Login
Menu et informations
LAUNAY, Jacques Adrien Robert (1741-1794 ap.)

LAUNAY, Jacques Adrien Robert (1741-1794 ap.)

État civil
NOM : LAUNAY     Prénom(s) : Jacques Adrien Robert      Sexe : M
Date(s) : 1741-11-9   / 1794-4-21 ap.
Notes biographiques

Prêtre, le Normand Jacques Adrien Robert LAUNAY fait carrière en tant qu'archiprêtre, et donc aussi chantre, de la cathédrale de Vannes [Morbihan] à partir de 1768. Ni chanoine - les archiprêtrises de Vannes peuvent être assimilées à des semi-prébendes - ni membre ordinaire du bas-chœur - son bénéfice le met statutairement en marge -, c'est un personnage turbulent. Il est ainsi plusieurs fois réprimandé par ses employeurs et éprouve bien des difficultés à reconnaître l'autorité du maître de musique.

• 9 novembre 1741, Valognes [Manche] : Jacques-Adrien-Robert LAUNAY naît dans le foyer de Jean-Baptiste et Catherine Picquet à Valognes dans le diocèse de Coutances. Il est baptisé le lendemain.

• 8 janvier 1768, Vannes [Morbihan] : le chapitre cathédral le recrute après examen comme archiprêtre à la place de LE DUC décédé, à charge pour lui "de chanter la musique partout ou il sera requis par le chapitre et faire toutes les autres fonctions et remplir les services quil est dusage que les archipretres rendent au chœur et ailleurs".
• 30 juin 1769 : Il est sévèrement réprimandé par le chapitre en compagnie de son confrère archiprêtre Nicolas MARCILLAUD DE LA VALETTE à cause de nombreuses fautes commises aux offices, notamment pour avoir refusé à plusieurs reprises de chanter en compagnie des autres membres du bas-chœur.
• 7 juillet 1769 : Les chanoines réprimandent LAUNAY qui ne s'est pas présenté pour célébrer la messe de onze heures du dimanche précédent, ce qui a provoqué son annulation.

• 8 juillet 1772 : Il est entendu dans le cadre d'une affaire opposant Jean-Joseph PARRE, sous-chantre de la cathédrale, au chanoine René de Grimaudet de Coëtcanton.
• 4 septembre 1772 : Le chapitre s'inquiète car il a tendance à négliger sa partie de haute-contre à cause des nombreuses messes qu'il célèbre. De plus, les chanoines déplorent la mauvaise qualité de sa voix qu'ils attribuent aux trop nombreuses confessions dont il se charge.

• 2 septembre 1785 : Il prend la défense de son frère, basse-contre de la cathédrale, puni par le chapitre pour avoir omis de "porter la chape à vespres". Les frères LAUNAY provoquent "un tel scandal, et par leur propos et par le ton indecent avec lequel ils parloient, que l’on fut obligé de fermer la porte dela sacristie pour empecher que le public n’en fut scandalise".
• 28 juillet 1786 : LAUNAY donne décidément bien du fil à retordre à ses employeurs. Cette fois, il refuse de se charger des messes d'obits qui reviennent aux archiprêtres. Le chapitre décide de le sanctionner en lui infligeant une amende sur ses messes de onze heures.
• 3 novembre 1786 : Une vive dispute l'oppose au maître de musique Claude HERMANT DE SAINT-BENOIST lors d'une station devant les reliques de saint Gwénaël dans la cathédrale. Alors que ce dernier lui reproche de ne pas avoir sa partition, le ton est tellement monté que LAUNAY, après avoir déclaré "je ne suis pas votre valet", l'a qualifié de "beau fichu maître de musique". Le 17 novembre, l'ensemble des membres du bas-chœur est entendu. Le 24, le chapitre le condamne à reconnaître ses fautes et à faire amende honorable... ce que LAUNAY refuse. Il faudra attendre le 1er décembre pour qu'il se soumette.

• 28 décembre 1789 : Jacques-Adrien LAUNAY apparaît pour la dernière fois dans une quittance du receveur du chapitre.

1790, Vannes [Morbihan] : Le chapitre déclare qu'il gagne près de 800 livres par an.

• 22 mai 1791, Vannes [Morbihan] : LAUNAY et l'ancien chantre du chapitre Léonard Douhet Dupuis Molinier, assermentés, sont félicités par le Club de Vannes pour avoir fait célébrer le culte dans la cathédrale jusqu'à l'arrivée de l'évêque constitutionnel Charles Le Masle.
• 26 septembre 1791 : LAUNAY achète l'une des maisons canoniales rue Saint-Jean pour 8000 livres.
• 10 novembre 1791 : Il est nommé vicaire épiscopal et sacriste de la cathédrale par l'évêque.

• mai 1793, Lorient [Morbihan] : A cette date, il est aumônier de l'hôpital.

• 21 avril 1794, Vannes [Morbihan] : Il est arrêté et interné à Vannes pour n'avoir pas déposé ses lettres de prêtrise. Libéré le 24 décembre, il disparaît de la documentation.

Mise à jour : 23 juillet 2019

Sources
André Moisan, Mille prêtres du Morbihan face à la Révolution (1789-1802) ; F-Ad50/ BMS St-Malo de Valognes ; F-Ad56/ 47 G 7 ; F-Ad56/ 59 G 17 ; F-Ad56/ 81 G 12 ; F-Ad56/ L 1492

<<<< retour <<<<