Login
Menu et informations
COUSSY, Jean Claude (1740-1816 ap.)
État civil
NOM : COUSSY     Prénom(s) : Jean Claude     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : COUSSI
Date(s) : 1740-4-16   / 1816-1 ap.
Notes biographiques

On sait peu de choses de la vie de Jean Claude COUSSY, qui chanta la taille à la Musique du roi, à Versailles, durant près d'un quart de siècle, après avoir servi six ans comme musicien des Gardes suisses. La suite de sa vie reste obscure, même s'il apparaît parmi les participants de cérémonies d'action de grâce à la cathédrale Notre-Dame de Paris en 1808-1809.

• 16 avril 1740, Gigny [aujourd'hui quartier de Saint-Dizier (Haute-Marne)] : Naissance de Jean Claude COUSSY, fils de Jean Coussy, employé dans les fermes du roi, et d’Élisabeth Grignon.

• 1763-1768, Versailles : Jean Claude COUSSY est musicien des Gardes suisses du roi. Il est reçu le 1er janvier 1763.

• 17 mai 1763, Versailles : Jean Claude COUSSY, musicien de la garde suisse du roi, de fait de la paroisse Notre-Dame où le mariage a lieu, anciennement de celle de Saint-André-des-Arts à Paris, épouse de Marie Jeanne Lejeune, fille mineure de Jean LEJEUNE, ancien musicien ordinaire de la musique du roi, et de défunte Françoise Spera, de fait et de droit de cette paroisse. L'un des témoins de l'époux est François Simonet, musicien de la garde suisse du roi.

• 31 décembre 1764, Versailles : Jean Claude COUSSY, musicien des Gardes françaises, est requérant, au nom de son épouse, pour l'inventaire des biens de la défunte veuve Spera. C'est par erreur qu'il est désigné comme musicien des Gardes françaises.

• 1769-1792, Versailles puis Paris : Jean Claude COUSSY est taille à la Musique du roi. Il dit avoir été reçu le 1er janvier 1769. En 1790, il perçoit 2 000 livres d'appointements.

• 4 décembre 1808-15 août 1809, Paris : En la cathédrale Notre-Dame, le nom de COUSSI, apparaît parmi les tailles lors de cérémonies en actions de grâces pour l'anniversaire du sacre de Napoléon, pour des victoire militaires ou pour la Saint-Napoléon. Il reçoit à chaque fois la somme de 18 francs.

• 23 février 1815, Paris : Jean Claude COUSSY, domicilié n°20 rue Bergère, réclame une pension alimentaire en récompense de ses longs services, qu'il rappelle dans sa lettre.

• janvier 1816, Paris : Une liste des anciens musiciens du roi signale COUSSY comme vétéran encore vivant. En 1814, il était présenté comme étant "encore bon pour les chœurs", mais il n'a pas été pris à la nouvelle Chapelle du roi. On perd alors sa trace.

Mise à jour : 20 août 2021

Sources
Almanach de Versailles, 1789 ; F -Ad52/E dépôt stdizier GG 1557 ; F-Ac Versailles/ 1 F 361 ; F-Ac Versailles/ 1 F 362-364 ; F-Ac Versailles/ H/3/809 ; F-Ad78/ 1112503 ; F-Ad78/ 1112507 ; F-Ad78/ 3 E 43/273 ; F-Ad78/ 3E 43/279 ; F-An/ F19 7048 ; F-An/ F19 7049 ; F-An/ O/1/3030/B ; F-An/ O/1/3033 ; F-An/ O/1/3047 ; F-An/ O/1/842 ; F-An/ O/1/842, n°65 ; F-An/ O/3/375 ; F-An/ O/3/375, n°1 ; F-BMOP/ Arch. Div 14[1 ; F-BMOP/ Arch. Div 14[7 ; F-Bm Versailles/ Ms P 153 ; F-Bm Versailles/ Ms. F 87 ; F-BnF/ Mus. Réserve, LA-MATHIEU JULIEN AMABLE-3 ; F-Pan/ F19/7049 ; LULLY, Persée, 1770, Le Concert Spirituel, Hervé Niquet, livret, Alpha, 2016 ; Livrets

<<<< retour <<<<