Login
Menu et informations
BOULANGER, Charles Antoine (1729-1779)
État civil
NOM : BOULANGER     Prénom(s) : Charles Antoine     Sexe : M
Date(s) : 1729-11-16  / 1779-10-8
Notes biographiques

Natif du diocèse de Noyon, Charles Antoine BOULANGER est organiste à la collégiale royale du Puy-Notre-Dame [M&L] au moins à partir de 1766 et jusqu'à son décès en 1779. Il précède Marie VALLIOT qui est mentionnée dans les comptes du chapitre à partir de 1784. La rémunération des deux organistes est strictement identique et stable dans le temps : 31 livres 15 sols. 

• 16 novembre 1729, Remaucourt [Aisne] : Charles Antoine BOULANGER est baptisé le jour de sa naissance à Saint-Géry, diocèse de Noyon, élection de Saint-Quentin.

• 1765-1777, Le Puy-Notre-Dame [M&L] : Charles Antoine est organiste au Puy Notre-Dame qui fait alors partie du diocèse de Poitiers à proximité de Thouars [Deux-Sèvres] et environ cinq lieues de Saumur [M&L]. Le chapitre royal a été institué par Louis XI. Les vertus attribuées à la relique de la "Sainte ceinture de la Vierge" font affluer pèlerins, grands du royaume qui espèrent un enfant mâle. Ainsi faudrait-il imputer la naissance du futur Louis XIV à la Sainte ceinture...
L'arrivée de l'organiste BOULANGER au Puy-Notre-Dame est concomitante avec celle du maître de psallette THOMARÉ et marque une période de stabilité du personnel musical constitué entre autres de deux choristes, trois enfants de chœur, deux souffleurs d'orgue ROCHEREAU et Cormery.

Les registres capitulaires détaillent la rémunération de Charles Antoine BOULANGER, payé 30 livres par an, soit 7 livres 10 sols par quarte et par avance. Il reçoit également 35  sols au titre d'anciennes rétributions manuelles pour la Saint-Jean, soit un total de 31 livres 15 sols, ce qui est très faible. Pendant cette période de douze ans, une seule gratification apparaît, en 1766 d'un montant de 12 livres.

• 9 octobre 1779, Le Puy-Notre-Dame : À lire l'acte de décès, l'inhumation de Charles Antoine BOULANGER, 50 ans, musicien organiste décédé de la veille, réunit tant chanoines, notables que amis. Sont présents le principal du collège, l'huissier. La calligraphie du rédacteur de l'acte laisse passer son émotion, moins affirmée dans d'autres actes.

Ce parcours antérieur à la période de 1790 laisse des interrogations sur la formation de BOULANGER : était-il à Noyon ? Saint Quentin ? La raison de sa venue au Puy-Notre-Dame, collégiale isolée située à 450 km de son bourg natal, interpelle également. Aurait-il croisé Julien-Louis THOMARÉ au cours de ses périples ?

Mise à jour : 23 novembre 2017

Sources
Ad86/ E4 26 56 ; F-Ad02/ BMS 1691-1767 ; F-Ad49/ BMS Le Puy N-Dame ; F-Ad49/ Puy N-Dame, RC 1532

<<<< retour <<<<