Login
Menu et informations
non identifié : AIRS DE DIFFÉRENTS AUTEURS À 2 PARTIES, XII

non identifié : AIRS DE DIFFÉRENTS AUTEURS À 2 PARTIES, XII

Titre uniforme :
AIRS DE DIFFÉRENTS AUTEURS À 2 PARTIES, XII
Source(s) du recueil :
Source musicale A

XII. Liure D'AIRS DE DIFFERENTS AVTHEVRS à deux Parties
Paris, Robert III Ballard, 1669
2 parties en vis-à-vis, 1 vol., in-8°, 170 x 110 mm, 39-[1] f.
F-Pn/ Rés Vm7 284 (11) [prov. P.-D. Huet, Jésuites de Paris]

Note(s) sur la source musicale A

Pièces liminaires et tables
f. A1v Avant-propos. [Ballard explique que malgré quelques critiques, il continuera à imprimer les recueils d'airs à deux voix. Il annonce aussi la mise en vente des Remarques curieuses de l'art de bien chanter de Bacilly, de l'édition in-4° regravée des airs de Lambert, de deux livres d'airs regravés du même, et du troisième recueil de vers mis en chant, qui totalise environ 1800 Pièces avec les deux volumes précédents. Il annonce aussi un recueil d'airs bachiques (RVC-14)].
f. E7v Table alphabétique des airs.
f. E8v Extrait du privilège général du 24 octobre 1639.

Dépouillement
Dans les airs dont l'effectif est suivi par un astérisque, la voix inférieure porte la mention LUTH sous quelques notes isolées.

1. J'ay mille fois pensé dans ma douce langueur, Qu'Amour de tous ces traits [M. Lambert] 2 v
2. Le Printemps est de retour, Les Zephirs caressent Flore, Et les oyseaux, 2 v
3. Rien n'est si beau, que Celimeine est belle, Je veux l'aymer jusqu'à mon 2 v
4. Estant aymé de vous, faut-il que je soûpire, Finissez, belle Iris un si cruel 2 v
5. Vous cessez de m'aymer, Je vous pers ma Silvie ; Mais je ne me plaindray 2 v
6. Je sçay que Philis est aymable : Mais n'ayant pas, vostre je ne sçay quoy 2 v
7. Que de douceurs, que de plaisirs ; Mais que d'inutiles desirs, Dans ce 2 v
8. Tandis que nuit & jour, Mon coeur tendre, & fidelle, Languit d'une douleur 2 v
9. Nous n'irons plus aux champs, Brunette, Nous n'irons plus aux Champs, 2 v
10. A quoy sert d'estre aymé, si l'on ne le croit pas ? Par vos feintes rigueurs 2 v
11. Pardonnez, aymable Silvie, Si mes yeux ont parlé du tourment de mon 2 v
12. J'ay veu ces beaux attraits, qui donnent tant d'envie ; Rien ne peut resister 2 v
13. Chacun parle dans nos vergers De l'inconstance des bergers, Et du 2 v
14. Passer prés du hameau de sa jeune bergere, Voir de loin ses moutons, ses [M. Lambert] 2 v
15. Garde tes moutons, bergere, Je ne m'en veux plus charger : Si les loups en 2 v
16. Je ne veux plus cruelle, souffrir la rigueur de vos coups ; Un soûpir vous 2 v
17. Printemps tu fais naistre des fleurs, Tu peints les prez des plus vives 2 v
18. Ah ! n'ayez point l'esprit troublé, Nanette, Nos moutons n'irons pas au 2 v
19. Allons sur ces herbettes, Allons y deux à deux, Conter nos amourettes, 2 v
20. Forests solitaires, & sombres, Où la fraischeur, le silence, & les ombres [S. Le Camus] 2 v
21. Enfin dans ces lieux écartez, Je vous dis mon tourment, Philis, vous 2 v
22. Sans oser le dire, Je brusle en secret ? Helas ! quel martyre D'estre si 2 v
23. Apres avoir souffert tant de maux, & de peines, Apres avoir soûpiré mille 2 v
24. Tandis que dans ces lieux je redis mon tourment, Les ruisseaux dans leurs 2 v
25. Sous ces ombrages verds un amant le plus tendre, Que l'amour ait jamais 1 v, bc
26. Cessez d'estre cruelle, Laissez-vous enflamer ? Que sert-il d'estre belle, 2 v*
27. A ce retour de la verdure, Ne gagez point, je vous conjure, D'en avoir sur 2 v
28. Si tu ne voulois que charmer, Iris, c'est assez d'estre belle : Mais si tu 2 v
29. Chantez, petits oyseaux, dans ces bois, dans ces plaines ? Vous dont, 2 v*
30. Allez Bergers, dessus l'herbette, Voir bondir vos jeunes agneaux ? Allez [J. Ch. de La Barre] 2 v
31. Ne craignez point mes feux en l'estat où je suis, Et puis qu'aucun espoir 2 v
32. Je ne vous voy que rarement, Je ne vous rends point de services ; Sous [J. Gr. de Sablières] 2 v*
33. Je vous ay demandé mille fois un baiser, Et vous faites la sourde oreille 2 v
34. Tout fleurit, & rit en ce mois, Dans nos bois, Les Haut-bois, les Musettes 1 v, 2 p
35. Je me plains inutilement ; En vain je languis, je soûpire, Si l'on voit 2 v

Description
1 volume 8°, 170 x 110 mm, 39-[1] f., A-E8. Titre dans l'encadrement EODMP. Musique notée (type PMF), portées de 86 mm. Lettrines, frises, fleurons, cul-de-lampe, titre courant. Ligne de pied : XII. LIVRE D'AIRS.

Autres exemplaires
I-Bc/ V 179
F-CH/ IV.F.22 (6)
NL-DHk/ 4.M.62 (11)
I-Fn/ Mus. 133
B-Lc/ TA2
GB-Lbl/ B.759 (4)
GB-Lbl/ K.2.b.3 (II, 4)
F-Pc/ Rés 46 [incomplet]
F-Pn/ Rés Vm7 283 (4)
F-Psg/ Rés Vm 196 [incomplet du titre]
US-Wc/ M 1730.A3 Case

Références
Cat. 1683 ; RISM 16692.

Notes
Les concordances sont données par MASSIP Lambert pour Lambert et par GOULET Musique pour les autres auteurs.

Dépouillement (sigle RISM/ cote)

I-Bc/ V 179
F-CH/ IV F 22 [ 6]
NL-DHk/ 4 M 62 [11]
I-Fn/ Mus 133
B-Lc/ TA 2
GB-Lbl/ B 759 [ 4]
GB-Lbl/ K 2 b 3 [II, 4]
F-Pc/ Rés 46
F-Pn/ Rés Vm7 283 [ 4]
F-Pn/ Rés Vm7 284 [11]
F-Psg/ Rés Vm 196
US-Wc/ M 1730 A 3 Case

Voir aussi

Guillo, Ballard/ RVC-14 [voir pièces liminaires et tables]

Lieu(x)

PARIS

Note(s) lieu(x)

PARIS : ville d'édition de la source musicale A

Date(s)

1669
1639.10.24

Note(s) date(s)

1639.10.24 : privilège imprimé à la fin de la source musicale A
1669 : édition source musicale A

Éditeur(s) / Graveur(s) / Libraire(s)

BALLARD, Robert [1610 ca-1673]

Informations sur la notice :

Notice créée par Laurent Guillo (mars 2007).

Date de référence :

<<<< retour <<<<