Login
Menu et informations
LE JEUNE, Claude (1530 ca-1600) : DODÉCACORDE À 2, 3, 4, 5, 6 ET 7 PARTIES

LE JEUNE, Claude (1530 ca-1600) : DODÉCACORDE À 2, 3, 4, 5, 6 ET 7 PARTIES

Titre uniforme :
DODÉCACORDE À 2, 3, 4, 5, 6 ET 7 PARTIES
Autorité(s) principale(s) :
Source(s) du recueil :
Source musicale A

DODECACORDE SELON LES DOVSE MODES, A II. III. IIII. V. VI. ET VII. VOIX PAR CL. LE IEVNE. Compositeur de la Musique de la Chambre du Roy. Sous lesquels ont esté mises des paroles Morales
Paris, Pierre Ballard, 1618
parties séparées, 6 vol. (dessus, haute-contre, taille, basse-contre, cinquième, sixième), in-4° oblong, 165 x 220 mm ; dessus : [4]-43-[1] f. ; haute-contre : [4]-46-[2] f. ; taille : [4]-45-[1] f. ; basse-contre, cinquième : [4]-41-[1] f. ; sixième : [4]-21-[1] f.
F-Psg/ Rés Vm 73 [taille, basse-contre, cinquième, sixième]
F-Pn/ Rés Vmd 97 [dessus, haute-contre, taille, basse-contre]

Note(s) sur la source musicale A

Pièces liminaires et tables
f. A2r Au lecteur, épître signée Ballard.
f. A3r Ad Cl. Junii. Divinum opus, quatrain latin signé Constantius Albinæus [Constant d'Aubigné]. ¶ Autre quatrain latin, signé P. Cl. Dantonetus. ¶ Quadrin. Quatrain français signé O[det] de la Noue. ¶ Autre quatrain français non signé, précédé de [Agrippa d'Aubigné].
f. A3v Sonnet. Signé I. Boisseul.
À la fin de la musique, partie de Basse-contre : Le Delien a vincu [anagramme de Claude Le Jeune]
f. M3v Table topographique.
f. M4v Extrait du privilège général du 16 octobre 1611, citant nommément Le Jeune.

