LYON (Pierre-Louis d'), « Siècle littéraire de Louis XV », Amsterdam, Duchesne, 1754, p. 92 :

« Je n'oublierais pas la Didon de M. de Blamont. Elle a fait beaucoup de bruit dans le monde. Les paroles sont d'un grand Prince (Feu Monseigneur le Prince de Conti) protecteur des favoris des Muses ; ce qui a du contribuer au succès de cette cantate. »

Voir aussi

RISM A.I/ C 3332 : source B

Lieu(x)

Concert spirituel
VERSAILLES
Concert de la Reine
Concert des Mélophilètes
SCEAUX

Note(s) lieu(x)

Cette cantate semble avoir été créée chez la Duchesse du Maine à Sceaux en présence du Prince de Conti.

Date(s)

1723
 1727.12.20
 1727.12.31
 1728.03.17
 1728.03.18
 1728.12.15
 1736.08.22
 1738.07.21
 1736.11.19
 1736.11.21
 1736.11.26
 1721.12
 1721.07.26

Note(s) date(s)

26 juillet 1721 : exécution à Sceaux, chez la duchesse du Maine, en présence du Prince de Conti
décembre 1721 : parution du texte dans le Mercure de France
1723 : édition dans le Premier Livre de cantates
 
Exécutions au Concert Spirituel :
20 décembre 1727 (Mlle Delba), 31 décembre 1727 (Mlle Antier),
17 et 18 mars 1728 (Mlle Antier), 15 décembre 1728 (Mlle Antier)
 
Exécutions au Concert de la Reine :
22 août 1736 (Mlle Lenner), 19, 21 et 26 novembre 1736 (Mlle Lenner), 12, 14 et 21 juillet 1738 (Mlle Matthieu)

Interprète(s)

ANTIER, Marie
LENNER, Mlle
MATTHIEU, Mlle
DELBA, Mlle

Nom(s) cité(s)

MAINE, Anne-Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé [1676-1753], duchesse du

Note(s) nom(s) cité(s)

La première exécution de cette cantate semble avoir eu lieu à Sceaux chez la duchesse du Maine.

Notes sur l'oeuvre
Note(s) sur la musique

Ré Majeur
 
 Tempête
 Ré Majeur,Très vite, 2
 
 Récitatif « Echappé de l'horreur »
 Ré Majeur, doux, 2, C, 2
 
 Air « Servés cet amant glorieux »
 si mineur, Légèrement et louré, 2, 3, 2
 
 Récitatif « Mais tandis qu'occupé d'une si belle chaine »
 la mineur, C, 2, 3, 2, C, 2, C, 3, 2
 
 Air « Courez à la victoire »
 La Majeur, Vite et piqué, 3/8
 
 Récitatif « Didon voit partir son amant »
 ré mineur, C, 3, C, 3, C, 2, C barré, 2
 
 Air « L'amour a trop d'empire »
 Ré Majeur, Très légèrement, 6/8

Effectif

ut1/vl,vl/bc

Note(s) concernant l'effectif

- Effectif supposé :
 
 dessus (ut 1)
 2 dessus instrumentaux
 basse continue
 
 - Une seule partie de dessus instrumental (sauf pour le premier air où ils sont divisés en deux).

Annotation(s) instrumentale(s)

violon

Incipit(s) chiffré(s) [système Gustafson - Leshinskie]

1765432 1111111133333333
11 331 446443 33
1 321767 1545 6545432 321
55335 222252 33
5 3231 5523 1345 654321 7
1 555331 555112
5 153254 324 321767 151

Incipit(s) littéraire(s)

Échappé de l'horreur
Servez cet amant glorieux
Mais tandis qu'occupé
Courez à la victoire
Didon voit partir son amant
L'amour a trop d'empire

Référence(s) bibliographique(s)

AE/ ARC BLAM 04 [F-Pc/ D 1280]

Référence(s) bibliographique(s)

COLIN DE BLAMONT, François
 « Cantates Françaises »
 Les Musiciens du Louvre ; J. Smith, soprano ; M. Minkowski, dir.
 Archiv Produktion 449 144-2 AH, Deutsche Grammophon (1996)

Informations sur la notice

Auteur de la notice : Benoît Dratwicki

Date de diffusion : décembre 2007 ; dernière modification : janvier 2011


<<<< retour <<<<