Login
Menu et informations
Base de données
Introduction
Liste des œuvres
Liste des recueils
Liste des compositeurs
Faire une recherche
Liste des œuvres Recueils
Informations
Citer le corpus
LEBÈGUE, Nicolas Antoine (1631-1702) : MOTETS POUR LES PRINCIPALES FÊTES DE L'ANNÉE PAR MR LEBÈGUE

LEBÈGUE, Nicolas Antoine (1631-1702) : MOTETS POUR LES PRINCIPALES FÊTES DE L'ANNÉE PAR MR LEBÈGUE

Titre uniforme :
MOTETS POUR LES PRINCIPALES FÊTES DE L'ANNÉE PAR MR LEBÈGUE
Source(s) du recueil :
Source musicale A

MOTETS/ POUR LES PRINCIPALES FESTES/ DE L'ANNE'E,/ A une Voix seule avec la Basse-Continuë, & plusieurs petites/ Ritournelles pour l'Orgue ou les Violles./ POUR LES DAMES RELIGIEUSES,/ ET TOUTES AUTRES PERSONNES./ Par M. NOEL, Maistre de Musique.
Paris, Christophe Ballard, 1687
partition, [VI]-70+[2] p.
CDN-Mn/ Rés Af 264

Note(s) sur la source musicale A

RISM A.I/ L 1204

Erreur de numérotation : la page [70] porte le numéro « 56 ».
p. de garde : signatures « Girard 1724 », « Belmon ».
p. de titre : « Belmon » dans le cartouche au-dessus du titre.
p. 5 : en bas de page, annotation manuscrite « Surge qui dormi, et exsurge amor tuis ».
p. 28 : variante manuscrite de la partie vocale (sol2) du premier récit du « Panis Angelicus » (p. 29-31).
p. 31 : copie manuscrite d'une ritournelle instrumentale (sol2) et de la partie vocale (sol2) d'un « Maria Mater graciae ».
En bas de la page : « Monsieur Bellemont grand Viquere des/ [illisible] ».

Contient :
- p. [I] [page de titre]
- p. [II] [blanc]
- p. [III]-[IV] [épître dédicatoire]
- p. [V] « AVIS AUX DAMES RELIGIEUSES. »
- p. [VI] [blanc]
- p. 1-5 Veni sancte spiritus reple tuorum
- p. 6-7 Verbum caro factum est
- p. 8-10 Hodie Christus natus est
- p. 11-13 O crux ave spes unica
- p. 14-16 O rex gloriae
- p. 17 Tu suavissimus panis angelicus
- p. 18-20 Parasti in conspectu meo mensam
- p. 21-23 Pange lingua... corporis
- p. 24-28 Vidi speciosam sicut columbam
- p. 29-31 Panis angelicus fit panis hominum
- p. 32-34 Ecce panis angelorum factus cibus
- p. 35-38 O salutaris hostia
- p. 39-43 Anima Christi sanctifica me
- p. 44-47 Ave verum corpus
- p. 48 Pie Jesu Domine
- p. 49-55 Salve regina mater misericordiae
- p. 56-59 Regina caeli laetere
- p. 60-64 Exultet omnium turba fidelium
- p. 65-67 Domine salvum fac regem
- p. 68-[70] Domine salvum fac regem
- p. [71] « TABLE. »
- p. [72] « EXTRAIT DU PRIVILEGE. »

« A MONSIEUR
MONSIEUR LE BEGUE,
ORGANISTE DU ROY,
ET DE SAINT MEDERIC.