Dépouillement
1. Chantés en exultation Au Dieu qui habite en Sion. 4 v
Canon ultimi erunt primi, et primi ultimi. Fugue double à quatre.
2. J'estois en un beau jour d'esté Que le soleil brusle campagnes, Ravit Premier mode autentique. 5 v
2e. p. Ce fut alors qu'un beau grand pin Se presenta devant mon ame
3e p. Et puis un jouvenceau divin Chantoit au son d'un luth d'ivoire
4e p. Soit que le coup d'un tel malheur Vint de celuy qui par son
3. Dequoy me sert suivre tes pas, Tes faux plaisirs & tes appas, Monde Second mode plagal. 3-7 v
2e p. De moy, je ne te veux plus voir, Tant il me fait mal de t'avoir
3e p. Tous les biens m'ont quitté depuis Que je te sers, que je te suis
4e p. Si tu n'es plus ferme & constant, Cherche qui te rende content
5e p. Las ! j'ay trop long temps atendu Pauvre que je suis & perdu
6e p. Le coeur me le disoit ainsi, D'autres me le disoyent aussi :
7e p. J'ay si long temps suivi la Cour, Je me suis forcé nuit & jour
8e p. Combien de fois ay-je souffert Les tours d'un ennemy
9e p. Si j'ay quelque fois eu du bien, Je ne l'ay peu dire estre mien
10 p. C'est ce qui me desplaist en toy, Monde pipeur, monde sans
11 p. Si j'eusse dessilé les yeux, Plustost je m'en trouverois mieux
12 p. En quelque lieu que je serois Plus loing de toy, je chanterois
13 p. Mais il vaut mieux tard que jamais, Je seray libre desormais :
4. Parler beaucoup n'est gueres sans offense, Un petit mot ainsi qu'un coup Troisiesme mode. 3-6 v
2e p. O ! qu'a bien dit cette claire trompette Du tout puissant, que
3e p. Tant de cités seroyent encores belles, Et n'auroyent pas senty
4e p. Dis moy, pourquoy n'as tu plus d'une bouche Qui tient encor
5e p. Escoute moy mon fils, ce dit le Sage, Et en cecy fais ton
6e p. Plustot un dard jetté de grand puissance Retournera vers celuy
7e p. Ne pense pas que celuy soit plus sage Qui n'a sinon que babil
5. Mon Dieu combien un seul ventre dévore D'or & d'argent, & si ne peut Quatriesme mode. 5-6 v
2e p. S'il n'a toujours quelques sauces friandes Il ne prend goust aux
3e p. Tant de bons vins que nostre terre porte, Ne sont pas bons, il
6. Si tost que la Penitente En dueil & pleurs languissante Pour avoir passé Cinquiesme mode. 2-7 v
2e p. C'est ô Sauveur de mon ame Ores qu'il faut que ta flame
3e p. Mon bien, ma seule esperance, Tirés hors de la puissance De
4e p. Chaines qui des mon jeune âge Me tiennent en esclavage,
5e p. Ainsi disoit toute pleine De larmes la Madelene : Puis elle
6e p. Mais tout aussi tost changée, Et de vergongne arrestée,
7e p. Tu ne seras en la ruë Que tu ne sois recognuë De tous, &
8e p. C'est l'egoust, c'est la sentine Des ordures de Cyprine, C'est
9e p. Comment pourront tes oreilles Oüir injures pareilles, Pense
10e p. Et quand bien parmy la ruë Tu ne serois recognuë De
11e p. Contre tes m'urs & ta vie, S'esleveront à l'envie, Comme
12e p. Alors cil en qui tu pense Devoir estre ta fiance, Sera le
13e p. Va loing de moy, va meschante, O femme trop impudente,
14e p. Las ! & que dis-tu, Marie ? (Disoit elle apres marrie) Il est
15e p. Ce n'est pas luy qui rejette Cil qui dans ses bras se jette, Ce
16e p. Et partant, ô Madelene, Ne crains ny honte ny peine, Prens
7. Marie a tant d'un coeur plus genereux Que ne sembloit porter le sexe & Sixiesme mode. 2-6 v
2e p. Comme elle fut chés Simon le lepreux, Fondant en pleurs, &
3e p. Ha ! dieu quel coeur fut il de diamant Ne s'attendrist à de si
4e p. Donc, est-ce icy disoit cét orgueilleux Celuy qui voit les choses
5e p. Tu pense bien que personne ne voit Ton coeur malin ame
6e p. Des aussi tost que Jesus tres-benin De l'hoste sien eust cognu
7e p. La vois tu bien comme de ses yeux Jusques ici elle fait deux
8e p. Ha ! si le coeur de celle que tu vois T'estoit ouvert, & sa
9e p. Leve toy donc, dit-il jettant son ?il, Porte bon-heur sur la
8. O Dieu combien nos desirs & nos voeux En un seul jour changent Septiesme mode. 5-6 v
2e p. Pleust il à Dieu qu'il ne fut pas ainsi : Mais il est vray tantost
3e p. Penses y bien, tu desires rantost De grands thresors, & puis de
4e p. Ce n'est plus rien des changements divers, d'un polype marin,
9. O Dieu qui nous avés bien dit Malheur à celuy là qui rit, Ayant au milieu Huictiesme mode. 3-6 v
2e p. Tiendrois tu pour homme prudent Cil qui en danger evident
3e p. On lit d'un tel qui est au port Arrivé de la triste mort, Voguant
4e p. De tous les maux qui de nous jours Traversent le paisible cours
5e p. Le sage a bien dit qu'il vaut mieux Aller où la bonde des yeux
6e p. Mais qu'est-ce que tu peux avoir Qui te puisse à rire esmouvoir
7e p. Du ventre tu sors en pleurant, Les pleurs te suivent en mourant
10. De l'homme de bien la constance Se fait voir alors qu'on l'offence, Et Neufiesme mode. 5-6 v
2e p. Vient il un vent de calomnie Bruire, & souffler contre sa vie,
3e p. Il se rejoüit en son ame Du tort, de la peine & du blasme Que
4e p. Vrayment on peut bien de luy dire ce qu'a fait chanter à sa lyre
5e p. Ce qui est plus, le Dieu des armes L'ayde contre toutes
11. Cil ne me semble pas avoir Le cerveau ferme & arresté, Qui cherche de Dixiesme mode. 3-6 v
2e p. L'habit du peuple bazané D'espagne nous plaist pour un temps
3e p. O que celuy plaisamment fit Qui pour se gausser du François
4e p. Tout aussi tost que nous avons Veu quelque nouvelle beauté
5e p. Au moins si apres tant d'avis, Apres si divers changements,
6e p. Quant à moy je tiens pour certain Que si l'honneur ne nous
7e p. Ou si l'Indois tout enfumé Jusqu'en nostre France tiroit, Nud
12. Toute beauté & bonne grace Que tu vois en sa fleur, Peu à peu Unsiesme mode. 3-6 v
2e p. La femme qui se glorifie De son beau teint vermeil, Et qui trop
3e p. Ah ! ne farde jamais ta face Femme qui de l'honneur As soin
4e p. Le farder fait assés paroistre Le grand soin qu'au dedans As
5e p. Et toute-fois nostr'?il, nostre ame, S'arreste volontiers A
6e p. Tu es bien fol de mettre en gage, Et en captivité, Pour ce qui
7e p. As tu jamais veu quelque fille De parfaitte beauté, Qui eut
8e p. Ce n'est pas tout, sous ce visage Ou tu peux admirer Tous les
9e p. Fuy doncque la beauté passante Comme la fleur de pré, Ores
10e p. Tu te perds si d'une Meduse Tu ne crains d'approcher, Pour
13. L'homme orgueilleux enflé du vent de gloire Au ciel voudroit voire par Dousiesme mode. 3-6 v
2e p. D'où penses-tu qu'une telle arrogance Prenne son cours, & sur
3e p. Ah ! si jamais la main forte & puissante De celuy là qui ce tout
4e p. Si tu pensois, & tu le devrois faire Que ce grand Dieu ne peut

