Login
Menu et informations
LE BOULEIS, Jean-François (1766-1836)
État civil
NOM : LE BOULEIS     Prénom(s) : Jean-François      Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : BOULEIS
BOULES
LE BOULES
Date(s) : 1766-11-4   / 1836-11-22 
Notes biographiques

La vie de Jean-François LE BOULEIS permet de découvrir une belle carrière largement consacrée au service de l'Église. D'abord enfant de chœur de la cathédrale de Vannes [Morbihan], il est recruté à dix-neuf ans comme organiste par les paroissiens de Saint-Gildas d'Auray [Morbihan]. C'est dans cette commune, où il exercera un temps des responsabilités municipales, qu'il se mariera à trois reprises. Quelques années avant son décès en 1836, il touche toujours l'orgue local.

• 4 novembre 1766, Vannes [Morbihan] : Jean-François LE BOULEIS naît au domicile d'Yves Le Bouleis et de Marie Priol, rue des Fontaines, paroisse Saint-Patern. Il est baptisé le même jour.

• 17 juillet 1772 : Il est recruté comme enfant de chœur par le chapitre cathédral de Vannes à condition "que sa mère luy payera un maitre pour apprendre à lire".

• 28 août 1784 : Premier enfant de chœur, il est également porte-croix et pointeur du chapitre depuis deux ans. Il semble quitter la psallette le mois suivant puisque son successeur, André Mathurin MOGUEN, est agréé dès le 1er octobre.

• 7 septembre 1785, Auray [Morbihan] : LE BOULEIS est recruté en qualité d'organiste de la paroisse Saint-Gildas et de la chapelle Notre-Dame à la place de Cécile LUA-BREJON. Il touche 500 livres par an dont 300 lui sont versées par la fabrique et 200 par la communauté de ville.

1790, Auray [Morbihan] : Jean-François LE BOULEIS est toujours organiste de Saint-Gildas d'Auray. L'année précédente, domicilié rue de la Place, il était capité à hauteur d'une livre.

• 9 novembre 1792 : Ayant continué à tenir l'orgue, il rédige une supplique pour obtenir le paiement des années 1791 et 1792 de ses gages. Il semble d'ailleurs très apprécié puisque l'on remarque que ses appointements sont "très modiques à raison de ses talents". Une délibération communale du 10 novembre 1792 le maintient dans son poste d'organiste pour le même salaire de 500 livres par an, à ceci près qu'il devra être entièrement pris en charge par la fabrique paroissiale.

• 28 février 1794 : LE BOULEIS épouse Augustine Françoise Martin, la fille d'un marchand local gravitant dans les sphères commerciales et administratives. Le couple aura deux enfants : Auguste Jacques François le 20 février 1795 (il mourra le 15 novembre 1823 à Auray) ; Augustine Sophie le 28 mars 1796. Augustine Françoise décède le lendemain de la naissance de sa fille. Sur l'acte de naissance de son fils, Jean-François est dit "officier municipal de la commune d'Auray". L'année suivante, sur celui de sa fille, il est "président de l'administration municipale d'Auray".

• 15 novembre 1794 : Le BOULEIS, "musicien avant et depuis la Révolution", est nommé agent national de la commune d'Auray.
• 19 janvier 1795 : Il est élu officier municipal.
• 22 novembre 1795 : Il est reconduit à son poste.
• 25 novembre 1795 : "Ayant réuni la majorité relative", il est élu président de l'administration municipale.
• 19 décembre 1796 : Il démissionne.

• 21 janvier 1798 : Il émarge en tant que "percepteur des impositions" sur le registre des délibérations municipales d'Auray.

• 3 janvier 1803 : Veuf depuis sept ans, il se marie avec Marie-Jeanne Françoise Martin, sa belle-sœur.

• 8 février 1809 : Il convole en troisièmes noces avec Marguerite Joséphine Bonnard Du Hanlay.

• 1811 : Il participe à la restauration de l'orgue des Carmes de Saint-Anne d'Auray.

• 1813 : Il signe un devis de réparation pour le grand orgue de la cathédrale de Vannes.

• 3 juin 1833 : LE BOULEIS, toujours organiste, est sollicité par la municipalité d'Auray pour expertiser l'orgue de la paroisse Saint-Gildas après que l'église ait été frappée par la foudre.

• 22 novembre 1836 : Jean-François LE BOULEIS, "propriétaire" et veuf, décède à son domicile.

Mise à jour : 28 juin 2018.

Sources
F-Ad56/ 3 ES ; F-Ad56/ 47 G 7 ; F-Ad56/ état civil en ligne ; F-AmAuray/ 1 D 4 ; F-AmAuray/ 1 D 5 ; G. Bourligueux, Bulletin de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1969-1970 ; M. Cocheril, Les facteurs d’orgues en Bretagne de 1600 à 1900, 1992

<<<< retour <<<<