MONSIEUR,
L'offrande que je vous fais aujourd'huy est un effet de ma reconnoissance. Ceux qui sçavent les grandes obligations que je vous ay, m'auroient accusé d'ingratitude s'ils n'avoient pas vû vostre nom à la teste de mon Ouvrage ; l'on auroit crû que ne l'ayant mis au jour qu'aprés avoir puisé tant de fois dans vos lumieres, il devoit retourner à vous comme à sa source : outre qu'estant consacré à la pieté, j'ay pensé qu'il estoit juste de le dédier à un homme qui mesle avec tant de soin les devoirs de la Religion à l'habileté pour la Musique. Ceux qui sont capables d'instruire, se font un honneur d'avoir vostre approbation, & souvent l'estime que vous avez pour eux fait une partie de leur merite ; tout le monde qui va vous entendre vous donne des applaudissemens & des loüanges. Vous avez sceu trouver par vos Airs si tendres & si doux l'art d'attirer les Peuples à l'Eglise, & de leur inspirer la ferveur de la devotion. Tous les Estrangers tombent d'accord, à la gloire de nostre Nation, que l'on ne voit point parmy eux de plus excellent Maistre que vous. A la Cour, comme à la Ville, on se fait un plaisir de vous prester l'oreille ; & ce seroit n'avoir ny goust ny delicatesse que de ne vous pas estimer ; sur tout aprés que l'on a esté témoin des sentimens de bonté & d'estime qu'a pour vous le plus grand Roy du monde, dont le juste discernement sçait toûjours donner au merite ce qui luy est deû. Cela seul vaut un grand Eloge, & tout ce que je dirois pour vous loüer n'égaleroit pas le choix qu'il a fait de vous. Mais, MONSIEUR si vostre sçavoir vous attire l'estime publique, vostre pieté ne le fait pas moins : Chacun découvre en vous de rares talens que l'humilité dérobe à vostre veuë. Combien avez vous de Disciples sans autre interest que la gloire de les mettre en estat de se rendre habiles ? Vostre maison est un azile pour les pauvres, & une Ecole où vous leur donnez des leçons avec autant de soin & d'application que si vous aviez affaire à des personnes illustres par le Rang & par la Naissance. Jamais vous voit on refuser quelque chose à l'indigence ? & trouve t'on mesme dans l'estat Ecclesiastique des gens qui suivent mieux que vous les regles de la Charité Chrestienne, & qui donnent avec plus de liberalité & de plaisir ? Mais, MONSIEUR, pourquoy vanter des vertus qui sont connuës de tant de monde ? sur tout dans une Lettre où je n'avois autre dessein que de vous supplier de revoir mon Ouvrage comme une marque de ma gratitude, & de vous asseurer de la sincerité avec laquelle je suis,

MONSIEUR,
Vostre tres-humble & tres-obeïssant serviteur, NOEL. »

« AVIS
AUX DAMES RELIGIEUSES.
Si j'expose mes Motets au jour, c'est d'un costé pour m'épargner la peine d'en faire des copies à une infinité de personnes qui me les demandoient de toutes parts ; & de l'autre, pour satisfaire aux desirs de plusieurs Maistres de Musique, qui ont crû, aprés les avoir entendus chanter, qu'ils me feroient honneur dans le Cloistre & dans le monde. Comme ils ont esté composez pour les Dames du Val de Grace, qui attirent les Peuples chez elles par la beauté de leurs voix, aussi bien que par la magnificence Royale de leur Eglise & de leur Maison, j'ay pensé que vous les recevriez favorablement , ainsi qu'elles ont fait : Ils sont à une voix seule avec la Basse-Continuë, & de petites Ritournelles pour l'Orgue ou pour les Violes, afin de donner à la personne qui chante, le loisir de se délasser. Je me suis attaché à former un chant tendre & naturel, qui pût se soûtenir comme un Air dans les lieux où l'on n'use d'aucun Instrument. Comme il n'y a point de Communauté Religieuse sans quelque belle voix, j'espere que mes Motets pourront estre mis en usage par tout. S'ils ont l'honneur de vous plaire, je vous en donneray d'autres vers la fin de l'année sur des sujets pour le moins aussi utiles que ceux-cy. Les personnes qui les voudront chanter n'ont qu'à prendre la peine de m'en donner avis chez Monsieur le Begue, & j'iray leur enseigner la maniere dont il faut les executer suivant mon intention : Je m'offre mesme de leur composer quelque Motet particulier, à une, à deux & à trois voix. Aprés tout, que je sois bien receu ou non, j'auray toûjours la consolation d'avoir travaillé pour le service de l'Eglise, & consacré mes soins & mon travail au Dieu immortel, à qui toute gloire doit estre renduë dans tous les siecles. »

