Login
Menu et informations
Base de données
Introduction
Liste des œuvres
Liste des recueils
Liste des compositeurs
Faire une recherche
Liste des œuvres Recueils
Informations
Citer le corpus
RAUCH, Johann Georg : NOVARUM SIRENARUM SACRAE HARMONIAE SIVE MOTTETAE

RAUCH, Johann Georg : NOVARUM SIRENARUM SACRAE HARMONIAE SIVE MOTTETAE

Titre uniforme :
NOVARUM SIRENARUM SACRAE HARMONIAE SIVE MOTTETAE
Autorité(s) principale(s) :
Source(s) du recueil :
Source musicale A

NOVARUM SIRENARUM/ SACRAE HAR-/ MONIAE/ SIVE/ MOTTETAE/ Tam Instrumentis quàm Vocibus/ tantùm./ CONCERTANTES,/ à/ 3. 4. 5. & 7./ Recens in lucem datae/ à/ JOANNE GEORGIO RAUCH,/ Sulzensi Alsata/ Ecclesiae Cathedralis Argentinensis Organado./ OPUS II.
 Strasbourg, auteur, Johannis Pastorius, 1690
 8 parties séparées
 F-Pn/ Vm1 1060

Note(s) sur la source musicale A

RISM A.I/ R 348 et RISM A.I/ RR 348.
 Coll. Brossard n° 353.
 Les 8 parties séparées sont conservées dans une pochette en carton au dos de laquelle Brossard a indiqué : « Jo georg./ Rauch./ Eccles Cath. Argen/ Organ./-/ Mottettae/ tam Instrum/ qm vocibs./ Concert./ a. 1. 3. 4. 5. / et 7. voc./-/ Argentorati./ 1690./ JB. Ex dono. aut./-/ Parties. 8./-/ JB. 5 lt. ». L'ensemble est rangé dans une chemise en carton rouge, aux armes du roi.
 
 Le numéro d'opus est suivi de la désignation de la partie.
 
 « Pars Prima sive Cantus. »
 [IV]-[6] f.
 - f. [I] [page de titre]
 - f. [Iv]-[IIIv] [épitre dédicatoire]
 - f. [IV] [vers pour Rauch]
 - f. [IVv] « INDEX. »
 - f. [1]-[6v] [musique]
 Double numérotation des cahiers : ceux des folios liminaires sont numérotés par des lettres minuscules, tandis que ceux de la musique le sont en majuscules. Les deux séries commencent par la lettre « a ».
 Le nom de la partie apparaît au départ de chacune des pièces.
 Sur la couverture en papier violet, Brossard a précisé : « Pars Ia/ seu/ Cantus. ».
 Par erreur, la partie de « Bassus Generalis » de la dernière pièce a été reliée en fin de ce recueil. Dans notre description, nous ne tiendrons pas compte de cette erreur (le motet n° IV figure dans l'édition avant le motet n° III).
 
 « Pars Secunda, sive Altus. »
 [IV]-[10] f.
 Mêmes folios liminaires et même numérotation des cahiers que la « Pars prima ».
 - f. [1]-[10v] [musique]
 Le nom de la partie apparaît au départ de chacune des pièces.
 Sur la couverture en papier violet, Brossard a précisé : « Pars 2a/ seu/ Altus Primus. ».
 
 « Pars Tertia, sive Tenor. »
 [IV]-[8] f.
 Mêmes folios liminaires et même numérotation des cahiers que la « Pars prima ».
 - f. [1]-[8v] [musique]
 Le nom de la partie apparaît au départ de chacune des pièces.
 Sur la couverture en papier violet, Brossard a précisé : « Pars 3a/ seu/ Tenor. ».
 
 « Pars Quarta, sive Bassus. »
 [IV]-[7] f.
 Mêmes folios liminaires et même numérotation des cahiers que la « Pars prima ».
 - f. [1]-[7v] [musique]
 Le nom de la partie apparaît au départ de chacune des pièces.
 Sur la couverture en papier violet, Brossard a précisé : « Pars IVa/ seu/ Bassus. ».
 
