Login
Menu et informations
LEFFRY DES FONTAINES, Michel (1735-1804)
État civil
NOM : LEFFRY DES FONTAINES     Prénom(s) : Michel      Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : LEFRY
EFRY
L'EFFRY
HEFFRY
DESFONTAINES
LE FRIT
Date(s) : 1735-8-11   / 1804-4-23 
Notes biographiques

Michel LEFFRY des Fontaines est le seul des musiciens de la cathédrale de Sarlat pour lequel on puisse tracer un itinéraire à peu près complet de la naissance à la mort. Né dans le Comtat-Venaissin en 1735, c'est à Avignon qu'il débute à 8 ans comme enfant de chœur dans la collégiale Saint-Pierre où il passe 3 ans. Pendant les années qui suivent, on le retrouve à Aix-en-Provence, tout d'abord enfant de chœur à la cathédrale puis basson. En parallèle, il s'engage dans la carrière ecclésiastique et est ordonné en 1760. Pendant les 20 ans qui suivent, on peut le suivre dans un parcours qui le mène d'abord à la cathédrale de Carcassonne comme maître des enfants de chœur, puis à Troyes, ensuite à la collégiale Saint-Seurin de Bordeaux comme maître de musique. En 1779 enfin, il occupe cette fonction à la cathédrale de Sarlat. Sa semi-prébende dans le chapitre de la cathédrale et ses 2 chapellenies lui assure un revenu confortable (plus de 1200 livres) et il est logé dans l'enclos du chapitre (toujours visible). Comme ses collègues, il essaie, pendant les années qui suivent la suppression du chapitre, d'obtenir une pension conforme à sa longue carrière (environ 45 ans en 1790-91). Il a du être pourvu d'une pension de 500 livres. Mais il va pouvoir occuper des fonctions ecclésiastiques pendant une douzaine d'années dans des paroisses (des communes !) des environ de Sarlat avec environ 700 livres par an ; il retrouve ainsi à peu près ce qu'il touchait avant la Révolution. C'est à Sarlat qu'il décède en 1804 à près de 70 ans.

• 11 août 1735, Mérindol (diocèse de Cavaillon) [Vaucluse] : Michel LEFFRY des Fontaines est le fils de François Leffry des Fontaines et d'Agathe Guingan.

• 9 août 1743-octobre 1746, Avignon : Michel LEFFRY des Fontaines exerce les fonctions d'enfant de chœur à la collégiale Saint-Pierre. Il est enlevé par sa mère en octobre 1746, qui le place au chapitre d'Aix.

• 19 octobre 1746-4 mai 1754, Aix-en-Provence : Michel LEFFRY des Fontaines est reçu à l'âge de 11 ans comme enfant de chœur à la cathédrale Saint-Sauveur. Le chapitre fait réparer le basson de la maîtrise afin qu'il en joue le 14 janvier 1750. Tout en étant enfant de chœur, il se présente à la tonsure en janvier 1749, aux ordres mineurs en septembre 1750.

• 4 mai 1754-27 février 1762, Aix-en-Provence : Michel LEFFRY des Fontaines reçoit la robe noire des serviteurs de l'église. Il devient massier le 25 mai 1754, sous-diacre le 13 janvier 1759. Parallèlement, il joue du basson et du violon. Promu aux ordres sacrés en mai 1760, il demande et obtient son congé le 27 février 1762, avec une attestation de quinze années de service.

• 1762-1769, Carcassonne : Michel LEFFRY des Fontaines est maître des enfants de chœur à la cathédrale Saint-Nazaire.

• 1770-1774, Bordeaux : Après être passé par Troyes, Michel LEFFRY des Fontaines devient maître de musique à la collégiale Saint-Seurin, où il succède à MATOULET. Ne satisfaisant pas les chanoines, il présente sa démission au chapitre en 1774 et est remplacé par le Sieur LEVASSEUR.

• [1779]-1790, Sarlat [Dordogne] : Michel LEFFRY des Fontaines est maître de musique de la cathédrale Saint-Sacerdos de Sarlat pendant 12 ans. Les musiciens sont : Dominique CHAUSSAT, Thomas GARDIE, Jean VEDRENNE et Martial VINCENOT. Les enfants de chœur sont 6 : COQURELLE, GAGNARIE, LACOMBE, MONTURUS, MONRIBOT et RESSIGNIE.

