Login
Menu et informations
BERGÉ, Nicolas (1721 av.-1752)
État civil
NOM : BERGÉ     Prénom(s) : Nicolas     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : BERGER
Date(s) : 1721-11-1 av.  / 1752-6-12 
Notes biographiques

Formé à Versailles, Nicolas BERGÉ est un maître de musique de province de la première moitié du XVIIIe siècle qui fut en poste notamment à Rodez et Angoulême.

• s. d., Paris ? : Naissance

• s.d., Versailles : Nicolas BERGÉ est formé par l’abbé Guillaume MINORET, ancien maître de musique de la cathédrale de Rodez.

• 1er novembre 1721, Rodez : Nicolas BERGÉ devient le parrain d'un fils posthume de Charles BALESTRIER, auquel il donne son prénom. Plusieurs membres du corps de musique de la cathédrale Notre-Dame se joignent à lui lors du baptême du nouveau-né : Joseph LOMBARD, Jean-Baptiste DALBANPierre Nicolas CHUPIN et Pierre FABRY.

• janvier 1723, Rodez : BERGÉ est maître de musique de la cathédrale Notre-Dame ; il chante aussi en haute-contre. Il assure le remplacement de BALESTRIER.
• 17 mai 1723, Toulouse : Nicolas BERGÉ est en voyage à Toulouse où il se charge de trouver une basse de violon pour la maîtrise de Rodez
• Aout 1723, Rodez : Les parents habitent à Paris, ville dont il serait originaire. Il demande au chapitre la permission de les visiter en août 1723. Il est alors remplacé par CASSAIGNE.
• 1er octobre 1723, Paris : Nicolas BERGÉ est toujours à Paris, et est chargé par le chapitre de Rodez d’y trouver un organiste et une haute-contre.

• 28 août 1730, Rodez : Nicolas BERGÉ adresse une lettre au chapitre de Tréguier pour postuler à la charge de maître de musique en la cathédrale : «Je vous prie d’excuser la liberté que je prends en vous écrivant [pour] vous offrir mes services en qualité de Maître de musique, supposé que vous en ayez le besoin. Je suis acolyte et dans l’intention de me faire prêtre. J’ay appris ma profession à Versailles sous Mr l’abbé Minoret, maître de musique de la chapelle du Roy. Je suis actuellement à Rodez dans un pays de Montagnes toutes entassées les unes sur les autres, d’où je voudrais bien me tirer si je pouvais. En fait de composition de musique, je suis capable de faire aussi bien qu’un autre, je joue du violon, de la basse de viole et de la basse de violon ; pour ce qui regarde la probité et les mœurs, je fournirai de bonnes et sincères attestations."

• Vers 1733 : Son filleul, Nicolas BALESTRIER devenu aussi musicien, s'installe à Angoulême. Son arrivée dans cette ville semble concomitante à celle de Nicolas BERGÉ sans qu'on sache si les deux hommes y sont venus ensemble où si l'un d'eux a ensuite encouragé l'autre à le rejoindre.

• 13 août 1748, Angoulême : Nicolas BERGÉ devient le parrain du premier enfant de Nicolas BALESTRIER. L'acte de baptême le présente comme prêtre et maître de musique de la cathédrale Saint-Pierre

• 12 juin 1752, Angoulême : Nicolas BERGÉ décède. Le chapitre décide « pour la conservation des droits du chapitre, [qu’]il seroit a propos d'y aller mettre les scellés ». Le soir « après vêpres », il est inhumé « dans le cloitre à l'entrée sous le degré du jubé avec les ceremonies ordinaires et aux depens de sa succession ».

Mise à jour : 13 juillet 2018

.

Sources
F-Ad12/ 3 G 258 ; F-Ad12/ 3 G 260  ; F-Ad12/ BMS Rodez ; F-Ad16/ BMS Angoulême ; F-Ad22/ G 443 ; F-Am Angoulême/ BMS St-André

<<<< retour <<<<