Description
6 volumes 4° oblong, 165 x 220 mm. DESSVS : [4]-43-[1] f., A-M4. HAVTE-CONTRE : [4]-46-[2] f., A-N4. TAILLE : [4]-45-[1] f., A-M4N2. BASSE-CONTRE, CINQVIESME : [4]-41-[1] f., A-L4M2. SIXIESME : [4]-21-[1] f., A-F4G2. Titre dans l'encadrement EPJ. Musique notée (type MMF2), portées de 178 mm. Lettrines, bandeaux, frises, fleurons. Ligne de pied : DOVSES MODES. [NOM DE LA PARTIE].

Autres exemplaires
F-CNm/ Mancel non coté [taille ; très incomplet]
GB-Lbl/ B.283j [complet ; la taille contient les 3 premiers feuillets de l'édition de Ballard ; le reste provient de l'édition de La Rochelle, H. Haultin, 1598]

Références
Cat. Lisbonne 23-624 ; Bibl. Ballard p. 31 ; Le RISM n'a pas distingué les deux éditions.

Notes
Les deux éditions du Dodécacorde ont été imprimées avec les mêmes formes typographiques. Entre le tirage "pseaumes" qui porte un texte protestant et le tirage "moral" qui porte un contrafactum catholique anonyme, on relève les choses suivantes :
? les titres courants et l'épître changent.
? les ornements typographiques et les lettrines ne changent pas (chaque pièce commence par la même lettre dans les deux éditions)
? le texte sous la musique est totalement recomposé,
? la musique a été partiellement recomposée pour s'accorder à l'espacement des mots du texte.
Édition critique dans HEIDER Dodécacorde. Sur le contexte de cohabitation religieuse qui aurait conduit Pierre Ballard à publier simultanément une oeuvre protestante et une oeuvre catholique, et sur l'appartenance des textes catholiques à la mouvance dévote, voir HIS Contrafactum.

Dépouillement (sigle RISM/ cote)

GB-Lbl/ B 283 j
F-Psg/ Rés Vm 73
F-Pn/ Rés Vmd 97
F-CNm/ Mancel non coté

Voir aussi

Guillo, Ballard/ 1618-E

Lieu(x)

PARIS

Note(s) lieu(x)

PARIS : ville d'édition de la source musicale A

Date(s)

1618
1611.10.16

Note(s) date(s)

1611.10.16 : privilège imprimé à la fin de la source musicale A citant nommément Cl. Le Jeune
1618 : édition source musicale A

Nom(s) cité(s)

AUBIGNÉ, Constant d'
DANTONET, P. Claude
AUBIGNÉ, Agrippa d'
BOISSEUL, Jérôme
LA NOUE, Odet de

Éditeur(s) / Graveur(s) / Libraire(s)

BALLARD, Pierre [1581 ca-1639]

Informations sur la notice :

Notice créée par Laurent Guillo (mars 2007).

Date de référence :

<<<< retour <<<<