Autres exemplaires :
Exemplaires non consultés :
D-WD/ 77 (avec partie séparée manuscrite de la basse) [facsimilé Fuzeau]
US-Bp/ M2137.N65 M6

Autre(s) source(s) musicale(s)

B.
MOTETS/ POUR LES PRINCIPALES FESTES/ DE L'ANNÉE ;/ A voix seule avec Basse-Continuë, & plusieurs petites Ritournelles/ pour l'Orgue, ou pour les Violes,/ COMPOSEZ POUR LES DAMES RELIGIEUSES/ Par Monsieur le BEGUE, Organiste de la Chapelle du Roy./ Donnez cy-devant au Public sous le nom de Monsieur NOEL, Maître de Musique./ NOUVELLE EDITION.
partition, [IV]-70 p.
Paris, Christophe Ballard, 1708
D-WD/ 10

RISM A.I/ L 1205
Seul exemplaire connu.

La page 68 ne porte pas de numéro.

Contient :
- p. [I] [page de titre]
- p. [II] [blanc]
- p. [III] « AVIS/ AUX DAMES RELIGIEUSES. »
- p. [IV] « TABLE. »
- p. 1-70 comme dans la source A
- p. [71] « CATALOGUE/ DES MOTETS IMPRIMEZ. »
- p. [72] « EXTRAIT DU PRIVILEGE. »


L'Avis aux dames religieuses comporte des variantes :
Suppression d'une partie de la première phrase :
- « J'expose mes Motets au jours, pour satisfaire aux desirs... »
- « Je me suis attaché à former un chant tendre & naturel, qui pût se soutenir de la même maniere qu'un Air » [1687 : « ... comme un Air »]
Suppression de la phrase « S'ils ont l'honneur de vous plaire... à une, à deux & à trois voix. » L'enchaînement est donc le suivant :
- « ... que mes Motets pourront être mis en usage par tout. Que je sois bien reçû ou non... »

Comparaison des sources

Les motets sont identiques à ceux de la première édition, à quelques chiffrages, agréments ou corrections près. La mise en page est rigoureusement la même.

Dépouillement (sigle RISM/ cote)

US-Bp
CDN-Mn/ Rés Af 264
D-WD/ L 10
D-WD/ Nr 76

Attribution(s)

Première édition sous le nom de Noël, deuxième sous celui de Lebègue.

Voir aussi

Voir aussi PM.432-451

Lieu(x)

PARIS, Abbaye du Val-de-Grâce
PARIS

Date(s)

1687
1708

Nom(s) cité(s)

GIRARD, Jean
BELLEMONT

Note(s) nom(s) cité(s)

Bellemont : nom porté sur un exemplaire de la source A [C-Mn/ Rés AF 264].
Jean Girard, clerc tonsuré sulpicien, a apposé sa signature sur le même exemplaire, qui fait partie des volumes qu'il emporta en Nouvelle France (1724).

Dédicataire(s)

LEBÈGUE, Nicolas-Antoine

Éditeur(s) / Graveur(s) / Libraire(s)

BALLARD, Christophe [1641-1715]

Référence(s) bibliographique(s) :
Cote CMBV

CMBV/ MI 122 [D-WD/ L 10]
CMBV/ ARC LEBE 01 [C-Qn/ Rés AF 264]
CMBV/ MFV LEB 01 [Fuzeau, 1991]
CMBV/ ARC LEBE 02 [D-WD/ L 10]

Édition(s) moderne(s)

Édition en facsimilé :
LEBÈGUE, Nicolas-Antoine
Motets pour les principales fêtes de l'année ; éd. par Philippe Lescat
repr. de D-brd-WD/ Nr 76
Courlay, Fuzeau, 1991, 29-56 p.
(La musique française classique de 1650 à 1800 ; 51)

Informations sur la notice :

Notice créée par Nathalie Berton (décembre 2005).

Date de référence :

<<<< retour <<<<