• 1786, Sarlat : LEFFRY fait partie de la Loge de Sarlat.

• 7 juin 1790, Sarlat : Le sieur LEFFRY des Fontaines déclare posséder une semi-prébende dans la cathédrale de Sarlat (800 livres ramenées à 500 livres) et deux chapellenies, l'une située dans la paroisse de Vitrac (à 9 km au sud de Sarlat) et l'autre à Aix-en-Provence. Il déclare 1 290 livres d'appointements.
 
• Janvier 1791, Sarlat : LEFFRY demande la fixation de son traitement sur les chapelles d'Aix et de Vitrac dont il était chapelain. Il présente un mémoire au district de Sarlat. Il dit que la pièce a été égarée et le district lui dit d'adresser directement son mémoire au Comité ecclésiastique, ce qu'il fait le 3 mai 1791. Il est âgé de 55 ou 56 ans. Il souffre d'infirmités.

• 6 mai 1791, Sarlat : Le Directoire du district estime qu'il n'a rien à prétendre sur la chapellenie d'Aix car il n'y résidait pas. Mais qu'il peut percevoir le revenu de celle de Vitrac.

• Juste après [sans date], Sarlat : LEFFRY demande l'autorisation de donner aux enfants de chœur les effets de la maîtrise.

• [Mi-1791], Sarlat : Il demande une indemnité pour les 48 ans passés au service de l'église, et pour la perte du logement de fonction qu'il avait dans l'enclos du chapitre (il sera vendu comme Bien national). Le directoire donne un accord de principe sur ce dernier point.

• Le 31 août 1791, Sarlat : Une délibération plus complète traite de l'ensemble du dossier LEFFRY et estime que sa pension a été surévaluée et que cela suffira à l'indemniser pour la durée de sa carrière. Le montant de son indemnité de logement est fixé à 100 livres. Le montant de son traitement antérieur ne s'élevait "années communes" qu'à 600 livres.

• automne 1792- automne 1793 : LEFFRY est vicaire de la paroisse d'Allas-L'Evêque ("banlieue" ouest de Sarlat rattachée aujourd'hui à Saint-André-d'Allas) avec un traitement de 700 livres. Le 20 janvier 1793, il a prêté serment de Liberté-Egalité.

• automne 1793-été 1794 : Il est vicaire de la paroisse de Saint-Vincent-de-Cosse (à 10 km à l'ouest de Sarlat).

• fin des années 1790 : Michel LEFFRY est dans le canton de Saint-Cyprien (à 20 k à l'ouest de Sarlat), pensionné, non rétracté, exerçant le culte en particulier à Meyrals (à 5 km au nord de Saint-Cyprien) où il est domicilié en l'an VIII (1799-1800).

• 1802, Meyrals [Dordogne] : LEFFRY adhère au Concordat et dessert toujours la paroisse de Meyrals.

• 23 avril 1804, Sarlat : Michel LEFFRY décède à Sarlat à près de 70 ans.

Une vie assez riche et bien documentée.

Mise à jour : février 2018

Sources
F-Ad 84/ 9 G 4 ; F-Ad13/ 2 G 495 et 496 ; F-Ad24 /13 G 5 ; F-Ad24/ 1 L 157 ; F-Ad24/ 1 L 661 ; F-Ad24/ 10 L 29 ; F-Ad24/ 10 L 3 ; F-Ad24/ D Sarlat an XII ; F-Ad24/ Q 18 ; F-Ad33/ G 1018 ; F-Ad33/ G 1019 ; F-Ad33/ G 1039 ; F-Ad33/ G 1482 ; F-Ad33/ G 1484 ; F-Ad33/ G 1486 ; F-Ad33/ G 1488 ; F-Ad33/ G 1490 ; F-Ad84 / 9 G 4 et 5 ; F-An/ DXIX/042/657-2/08 ; F-An/ DXIX/094/822-2/35 ; H.-A. Durand, "Les trois frères Bèche…", Recherches sur la musique française classique, 1967 ; Ph. Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne..., 1985 ; R.Bouet, Le Clergé du Périgord au temps de la Révolution…, 1994

<<<< retour <<<<