Login
Menu et informations
GARREC, Yves (1746-1801)
État civil
NOM : GARREC     Prénom(s) : Yves     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : GAREC
LEGARREC
LEGAREC
LE GAREC
LE GARREC
Date(s) : 1746-4-8  / 1801-9-12 
Notes biographiques

Fidèle aux chanoines de la cathédrale Saint-Pierre de Vannes [Morbihan], Yves GARREC est un musicien aux multiples talents. Certainement doté d'une solide formation maîtrisienne, premier serpent, il est aussi capable de jouer du violon, du violoncelle, de l'alto, de la basse et du basson. Ce père de famille nombreuse se voit aussi sollicité pour chanter. Autant de compétences qui incitent vraisemblablement ses employeurs à tolérer certains écarts dans les années qui précèdent la Révolution.

• 8 avril 1747, Vannes [Morbihan] : Yves GARREC naît paroisse Notre-Dame du Mené dans le foyer de Yann (Jean) Garec, talonnier, et Marguerite Pichon (Bréchard sur l'acte de décès d'Yves).

• 1752 : Yves GARREC est recruté comme enfant de chœur par le chapitre cathédral de Vannes.

• 1766 : Chantre dans le bas-chœur de la cathédrale Saint-Pierre, il commence à jouer du serpent, du violon, du violoncelle et de l'alto.

• 26 août 1768 : Les chanoines le salarient "en qualité de serpent, et de musicien".
• 21 novembre 1768 : Yves GARREC épouse Jeanne Jacquette Even (ou Evain). La jeune femme est alors enceinte de sept mois : le premier enfant du couple, Yves-Marie, naît le 28 janvier suivant.
• 9 juin 1769 : Alors que GARREC joue du violon et du serpent, il reçoit 60 livres de gratification de la part du chapitre qui lui fait remarquer qu'il ne le paye que pour jouer du violon.
• Entre le 5 janvier 1770 et le 19 février 1782, huit autres enfants (sept garçons et une fille) viendront agrandir la famille Garrec. Quelques mentions dans les actes de baptême permettent d'entrevoir le milieu dans lequel elle évolue : un notaire royal et procureur fiscal des régaires, un marchand apothicaire, un musicien de la cathédrale - Michel LE VAVASSEUR - figurent parmi les parrains. C'est par ailleurs l'un des archiprêtres et musicien de la cathédrale, Nicolas MARCILLAUD DE LA VALETTE, qui baptise Louis-Gabriel le septième enfant du couple Garrec/Evain en 1777.

• 18 juin 1773 : Le chapitre reçoit Yves GARREC dans le bas-chœur de la cathédrale à raison de 100 livres par an pour jouer du violon et du serpent.

• 11 juin 1779 : Il devient serpent et basson à la place de BEAULIEUX. Il touchera 300 livres par an à condition d'apprendre à jouer du basson.

• 3 juillet 1784 : Il est choisi comme parrain de sa fille Marie Yvonne par Yves CURIERE, l'un de ses collègues chantres de la cathédrale.
• 30 septembre 1784 : Il signe une quittance pour les 75 livres d'appointements de son quartier juillet/août/septembre 1784.

• 17 novembre 1786 : Le chapitre entend GARREC comme témoin dans le cadre d'un différend ayant opposé l'archiprêtre Jacques-Adrien-Robert LAUNAY au maître de musique Claude HERMANT DE SAINT-BENOIST le 3 novembre.
• 27 avril 1787 : Lui et son collègue serpent Pierre-Marie COURET sont sermonnés par le chapitre à cause de leurs nombreuses absences aux vêpres.
• 18 avril 1788 : GARREC, serpent, demande une augmentation de 200 livres. Le chapitre consent à le payer 500 livres par an à condition qu'il chante et qu'il joue du serpent et du violon. Le 26 avril, les chanoines lui rappellent ses obligations - jouer du serpent "les jours simples a la messe et a vespres et les jours semidoubles et audessus a matines messes et vespres" - et précisent qu'en cas d'absence indue il sera pénalisé de six sous. Par ailleurs, ils lui demandent, ainsi qu'à COURET, "de donner le ton au chœur dans tout ce qui doit se chanter et de prevoir d’avance pour eviter toute cacofonie". GARREC déclarera quelques années plus tard que "ses services ont presque toujours été aussi variés que le besoin du chœur l'exigeait : il etait premier violon, jouait de la basse ou chantoit suivant qu'il étoit nécessaire".
• 30 décembre 1789 : Il déclare aux autorités révolutionnaires gagner 400 livres d'appointements et 100 livres de gain du chœur. Il signe sa dernière quittance le lendemain (33 livres 6 sols 9 deniers pour décembre).

1790, Vannes [Morbihan] : Yves GARREC joue toujours du serpent, du violon, du violoncelle et de l'alto à la cathédrale Saint-Pierre de Vannes sous la direction du maître de musique Claude HERMAND DE SAINT-BENOIST et touche 507 livres 18 sols 5 deniers par an. Il côtoie les musiciens François-Joseph COUILLARD, Pierre-Marie COURET, Yves CURIERE, François-Augustin LE KER, Pierre LE ROY, LAUNAY et Pierre TABOURDET, ainsi que l'organiste Jean-Charles GOURDIAT et son souffleur FROMONT.

• 20 juin 1792 : Il déclare aux autorités du district qu'il touche 600 livres par an pour jouer du serpent, de la basse, du violon et pour chanter. Il insiste sur la modestie de ses revenus eu égard à la hausse des prix et à ses charges de père de famille.
• 21 juin 1792 : Ses appointements sont portés à 800 livres.
• 31 décembre 1792 : Le directoire du district de Vannes arrête qu'il touchera 150 livres le 1er janvier 1793.
• 31 août 1793 : Une ordonnance de 90 livres est émise au profit de GARREC et LE ROY. Au cours de cette même année, il adhère à la société des Amis de la Liberté et de l'Egalité.

• 12 septembre 1801 : Yves GARREC décède rue du Mené à Vannes.

Mise à jour : 23 juillet 2019

Sources
B. Frélaut, Les Bleus de Vannes, 1991 ; F-Ad/ L 1488 ; F-Ad37/ 6NUM8/ 261/ 007 ; F-Ad56/ 47 G 7 ; F-Ad56/ 59 G 17 ; F-Ad56/ 81 G 12 ; F-Ad56/ L 1488 ; F-Ad56/ L 1490 ; F-Ad56/ L 1492 ; F-Ad56/ L 881 ; F-Ad56/ L 882 ; F-Ad56/ état civil en ligne ; F-Ad56/47 G 7 ; G. Bourligueux, Bulletin de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1969-1970

<<<< retour <<<<