 « Pars Quinta, sive Violinum Primum. »
 [IV]-[16] f.
 Mêmes folios liminaires.
 - f. [1]-[16v] [musique]
 Les cahiers des folios liminaires et ceux de la musique portent des signatures en majuscules, numérotés de A à I2 (la musique commence ici par la page portant la signature E 3).
 Le nom de la partie apparaît au départ de certaines des pièces.
 Sur la couverture en papier violet, Brossard a précisé : « Pars Va/ seu/ Violinum 1um. ».
 
 « Pars Sexta, sive Violinum Secundum. »
 [IV]-[16] f.
 Mêmes folios liminaires et même numérotation des cahiers que la « Pars prima ».
 - f. [1]-[16] [musique]
 Le nom de la partie apparaît au départ de certaines des pièces.
 Sur la couverture en papier violet, Brossard a précisé : « Pars 6a/ seu/ Violinum/ 2um. ».
 
 « Pars Septima, sive Fagotto. »
 [IV]-[14] f.
 Mêmes folios liminaires et même numérotation des cahiers que la « Pars prima ».
 - f. [1]-[14v] [musique]
 Le nom de la partie apparaît au départ de chacune des pièces.
 Sur la couverture en papier violet, Brossard a précisé : « Pars 7a/ seu/ fagotto. »
 
 « Pars Ultima, sive Bassus Generalis. »
 [IV]-[19] f.
 Mêmes folios liminaires et même numérotation des cahiers que la « Pars prima ».
 - f. [1]-[19v] [musique]
 L'effectif de chaque pièce apparaît au départ.
 Sur la couverture en papier violet, Brossard a précisé : « Pars 8a/ seu/ Organum. »
 
 CONTIENT :
 « Pars Ultima, sive Bassus Generalis. »
 I O caeli beati
 II Salve lux mundi
 III O piissime Domine
 IV Bone Jesu convertisti me
 V Quis mihi det bibere
 VI Confitebor tibi Domine in toto... in consilio
 VII O quam pulcher es
 VIII O quam desiderat anima mea
 IX Anima Christi sanctifica me
 X Domine Deus in simplicitate
 XI Cantemus Domino gloriose enim
 XII O quam sitivit anima mea
 
 « Pars Prima sive Cantus. »
 n° I, IV, X-XI (C1 ou C solo)
 n° III (A solo)
 
 « Pars Secunda, sive Altus. »
 n° V-VI, VIII-XI (A1 ou solo)
 
 « Pars Tertia, sive Tenor. »
 n° I (C2)
 n° IX, XII (A2 ou A solo)
 n° II, X-XI (T ou T solo)
 
 « Pars Quarta, sive Bassus. »
 n° I, X-XI (B)
 n° VII (A solo)
 n° XII (fagotto)
 
 « Pars Quinta, sive Violinum Primum. »
 n° II-XII
 
 « Pars Sexta, sive Violinum Secundum. »
 n° II-XII
 
 « Pars Septima, sive Fagotto. »
 n° II-XI
 
 « REGIAE ac LIBERAE/ CIVITATIS/ ARGENTORATENSIS/ ILLUSTRIBUS/
 { PRAETORI }
 DNN. { & } REGG.
 { SYNDICO }
 TOTIQUE/ INCLYTO/ MAGITRATUI/ DOMINIS MEIS/ GRATIOSIS. »
 
