Login
Menu et informations
PÉTOT, Nicolas Lazare (1777-1803)
État civil
NOM : PÉTOT     Prénom(s) : Nicolas Lazare     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : PETOT
PEUTOT
Date(s) : 1777-12-2  / 1803-11-13 
Notes biographiques

Mort à moins de trente ans, Nicolas-Lazare PÉTOT avait été successivement enfant de chœur à Saulieu dans le diocèse d'Autun, puis musicien militaire, puis "musicien" sans plus de précision, installé dans la ville de Dijon. Il avait de qui tenir puisque son père avait lui aussi rempli des emplois très divers au service de la musique...

• 2 décembre 1777, Arras : Nicolas-Lazare PÉTOT, fils de Lazare PÉTOT et de Marie-Josèphe Brinckman naît et est baptisé. Son père est alors "musicien au Régiment d'Aunis", régiment  dans lequel son parrain, Nicolas Arnoult, est soldat. Ses parents s'étaient mariés deux mois plus tôt seulement, le 2 septembre 1777, à Arras également. Sa mère n'a que 18 ans.

• Au cours de l'année 1778, le régiment quitte Arras pour aller caserner à Metz. C'est dans cette ville que Nicolas-Lazare fait ses premiers pas : la famille Pétot y est attesté de début 1779 jusqu'au printemps 1781.

• Avril 1781, Autun [Saône-et-Loire] : Son père, Lazare PÉTOT, quitte l'armée et devient serpent de la cathédrale d'Autun. Nicolas Lazare a alors 4 ans.

• 29 octobre 1785, Saulieu [Côte d'Or] : Son père est reçu maître de musique de la collégiale Saint-Andoche. Nicolas-Lazare a 8 ans.
Dès le 9 novembre, son père demande au chapitre de bien vouloir le recevoir comme enfant de chœur à la collégiale. Le chapitre accepte et licencie pour cela un certain CHATELIN, qui était grand enfant de chœur et dont on ignore le lien qu'il peut avoir avec Philippe CHATELIN (neveu ?). Les chanoines spécifient seulement qu'ils le licencient "à cause de la faiblesse de son tempérament".

• 6 juillet 1787 : Autour de Lazare PETOT, maître de musique de la collégiale, on aperçoit dans les comptes capitulaires les deux habitués qui sont maintenant Philippe CHATELIN et Georges-Étienne LAFOSSE, et quatre enfants de chœur qui sont Nicolas-Lazare PÉTOT, François RENAUD, Antoine RIOLLET et François BUFFARD. Un mois plus tard, ce dernier est remplacé par Louis-François ROY.

• En 1790Saulieu : Nicolas-Lazare PÉTOT, fils du maître de musique Lazare PÉTOT, est toujours enfant de chœur à la collégiale Saint-Andoche, en compagnie de RENAUD (reçu le 29 novembre 1784), Antoine RIOLLET (reçu le 17 décembre 1786) et Louis-François ROY (reçu le 21 aout 1787). Les quatre jeunes garçons côtoient aussi les habitués Georges-Étienne LAFOSSE et Philippe CHATELIN.

• 16 mai 1791 : Le directoire de district de Semur-en-Auxois, département de la Côte d'Or, examine les requêtes de musiciens et enfants de chœur attachés à la collégiale Saint-Andoche de Saulieu. Lazare PÉTOT donne les noms de ses quatre enfants de chœur ainsi que la date de leurs réceptions respectives, et rappelle "quil était d'usage de donner à chacun deux une somme de trente six livres lorsquils avaient fait leur temps et quittaient la ditte Eglise".

Peut-être Nicolas-Lazare PÉTOT a-t-il continué durant quelque temps à servir l'Église constitutionnelle. Il s'est ensuite manifestement réorienté vers la fonction de musicien militaire.

• 10 vendémiaire an X [2 octobre 1801], Mayenne : Le conseil d'administration de la 50ème  brigade donne son congé de licenciement à Nicolas-Lazare PÉTOT, musicien à la dite demie brigade.

• 1er août 1802, Dijon : Nicolas-Lazare PÉTOT, devenu musicien à Dijon, épouse Claire-Anne-Marie Delaurière, fille de feu François DELAURIÈRE, de son vivant lui aussi musicien à Dijon. Son père Lazare PÉTOT, toujours musicien à Saulieu, n'est pas présent à la cérémonie.

Il reste à découvrir dans quel(s) cadre(s) le jeune homme exerçait son métier de musicien : musique municipale ? Église concordataire ? Leçons particulières ? Probablement un peu de tout cela à la fois...

• 22 brumaire an XII [14 novembre 1803], Dijon : L'économe et le sous économe de l'hôpital de Dijon déclarent le décès de Nicolas-Lazare PÉTOT, exerçant la profession de musicien, mort la veille à l'hôpital de Dijon, à une heure du soir. Avant d'entrer à l'hôpital, il demeurait avec son épouse, Claire-Anne-Marie Delaurière, à Dijon, rue Bossuet.

• 14 août 1810, Dijon : Claire-Anne Marie Delauriere décède en son domicile "rue derrière la Madeleine". Elle était "veuve de Nicolas Lazare PÉTOT en son vivant musicien audit Dijon".

Mise à jour : 8 janvier 2018

Sources
F-Ad21/ G 3147 ; F-Ad21/ NMD Dijon 1810 ; F-Ad21/ NMD Dijon an X ; F-Ad21/ NMD Dijon an XII ; F-Ad62/ BMS St-Nicolas-de-l'Atre ; F-An/ DXIX/091/773/04-20

<<<< retour <<<<