 « In defectu ludi consistit peccatum, ait Doctor Angelicus. Eò quod in humanis rebus contra rationis regulas sit, gravem, difficilem & taediosum se in conservationibus reddere, dum nihil delectationes aliorum impedit. Ego ne aut rectae rationi adversarer, aut eorum gratiosae voluntati obsisterem, quorum unius oculi annutus summum mihi est Imperium ; aut inurbanus peccarem in illos, quorum conservationi benevolentissimo scilicet, in me favore & affectu aliquando inter, sum, mearum esse partium arbitrabar, ut, quò minus delectationes eorum impedirem, aliquid eorum animis & auribus exhiberem, delectabile ex Odaeo meo Musico, quos ritè dispositis concentibus musicis non mediocriter oblectari non nescio. Tibi igitur inprimis Per Illustris ac Gratiose Domine Praetor Regie, Moecenas maxime, & omni mihi studio & labore observantissime &c.Tibi, inquam, hoc Harmoniae Sacrae opus secundum Tuisque pedibus demissisimè substerno ; Tuis enim in aedibus penè natum ad hanc usque perfectionem adolevit, ut Tuo Judicio approbatum, Tua autoritate confirmatum Tuo nunc gratioso annutu publicam in lucem prodire non verecundatur, nuspiam, nisi sub Tuo praesidio securius. Vobis etiam Illustres Amplissimique Viri &c. qui hos ipsos meos labores, dum ad perfectionem limarentur, benignis auribus excepistis ; Vobis eos nunc supplex ac Venerabundus porrigo, ut qualibus nuper aurobus talibus modò manibus ac mentibus à me suscipere non dedignemini, quod mihi abunde promittit vestra, quam immeritus saepè saepius expertus sum, benevolentia. Nec repulsam susvereor, non enim nescius sum, probè vos callere, quod Sanctus ait Augustinus ; Sapientes decet interdum remittere aciem rebus agendi intentam, Quantis, quamque laboriosis mentes vestrae negotiis penè continuò distrahantur, tota loquitur urbs & curia. Ego itaque ut mitigandis tot taediis, dispellendis nebulis, recreandis animorum languoribus, opellae aliquid contribuerem Musica id aptissimè praestandum censui, praesertim, quando, ut Aristoteles docet ; Cognatio quaedam nobis est cum harmonia & rythmis, & Organa, teste Cajetano, sunt Medicina animae. Accipite igitur clementissimè Gratiosi Domini hoc meum, aut potius jam vestrum quale OPUS MUSICUM, Vestris est destinatum usibus, Vestris consecratum obsequiis, Vestro glorioso inscriptum nomini, siminus Vestra dignitate praegrandem Auctoris pensate affectum, qui Vestris remunerandis beneficiis selongè imparem aperte confitetur. Aliquam tamen sui in Vos obsequii & reverentiae umbram, Orbi & Urbi exhibere voluit, aeternùm permansurus
 Per Illustris & Magnificentissimae
 &
 Praenobilium Amplissimorumque Dominationum
 Vestrarum
 Servus devostißimus
 Joh. Georgius Rauch. »
 
 « Rursus in apricum producis RAUCHIE scriptum,
 Ac dotes monstras, quas tibi JOVA dedit.
 Ut tibi id & Laudem nec non quoque praemia multa
 Chare ! Patronorum conferat, ex animo
 precatur
 Tuus
 qui ob artem musicam
 Te
 prae aliis amat integerrimè
 Joh. Georgius Schaeffer. »
 
 Autres exemplaires :
 CH-Zz/ AMG XIII 593.2 a-b, d-h.
 Toutes les parties sont conservées, mais seule la « Pars quinta, sive Violinum Primum » est munie d'une page de titre et des f. liminaires.
 Le f. [9] du la « Pars Septima, sive Bassus Generalis » manque et est remplacé par 1 f. réglé, sans notation musicale.
 
 F-Ssp/ M 18 (Pars prima sive Cantus, Pars secunda, sive Altus, Pars sexta, sive Violinum Secundum, Pars Septima, sive fagotto, Pars Ultima, sive Bassus Generalis)

Dépouillement (sigle RISM/ cote)

F-Pn/ Vm1 1060
F-Ssp/ M 18
CH-Zz/ AMG XIII 593 2 a-b, d-h

Commentaire(s) contemporain(s)

Brossard, Catalogue, p. 142
 « Comme j'estois alors maître de chapelle de lad. Eglise de Strasbourg, l'autheur m'en fit present d'un exemplaire. »

Voir aussi

Voir aussi PM.700, 702, 704, 709, 714-717, 721, 724

Lieu(x)

STRASBOURG, Cathédrale Notre-Dame
PARIS

Date(s)

1690

Éditeur(s) / Graveur(s) / Libraire(s)

PASTORIUS, Johannis

Référence(s) bibliographique(s) :
Cote CMBV

CMBV/ ARC RAU 01 [CH-Zz/ AMG XIII 593. 2a-b, d-h]

Informations sur la notice :

Notice créée par Nathalie Berton (décembre 2005).

Date de référence :

<<<< retour <<<<